.
.

Le triomphe de la vérité

.

Marcellin Bocovè sur ‘’90 minutes pour Convaincre’’ de l’Ortb: « Le Rwanda n’a pas respecté les règles »


Visits: 164

Marcellin Bocovè, dans le studio de Radio Bénin

Président de l’Association vallée omnisports (AsVO), club d’élite du Bénin, Marcellin Bocovè ne comprend pas l’attitude de la fédération rwandaise qui selon lui est fautive d’avoir enfreint les règles de la compétition. Il a fait connaitre sa position sur l’émission ‘’90 minutes pour Convaincre’’ de l’Ortb. Son objectif, c’est que justice soit rendue pour le Bénin.  

Sur l’émission ‘’90 minutes pour Convaincre’’ de l’Ortb, le vice-président du Comité exécutif de la Fédération béninoise de football (Fbf) n’a pas mâché ses mots pour dénoncer les fautes qui sont à la base de la réserve portée par le Bénin. Mais avant, Marcellin Bocovè a apprécié les performances des Guépards sur les deux derniers matchs. «On aurait mérité mieux que deux points, a-t-il dit. Malheureusement le foot est le foot. On a mis le paquet à Cotonou, mais on n’a pas scoré. On n’a pas pu mettre ce deuxième but qui nous aurait permis de remporter le gain de la partie ». Selon lui, l’équipe béninois a progressé. «Nous étions vraiment fiers de la prestation. Seulement que le résultat n’était pas au rendez-vous. Malheureusement c’est là où ça n’a pas été bon », a-t-il insisté tout en relevant que l’un des problèmes du Bénin aujourd’hui, est que l’équipe n’arrive pas à gagner ses matches à domicile. Or, pour espérer être qualifié, il faut gagner des points surtout à domicile. «Le match contre le Mozambique, le Bénin aurait pu le gagner. Car, ce n’est pas un match à perdre. On a perdu chez nous. C’est compliqué. A partir de là, on est obligé de courir derrière le résultat, de courir derrière les points et c’est ce qui nous arrive », se désole le président Marcellin Bocovè qui ne désespère pas totalement. «Mathématiquement à la date d’aujourd’hui on a encore des chances de qualification», a dit Marcellin Bocovè qui pense que l’arrivée de Gernot Rohr à la tête des Guépards n’aurait pas été tardive que quelque chose allait déjà se passer. «C’est un coach confirmé. Il connait l’Afrique, il connait le Bénin. Il a déjà joué plusieurs fois face à nous. Donc, il ne vient pas sur un terrain inconnu. C’est dommage qu’il ait été engagé au tout dernier moment parce qu’il est venu quasiment deux semaines avant le match face au Rwanda. On serait allé un peu plus vite, il aurait eu le temps d’aller observer quelques joueurs dans leur club avant de les convoquer », a-t-il fait savoir avant de trancher : «Je crois que ses premières touches donnent espoir. J’ai pu parler avec lui, je l’ai vu travailler avec les joueurs. C’est une autre approche. Il met les joueurs en confiance, il leur dope le moral. Il faut qu’on lui laisse le temps de travailler…Laissons-lui le temps. C’est une bonne pioche».

Les 3 points pour le Bénin ?

Revenant sur la question de la réserve qui pourrait faire bénéficier 3 points au Bénin, Marcellin Bocovè a répondu que c’est de l’ordre normal des choses que le Rwanda perde pour cette faute. «Les faits sont là. On a constaté avec toutes les preuves qu’on pouvait assembler que le joueur du nom de Kévin Muhiré a effectivement eu un carton jaune contre le Sénégal au 2ème  match et également un carton jaune lors de notre confrontation ici à Cotonou. C’était suffisant pour que le Rwanda prenne les mesures pour ne pas aligner ce joueur. Donc, on n’a pas compris. On était vraiment surpris de constater que son nom figurait sur la feuille de match à Kigali. Effectivement on a fait ce qu’on pouvait faire, c’est-à-dire porter la réserve et confirmer ensuite. C’est ce que la Fédération a fait et nous restons en attente de la décision de la CAF », a confié le président de l’ASVO qui ajoute : «On ne compte pas sur les cartons pour gagner. Mais ça c’est quand même une réalité que nous jouons une compétition qui a des règles qu’il faut respecter. Malheureusement, le Rwanda n’a pas respecté ces règles». Selon lui, les événements qui ont suivi la réserve portée par le Bénin, notamment l’annulation du voyage de l’arbitre botswanais, Joshua Bondo sur Lomé pour officier un match des compétitions interclubs de la CAF ne change rien au fait. «La CAF a beau sanctionner ou infliger des sanctions aux acteurs, nous on a la preuve que le joueur en question ne devrait pas être aligné et il a été aligné. Que le rapport de l’arbitre ou du commissaire au match l’ait mentionné ou pas, les faits sont là et je me demande qu’est-ce qu’on peut faire face aux faits», s’est-il interrogé. Pour  l’invité de Radio Bénin, la Fédération notifie les cartons qui sont administrés aux joueurs mais le fait de ne pas notifier ne diminue en rien la responsabilité du club. «C’est ce que disent nos règlements ici au Bénin et c’est aligné sur les dispositions de la CAF. Donc, le fait de notifier la suspension d’un joueur ou pas, n’excuse pas de mon point de vue l’équipe du Rwanda…Il y a des éléments de preuve qui montrent que le joueur a pris deux cartons jaunes. La question c’est l’interprétation. C’est-à-dire que le commissaire au match ou l’arbitre aurait oublié de mentionner le nom du joueur sur son rapport. Est-ce que pour autant le joueur n’a pas eu deux cartons jaunes ? C’est ça la question ! Le joueur a bel et bien eu deux cartons jaunes. De notre point de vue, on devrait sanctionner le Rwanda et donner raison au Bénin par rapport à sa réserve. La réserve, ça obéit à des procédures. On les a respectées. C’est de porter la réserve au cours du match et avant le démarrage du match, c’est ensuite d’écrire et de payer les frais de confirmation de la réserve. La Fédération s’est acquittée de toutes ces procédures et nous on n’attend que la décision de la CAF.

Quid de la formation

Il a également abordé d’autres questions, notamment celle relative à l’absence de formation des formateurs. A ce niveau, Marcellin Bocovè a montré que la raison de ce retard est l’inexistence d’une Direction technique nationale en bonne et due forme. «La CAF et la FIFA ont des exigences en la matière pour organiser des formations au profit des entraîneurs. Il ne s’agit pas de venir diriger une formation et disparaitre. Il faut voir après comment le suivi est fait pour transformer la formation. On a passé plusieurs années sans direction technique nationale. Ça a fait que la CAF n’a pas été en mesure de dérouler la formation sur le Bénin. Donc, ce sont les conséquences de cela qui sont là aujourd’hui », a-t-il fait savoir avant d’affirmer que depuis quelques mois, le Bénin a un Directeur technique national. Cela a permis de valider une formation pour les entraîneurs. «C’est la licence D et C pour le moment mais je pense avec le programme qui est en place avec la CAF et la FIFA, on aura la formation B et A de la CAF. D’ici maximum un an on pourrait avoir cette formation », complète Marcellin Bocovè qui se réjouit d’avoir vu «du positif » au niveau de l’équipe des U20 qu’il juge «engagée».

Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page