.
.

Le triomphe de la vérité

.

1ère session de formation de l’année à N’Djaména au Tchad: Le CIFAF renforce les capacités de plus de 70 acteurs du monde judiciaire


Visits: 13

L’ancien bâtonnier Me Jacques Migan, Directeur du Centre International en Afrique de Formation des Avocats Francophones (CIFAF) a procédé, ce jeudi 11 avril 2024, au lancement de la formation continue des professionnels de la justice. Elle se tient du 11 au 13 avril 2024 à N’Djaména au Tchad.

Plus de 70 acteurs du monde judiciaire (magistrats, notaires, avocats, huissiers de justice, officiers de police judiciaire)  sont réunis en présentiel et plusieurs participants notamment les avocats des autres barreaux d’Afrique francophone à distance. La présente session de formation est axée sur des thématiques telles que : les lanceurs d’alerte, la défense des Droits de l’Homme et la protection des Droits de l’enfant. Ces thématiques sont déclinées en plusieurs modules et animées par des formateurs spécialistes. Les modules concernent le cadre juridique de la protection du lanceur d’alerte ; le rôle du juriste dans la défense des lanceurs d’alerte ; l’efficacité de la défense des lanceurs d’alerte ; les mécanismes et instruments nationaux de protection des défenseurs des Droits de l’Homme ; la mise en œuvre de la défense des défenseurs ; l’effectivité de la défense des défenseurs des Droits de l’Homme ; les textes et les principes nationaux et internationaux de protection des Droits de l’enfant et le rôle du juriste dans la protection des droits de l’enfant. « Le monde dans lequel nous évoluons est sujet à des transformations à un rythme soutenu.  Il est donc évident qu’au niveau professionnel, nous devons être capables, de nous conformer sinon de nous adapter en permanence aux nouvelles exigences de notre époque et de répondre avec célérité et efficacité aux demandes de nos clients : qu’il s’agisse des entreprises, des institutions ou des particuliers », a fait savoir Me Jacques Migan dans son allocution. Il s’est réjoui qu’en 2019, le CIFAF était à N’Djaména où il avait tenu une session de formation en prélude aux assises de la Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune (CIB). « Le CIFAF est honoré de s’y retrouver pour toujours échanger avec la même passion sur des questions qui nous préoccupent tous,  à savoir, la formation. La formation n’est jamais achevée, le droit étant lui-même en constante évolution », a laissé entendre Me Migan. Notons que le CIFAF organise chaque année depuis 23 ans plusieurs sessions de formation initiale et continue s’adressant à tous les juristes, qu’ils soient magistrats, avocats, greffiers, notaires, juristes d’entreprise ou du service public aussi bien dans les divers pays d’Afrique francophone, qu’en Amérique comme à Haïti ou au Québec et en Europe (Suisse, Belgique). Cette session de formation est organisée en partenariat avec l’OIF.

Allocution de Monsieur le Bâtonnier Jacques A. Migan, Directeur du CIFAF lors de la session de formation continue délocalisée à N’Djamena (Tchad ) les 11, 12 et 13  avril 2024

Monsieur le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats,

Monsieur le Représentant de la Commission Nationale des Droits de l’Homme,

Monsieur le Représentant de l’UNICEF,

Mesdames et Messieurs les Magistrats,

Mesdames et Messieurs les Notaires,

Mesdames et Messieurs les Huissiers de Justice,

Mesdames et Messieurs les Officiers de la Police judiciaire,

Chères Consœurs, chers Confrères,

Le CIFAF organise chaque année depuis 23 ans plusieurs sessions de formation initiale et continue s’adressant à tous les juristes, qu’ils soient magistrats, avocats, greffiers, notaires, juristes d’entreprise ou du service public aussi bien dans les divers pays d’Afrique francophone, qu’en Amérique comme à Haïti ou au Québec et en Europe (Suisse, Belgique).

En 2019, nous étions ici à N’Djaména et avons partagé des moments chaleureux de rencontre lors de la session de formation organisée par le CIFAF en prélude aux assises de la Conférence Internationale des Barreaux de tradition juridique commune (CIB).

Le CIFAF est honoré de s’y retrouver pour toujours échanger avec la même passion sur des questions qui nous préoccupent tous, savoir, la formation.

La formation n’est jamais achevée, le droit étant lui-même en constante évolution.

 La présente session de formation continue est l’occasion pour nous acteurs du monde judiciaire de nous retrouver, de nous rencontrer, de réfléchir, d’analyser, d’échanger ensemble pour approfondir nos connaissances et nos savoirs

Le monde dans lequel nous évoluons est sujet à des transformations à un rythme soutenu.  Il est donc évident qu’au  niveau professionnel, nous devons être capables, de nous conformer sinon de nous adapter en permanence aux nouvelles exigences de notre époque et de répondre avec célérité et efficacité aux demandes de nos clients : qu’il s’agisse des entreprises, des institutions ou des particuliers.

C’est pourquoi, le CIFAF et l’OIF ont décidé d’axer la présente session de formation sur des thématiques telles que : les lanceurs d’alerte, la défense des Droits de l’Homme et la protection des Droits de l’enfant.

Ces thématiques sont déclinées en plusieurs modules, savoir :

  • Le cadre juridique de la protection du lanceur d’alerte ;
  • Le rôle du juriste dans la défense des lanceurs d’alerte ;
  • L’efficacité de la défense des lanceurs d’alerte ;
  • Les mécanismes et instruments nationaux de protection des défenseurs des Droits de l’Homme ;
  • La mise en œuvre de la défense des défenseurs ;
  • L’effectivité de la défense des défenseurs des Droits de l’Homme
  • Les textes et les principes nationaux et internationaux de protection des Droits de l’enfant ;
  • Le rôle du juriste dans la protection des droits de l’enfant.

Ces différents modules seront animés par des formateurs expérimentés spécialistes de ces questions. Certains sont avocats, d’autres des experts ou encore de Hauts Fonctionnaires, des juristes-chercheurs.

 La présente session de formation se déroulera en bimodal (présentiel et distanciel) pour permettre aux participants qui le désirent de suivre à distance grâce à l’application Team.

Je suis convaincu que la diversité, la richesse et la pertinence de vos interventions contribueront à approfondir les débats que susciteront les formateurs.

Mais avant de terminer mes propos,

Je remercie tout d’abord Monsieur le Bâtonnier Djerandi Laguerre Dionro pour son engagement dans la préparation de cette session de formation.

Monsieur le Bâtonnier, je remercie aussi les membres de votre barreau qui ont contribué sans relâche à l’organisation de la présente session en particulier Maître Laeticia Azora pour sa disponibilité.

Je voudrais remercier la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et l’UNICEF pour leurs contribution et participation à l’organisation de la présente session de formation.

Je remercie également nos partenaires : CIB, Association Afrique et Droit, CNB, Conférence des Barreaux africains, Ordre des Avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de Cassation, Barreau de Paris qui accompagnent aussi le CIFAF.

Toute ma gratitude et tous mes remerciements à tous les formateurs : professeurs, magistrats, avocats, experts qui ont accepté de partager leur savoir et leur expérience professionnelle avec nous.

Je ne peux oublier de remercier l’Organisation Internationale de la Francophonie qui accompagne inlassablement le CIFAF depuis 2000.

Enfin, permettez-moi de remercier personnellement et au nom du CIFAF, Madame Cynthia Famenontsoa qui ne ménage aucun effort pour défendre la cause du CIFAF.

Vive le barreau du Tchad ! 

Vives les barreaux francophones !

Vive le CIFAF !

Je vous remercie.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page