.
.

Le triomphe de la vérité

.

Enseignement supérieur: Le Gouvernement Talon lance la deuxième phase du développement des nouvelles universités


Vues : 25

« Le Conseil a examiné deux projets de décret portant transmission à l’Assemblée nationale des accords de financement pour autorisation de ratification. En effet, des accords de prêt ont été signés avec la Banque islamique de développement et le Fonds saoudien de développement. Ce prêt est destiné à financer le projet d’appui au développement de l’enseignement supérieur dans notre pays. Le projet concerne notamment la construction et l’équipement des infrastructures des rectorats et des infrastructures pédagogiques et administratives de dix-sept écoles de l’université polytechnique d’Abomey et de l’Université d’Agriculture de Kétou ainsi que la formation académique pour le renforcement des capacités des enseignants chercheurs. Le coût global de ce projet est estimé à 117 milliards de francs CFA ». Ainsi s’exprimait le mercredi 1er juin 2016, le ministre d’Etat, Pascal Irénée Koupaki  lors du compte-rendu des délibérations du Conseil des ministres du mercredi 1er juin 2016. Mieux, il a ajouté que l’entrée en vigueur du financement est pour octobre 2016. Comme on peut le constater, le Gouvernement s’inscrit dans la dynamique de tisser la nouvelle corde autour de l’ancienne dans le processus de développement des universités au Bénin, en décidant d’arroser le jardin planté par le gouvernement défunt qui a posé les jalons de la première phase. La volonté d’aborder la deuxième phase du développement des universités du Bénin vient comme pour donner une suite favorable au plaidoyer de l’ancien patron du Ministère de l’enseignement supérieur, le Professeur François Adébayo Abiola. En effet, passant le vendredi 8 avril 2016, les charges de MESRS à son successeur, Mme Marie Odile Atanasso, le vice premier ministre, le professeur François Adébayo Abiola avait publiquement fait un vibrant plaidoyer qui en disait long sur son souci du devenir des chantiers entamés: « Madame la ministre, je vous laisse cette carte universitaire. C’est une vision longtemps développée et expliquée. Si j’ai un regret, c’est de ne pas avoir eu l’accompagnement financier nécessaire, pas suffisamment au niveau national. Mais c’est comme si Dieu est en train de bénir cette vision. Nous avons des promesses de financements fermes de partenaires financiers couvrant toute la carte. A Porto-Novo, c’est SINONCONST avec 93 milliards de francs CFA. A Natitingou et Parakou, 90 milliards chacune par la compagnie BNA. A Lokossa, 4 et 90 milliards par la BADEA et la compagnie BNA. A Abomey et Kétou, la BID a signé hier même 95 milliards.

Madame la ministre, tout ça est extraordinaire pour l’enseignement supérieur car tous nos voisins ont pris ce domaine comme une grande priorité aussi bien pour la vision que pour le financement. L’autre enjeu, c’est le recrutement d’enseignants. Nous avons fait ce que nous avons pu avec dans le circuit en ce moment après les travaux des conseils scientifiques de nos universités, 80 à autoriser immédiatement et 100 à finaliser.

Si j’ai une doléance pour vous, c’est d’aider les jeunes et la République à finaliser ces dossiers. Ainsi, on pourra dans quelques années, admirer les infrastructures des nouvelles universités auxquelles nous avons réfléchies pendant 7 ans ». Avec la dernière décision du nouveau régime sur ce sujet, le Professeur Abiola, comme tous les acteurs de l’enseignement supérieur et le peuple béninois, en particulier, peuvent se frotter les mains de ce que l’avenir est prometteur. François Abiola qui s’interrogeait doit être davantage heureux  aujourd’hui depuis  la décision du dernier conseil des ministres, transmettant les deux projets de décret à l’Assemblée nationale pour autorisation de ratification des accords de financement des accords de prêt signés avec la Banque islamique de développement et le Fonds saoudien de développement.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page