.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration d’adhésion à la liste RB-RP d’Emmanuel Koï, Claude Djankaki et Dansou Dossa: Le navire RB embarque des « dinosaures » politiques


Vues : 7

Le coordonnateur des jeunes de l’alliance FCBE et de la majorité présidentielle de Godomey dans la commune d’Abomey-Calavi, Emmanuel Koï, Claude Djankaki et Félix Dansou Dossa,  tous des personnalités politiques et des élus locaux de cette localité quittent en bloc l’alliance FCBE pour le parti de la Renaissance du Bénin. Ils ont officiellement annoncé leur départ dans l’après-midi d’hier jeudi 16 avril 2015 lors d’une déclaration faite au siège de la Renaissance du Bénin à Cotonou.

Elle ne s’arrête pas. La vague de démissions au sein de l’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) entamée il y a quelques mois se poursuit. Après les nombreux départs déjà connus, de nouvelles démissions viennent d’être enregistrées chez les  cauris. Le coordonnateur des jeunes de l’alliance FCBE et de la majorité présidentielle de Godomey dans la commune d’Abomey-Calavi et ardent défenseur des actions du président de la république, Dr Thomas Boni Yayi, Georgy Adounvo, et des élus locaux et personnalités politiques de cette localité dont Emmanuel Koï, Claude Djankaki et Félix Dansou Dossa ont quitté l’alliance au pouvoir depuis 2006. Au nombre des motifs avancés par les démissionnaires pour expliquer leur départ, on note la « mauvaise gouvernance » qui caractérise le pouvoir en place depuis 9 ans et la « mauvaise expérience » vécue par les transfuges au sein de la majorité présidentielle. « Nous ne pouvons pas sacrifier l’avenir de nos enfants et petits-enfants à l’aune de cette gestion chaotique », ont-ils fait savoir. Lors de cette déclaration officielle de démission de l’alliance FCBE, Georgy Adounvo, Emmanuel Koï,  Claude Djankaki et Félix Dansou Dossa ont également annoncé leur ralliement à la cause défendue par l’alliance formée par les partis Renaissance du Bénin (RB) du président Léhady Soglo et Réveil patriotique présidé par Janvier Yahouédéou. Ils ont promis tout faire pour barrer le chemin qui mène vers une révision opportuniste de la constitution du 11 décembre 1990 et donc vers un troisième mandat du chef de l’Etat actuel qui, faut-il le rappeler, est à moins d’un an de son deuxième et dernier mandat constitutionnel. Pour y arriver, ils travailleront pour que la liste FCBE soutenant le chef de l’Etat et son projet de révision n’obtienne pas la majorité nécessaire au soir du 26 avril prochain, date des élections législatives.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page