.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mesure de vidéo surveillance au Bénin: « C’est un grand pas vers la maîtrise de la sécurité », selon le commissaire Richard Akodandé


Vues : 1561

commissaire de Police Richard AkodandéHonmanReçu dans l’émission actu matin  de Canal 3, le vendredi 10 février 2017 dernier, le commissaire de police et chef service accidents et constats du commissariat central de Cotonou, Richard Akodandé a donné sa position par rapport à la mesure gouvernementale relative à la sécurisation du territoire par vidéo surveillance. Selon lui, ladite mesure va aider à réduire les infractions dans les différentes villes du pays. Lisez l’intégralité de son entretien avec l’animateur de cette émission…

L’Evénement Précis: Une nouvelle mesure de sécurité est prise par le gouvernement, la vidéo surveillance. C’est quoi au juste ?

Richard Akodandé: C’est une mesure prise par le gouvernement comme vous l’avez dit pour accompagner les forces de sécurité publique. Et ce qu’on appelle « vidéo surveillance » est en fait un autre principe qui consiste à faire de la télé surveillance. C’est un moyen moderne. Ça va permettre de réduire la commission des infractions. Donc, c’est un moyen préventif de lutte contre les infractions. Et quand je parle des infractions, c’est que la vidéo surveillance va permettre d’identifier le criminel. Après cette identification, ça va également permettre de faire un pas plus que le criminel et au besoin de le confondre lorsqu’il va vouloir nier son crime en lui montrant les images. Vous constatez avec moi que la procédure, la manière et tout ce qui concerne les criminels vont changer. Et pour ce qui me concerne en tant que chef service accidents et constats, la vidéo surveillance va réduire considérablement les accidents de route. Parce que vous savez, l’homme par nature est prudent lorsqu’il sait qu’il est surveillé. Vous savez que la prudence est un grand facteur de réduction des accidents. La vidéo surveillance réduit de 60%, la commission des infractions.

Quand tout sera filmé, est- ce que les citoyens auront encore une vie privée ?
Les notions de sécurité et de liberté sont fondamentales inaliénables, mais qui ne sont pas incompatibles. Il s’agit donc de faire un bon dosage entre la sécurité et la liberté des citoyens. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Vous savez, à la faveur du renouveau démocratique, notre pays est devenu champion en démocratie et donc en liberté publique. Donc les citoyens ont bel et bien joui de leur liberté au point où les criminels en profitent pour créer des actes ignobles. Il y a lieu aujourd’hui, avec l’introduction de ces vidéos surveillances, de règlementer la sécurité et la liberté. Mais en fait, le grand problème, ce n’est pas l’installation de la vidéo surveillance. C’est l’usage qu’on en fait.

Comment est-ce que tout cela va se passer ?  
Je ne vous cache rien lorsque je dis que la police béninoise regorge de cadres de grandes qualités. Et ces cadres savent bien faire le lien entre la liberté et la sécurité. C’est pour vous dire que nous connaissons les inconvénients de la vidéo surveillance. Et entre autre inconvénient, c’est l’usage politique qu’on peut en faire.

Justement, beaucoup craignent que les images ne servent à des pressions sur les hommes politiques…
En fait, lorsqu’on compare tous les actes de sécurités qui se passent dans notre pays, par rapport à ce que vous appelez pression, vous savez que la balance penche d’un côté. Mais les autres difficultés par rapport à la vidéo surveillance, il y a le coût. Vous savez, la vidéo surveillance à un prix. Elle impose que les caméras soient allumées à plein temps. Il y a que l’électricité doit accompagner. Il y a plusieurs facteurs. Mais le coût de ces facteurs ne dépasse pas le budget national.

Ces facteurs sont donc à prendre en compte quand on sait que le pays n’est pas encore entièrement couvert en énergie électrique. Est-ce à dire que cette mesure ne sera pas aussi fiable ?
Cette mesure est très fiable. Cependant, la vidéo surveillance n’est pas une panacée. Mais c’est un grand pas vers la maîtrise de la sécurité. En un mot, je vous dirai que tous les changements, même les plus souhaités, ont leur mélancolie. Il y a alors lieu qu’on commence. C’est d’ailleurs pourquoi le relevé du conseil des ministres a précisé les conditions de mise en place et d’utilisation de la vidéo surveillance. Ça veut dire qu’il y aura une règlementation de ce nouveau facteur pour permettre aux officiers de police judiciaire d’accomplir efficacement  leur devoir pour le bonheur du peuple. Parce que la justice, la bonne justice des populations, est aussi un facteur constitutionnel.

Il y a une nouvelle carte sécuritaire qui est en vigueur depuis le 1er janvier dernier. Qu’est-ce qui a changé dans le dispositif de la police ? Est-ce que la police a acquis, pour autant, son  efficacité ?
Oui. La police est très efficace et j’en veux pour preuve les dispositions qui ont été prises dans le cadre des fêtes de fin d’année. Vous avez certainement joui des bienfaits de ce dispositif. La nouvelle carte sécuritaire fonctionne bien. Elle permet aux forces de sécurité publique, de concert avec les élus locaux et les responsables départementaux, de faire une symbiose pour que les populations jouissent de la sécurité et de la bonne sécurité. La nouvelle carte sécuritaire en est une qu’il faut préserver et encourager. C’est pourquoi je suis très content de la vidéo surveillance qui n’est qu’un apport fondamental dans la mise en place correcte de la nouvelle carte sécuritaire. Puisque vous savez que la police attend les réformes.

Il y a eu plusieurs rencontres entre le chef de l’Etat et les hauts gradés de la police. Avec la volonté du président Patrice Talon de rapprocher la police de la population, est-ce que les patrouilles se poursuivent dans le pays ? Et quels sont les résultats ?
La mission de patrouille pour les policiers en général, est une mission quotidienne et continue. Donc, tous les jours, les policiers font la patrouille. En disant qu’il y a plus de mille policiers, il n’y a rien d’extraordinaire. Parce que le nombre importe peu. Il y a plusieurs milliers de policiers qui patrouillent sur tout le plan national et tous les jours. Encore que sous la houlette du contrôleur général de la Police, Idrissou Moukaila, vous ne pouvez plus être policier et rester dans votre bureau. Ce n’est pas possible. Il vous fait travailler au point de nous amener à remplir notre rôle pour que le dernier des béninois se sente en sécurité.

Transcription Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

One thought on “Mesure de vidéo surveillance au Bénin: « C’est un grand pas vers la maîtrise de la sécurité », selon le commissaire Richard Akodandé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page