.
.

.

Trois questions à Nadège Faoussath Boni, responsable des femmes au niveau de la Fébélutte: «Nous voulons promouvoir et faire rayonner la lutte féminine au Bénin »


Initiatrice du tournoi de lutte féminine, Nadège Faoussath Boni, responsable des femmes au niveau de la Fébélutte, a donné des détails de cette organisation qu’elle a entreprise avec la collaboration du comité exécutif de la fédération béninoise de Lutte. Il s’agit d’une tournée nationale qui se tiendra sur 3 mois. Lisez son entretien avec l’équipe de la rédaction sportive de votre journal.

L’Evénement Précis: Vous organisez un évènement dans les jours à venir. De quoi s’agit-il ?

Nadège Faoussath Boni: C’est vrai, dès ce week-end, nous organisons en collaboration avec la Fébélutte, dont je suis membre, un tournoi féminin de lutte. Ledit tournoi va se dérouler en 4 phases sur une période de trois mois. D’abord, nous aurons la phrase de Djougou qui va démarrer, ce vendredi 11 mai. Elle prendra le dimanche 13 mai. Au cours de cette phase, nous aurons des combats qui mettront aux prises les filles des départements de l’Atacora à celles de la Donga. Après cette phase, il y aura celle de Kandi qui tiendra du 9 au 10 Juin. A ce rendez-vous, ce sont les filles des départements du Borgou et de l’Alibori qui vont se défier. Ensuite, nous irons à Abomey pour le compte des filles des Collines, Zou, Couffo et Mono. Cette phase d’Abomey aura lieu les 21 et 22 juillet. La quatrième et dernière phase, réservée pour les filles de l’Atlantique, littoral, l’Ouémé et du Plateau et se déroulera à Kétou du 4 au 5 Août. Il faut préciser que nous aurons deux épreuves, la lutte africaine et la lutte olympique, à l’issue desquelles les meilleures de chaque département seront identifiées et primées.

C’est pratiquement une tournée nationale que vous initiez. Mais, pourquoi une telle initiative ?
Nous voulons faire connaître nous seulement la discipline, mais aussi, montrer que les femmes ont la capacité de pratiquer cette discipline chez-nous. C’est dire que nous avons l’objectif de promouvoir la femme (les filles) à travers le sport lutte et de promouvoir, développer et faire rayonner la lutte féminine. Ce sera également l’occasion de susciter la volonté de la pratique chez les sœurs et les mères qui doutent encore.
Au-delà de la promotion de la femme, ce tournoi (qui va se dérouler sur une période de 3 mois) va permettre à la Fédération béninoise de Lutte de détecter des talents féminins en sport lutte qu’elle pourra accompagner dans une formation progressive et professionnelle en lutte olympique (lutte libre dame).

Quelles sont vos attentes pour le déroulement de cette tournée que vous entreprenez ?
Nos attentes sont grandes.D’abord, nous aimerions que tous les amoureux du sport en général et particulièrement de la lutte viennent massivement suivre les combats. Ce sera leur manière de soutenir le comité d’organisation. Vu que le top sera donné à Djougou, j’invite tous ceux qui aiment le sport lutte et qui vivent dans l’Atacora-Donga, fassent le déplacement au stade Atchoukouma pour soutenir ces Amazones.
Je souhaite vraiment voir, dans un futur très proche, des lutteurs et lutteuses béninois participer aux jeux olympiques et surtout remporter des médailles dans toutes les catégories. Et pour que cela arrive, nous devons y travailler. D’où, il faut que les gens nous soutiennent. Je vous remercie.

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *