.
.

Le triomphe de la vérité

.

Colloque international sur la fraternité humaine à l’Uac: Des réflexions portées sur la paix et la cohésion sociale au Bénin


Vues : 5

Le présidium au cours des travaux du colloque

En collaboration avec l’Aumônerie nationale des cadres et personnalités politiques de la Conférence épiscopale du Bénin, le Mouvement Capital social chrétien a organisé le vendredi 04 février 2022 dans l’amphithéâtre Idriss Deby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi, un colloque international sur la fraternité humaine. Ce colloque qui s’inscrit dans le cadre de la célébration de la deuxième journée internationale sur la fraternité humaine, a porté sur le thème « La Fraternité à la lumière de « Africae Munus » ( l’État : une aventure incertaine ) ».

Réflechir sur de nouvelles formes de responsabilité partagée en vue de l’apropriation de la fraternité humaine. C’est l’une des principales raisons des assises du Colloque international sur la fraternité humaine qui a connu la presence des leaders religieux, dignitaires, chefs traditionnels et illustres personnalités du monde politique, scientifique et culturel ainsi que les étudiants. Ce colloque va permettre de mobiliser les efforts en faveur de la paix, la tolérance, de l’inclusion, de la compréhension et de la solidarité et faire du Bénin, la source et le fondement des solutions qui seront apportées aux problèmes actuels au niveau culturel, social, politique et religieux. Plusieurs activités et communications ont meublé la rencontre. Au nombre des communicateurs à ce colloque, figure le professeur Joseph Djogbénou, président de la Cour constitutionnelle du Bénin qui a entretenu les participants sur la fraternité dans le Droit positif béninois. Dans son développement, il a expliqué que la fraternité est le lien juridique de parenté. “ Le droit recourt à la fraternité comme ciment de la société qui la fonde. C’est un instrument de sa consolidation et de sa conception. Une valeur qui introduit les autres valeurs”, a-t-il dit. Selon lui, la fraternité est le socle de l’égalité. Tous frères, donc tous égaux. A la suite des échanges, Mgr Roger Houngbédji, Archevêque métropolitain de Cotonou, Chargé de l’Aumônerie nationale des cadres et personnalités politiques de la Conférence épiscopale du Bénin a présenté une communication sur le theme : la transformation de soi en vue de la transformation sociale et Mgr Aristide Gonsallo, Évêque de Porto-Novo, président de la Commission épiscopale chargé de missions et des œoeuvres pontificales missionnaires a exposé la vie de Robert Schuman pour témoigner d’une foi authentique à la bonne gouvernance.

L’Université pour réfléchir à la paix
« C’est un réel plaisir pour l’Université d’accueillir l’organisation de ce colloque international sur la fraternité humaine » s’est exprimé le vice-recteur chargé de la recherche, professeur Saïdou Aliou, lors de son mot de bienvenue. Car l’université, pour lui, constitue une institution où l’on peut réfléchir à la paix et s’éduquer à cette valeur fondamentale. « Maintenir et construire une paix va au-delà du simple dépôt des armes. Cela passe par la dimunition de la pauvreté, le renforcement de la démocratie et par le développement d’une éducation de paix et de non-violence», fait-il savoir. Vu l’ importance de cette journée qui constitue une opportunité de continuer à œuvrer sans relâche pour une culture de non-violence afin de contribuer à la paix et au développement durable, le vice-recteur chargé de la recherché, profeseur Saïdou Aliou, a souhaité que les résultats des réflexions et discussions soient des semences fiables jetées dans de bonne terre pour des fruits alléchants. À sa suite, Théodore Loko, ancien ambassadeur du Bénin près le Saint-Siège et président du mouvement Capital social chrétien à l’ initiative de ce colloque, a expliqué que l’université pour l’Eglise, constitue une réalité d’importance décisive. Puisque les questions vitales dans la société ainsi que les nouveaux défis qu’entrainent les profondes mutations culturelles méritent d’’être étudiées. Il a expliqué les contours du colloque qui se tient dans le cadre de la 2e édition de la Journée internationale de la fraternité décidée par résolution A/75/L52 du 22 décembre 2020 de l’Assemblée Générale des Nations-Unies destinée aux États-Unis. Cette journée, selon lui est une occasion pour le monde entier de mettre en évidence les principes et les valeurs contenus dans le document sur la fraternité humaine.” La recherche du bien commun se refait à des principes qui reposent sur des valeurs absolues parce qu’ils sont au service de la dignité de la personne humaine et du vrai progrès social”, a-t-il souligné. Procédant au lancement des activités de ce colloque, le père Nathanaël Soede, aumônier national des cadres et personnalités politiques du Bénin a insisté sur la nécessité de dégager des perspectives à partir de cette journée pour la réappropriation de l’engagement de l’Afrique. « L’Afrique doit se mettre débout pour prendre enfin résolument l’engagement qui apportera la vraie réponse à ses différents défis de paix et de développement integral », soutient-il. Il s’est réjoui de voir confirmer au niveau international, la valeur de la vision fondamentale du Bénin. « Le vœu est que les cœurs et les intelligences, les sciences et les convictions renaissent pour que de leurs échanges, apparaissent ce dont l’’Afrique a besoin en même temps que l’humanité des hommes et des femmes de fraternité d’actions », a-t-il ajouté. A noter que le mouvement Capital social chrétien est une organisation non gouvernementale catholique à vocation universelle dont l’objectif est de contribuer à la sécurité humaine à travers des initiatives solidaires, notamment par la vertu civique, le bon gouvernement et l’économie solidaire.

Alban Tchalla (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page