.
.

Le triomphe de la vérité

.

Baptiste Gaultier et Trésor Abiola Djigui, patrons de IFA Tech: « Les entreprises qui ne se digitalisent  pas aujourd’hui sont vouées à disparaître »


Visits: 65

Baptiste Gaultier et Trésor Abiola Djigui ont créé IFA Tech il y a quelques années. Cette société spécialisée dans la fourniture de services technologiques aux entreprises, travaille sur les marchés occidentaux hautement exigeant, mais aussi sur ceux de la sous-région. Désormais installé à Cotonou, IFA Tech est engagée pour des entreprises progressivement digitalisées afin de s’ouvrir à des clientèles plus nombreuses. Dans cet entretien qu’ils nous accordent, les deux responsables de l’entreprise s’appuient sur leur expérience en digitalisation  pour recommander vivement aux chefs d’entreprises de ne pas hésiter. L’avenir appartient à la digitalisation.

L’Evènement Précis: Est-il nécessaire aujourd’hui pour une entreprise béninoise de se digitaliser ? 

Notre conviction est que les entreprises qui ne se digitalisent  pas aujourd’hui sont vouées à disparaître ou du moins à faire face à une concurrence exacerbée de la part de nouveaux acteurs. La vraie difficulté dans la digitalisation est de traiter l’héritage d’une entreprise. C’est pour ça qu’on voit régulièrement des nouveaux acteurs prendre très rapidement des parts de marché du fait de l’absence d’héritage et donc la capacité à créer des nouveaux modèles très disruptifs.

Les chantiers de digitalisation peuvent également considérablement fragiliser les entreprises qui ne disposent pas de toute l’agilité nécessaire à ce type de changements structurels. La digitalisation, en fonction du profil de l’entreprise, est une mutation  interne et externe qu’il faut opérer convenablement.   Chez IFA TECH, notre mission est d’accompagner les entreprises dans une transformation digitale réussie et sans effet fragilisant pour leur pérennité et leurs profits.

En termes de productivité, qu’est-ce que les TIC peuvent apporter aux PME ? 

Notre vision à IFA TECH est que le digital permet de simplifier au maximum les tâches les plus complexes ou à faible valeur ajoutée et d’optimiser le pilotage de l’entreprise. La tech apporte de façon générale une vraie objectivité. Ces principes sont vrais à la fois sur des projets simples, par exemple un restaurant qui met en place une solution permettant la transmission de l’information directement entre le serveur et la cuisine; mais également sur des projets plus complexes. J’ai en tête notamment un projet que nous avons réalisé récemment pour une grande chaîne de clinique de la sous région. Pour cet acteur majeur du secteur médical privé africain, IFA TECH a mis en place un logiciel d’extraction et de structuration d’informations contenues dans les rapports médicaux en format PDFs des patients. Cela permet aujourd’hui aux médecins de cette clinique de gagner un temps considérable sur le traitement des dossiers des patients. 

En quoi consiste la transformation digitale d’une entreprise ? 

C’est une question très large qui mériterait de discuter pendant des heures. 

De manière ramassée, la transformation digitale peut être vue comme l’intégration par une entreprise des nouvelles technologies dans tout ou partie des facettes de son activité. Généralement, elle vise à améliorer l’expérience avec ses clients, le modèle économique, la culture d’innovation, l’infrastructure de prise de décisions au moyen d’instruments numériques. Dans tous les cas, elle impacte directement ou indirectement soit les revenus, soit les coûts.

D’un côté, la digitalisation sert à impacter les revenus en adressant des marchés qui ne l’étaient pas avant. Par exemple un supermarché qui met en place une solution de course en ligne avec livraison ou retrait en magasin. Dans ce cas précis, la digitalisation permet d’adresser des personnes qui n’achèteraient pas sans cette solution (par manque de temps pour se déplacer en magasin ou par non envie de faire la queue à la caisse en magasin). 

De l’autre, la digitalisation sert à optimiser la marge en réduisant les coûts via des solutions qui vont permettre de se concentrer sur les tâches à plus forte valeur ajoutée. Plaçons-nous toujours dans le cas d’un supermarché. Dans son processus d’approvisionnement, un supermarché a besoin d’abord d’identifier les produits qu’il lui faut avant de placer la commande auprès de son fournisseur. Cette étape d’identification des produits est très importante et doit tenir compte de la facilité de ces derniers à s’écouler sur le marché. Aujourd’hui, dans la sous-région, la plupart des supermarchés procèdent à une identification manuelle. Pourtant, il existe des technologies numériques pour identifier, à partir des historiques de ventes, les produits à même de se vendre rapidement en fonction de la saison. Et ces technologies sont de loin plus précises et moins chères que l’identification faite manuellement jusqu’ici. Un supermarché qui opte pour ces solutions pourrait gagner en temps, et en ressources humaines qu’elle pourrait attribuer à d’autres tâches à forte valeur ajoutée. Et par conséquent,  gagner un avantage par rapport à ses concurrents sur le marché.

Quelles sont les solutions que vous proposez par exemple aux PME en termes de transformations digitales ? 

Nous avons deux approches. D’un côté nous proposons des solutions clés en main inspirées de ce qu’il existe dans d’autres pays du continent ou en Europe. Par exemple, nous installons des ERP personnalisés ou bien nous développons des applications pour s’interfacer avec le client.

De l’autre, nous nous appuyons sur la grande expertise de notre équipe pour développer des solutions complètement personnalisées pour répondre à un problème précis remonté par l’entreprise. 

Dans tous les cas, nous échangeons (gratuitement) avec beaucoup d’acteurs pour partager les dernières innovations dans leur secteur et ce qui pourrait être fait pour digitaliser leur activité. 

Nous réalisons des diagnostics gratuits pour les entreprises qui cherchent à se digitaliser. Concrètement, nous les accompagnons jusqu’à la création d’une roadmap technologique qui décrit précisément les actions à engager pour se digitaliser. Ensuite, si les entreprises considèrent que nous sommes les meilleurs interlocuteurs pour les accompagner dans la concrétisation de cette roadmap, nous nous asseyons autour de la table pour définir un budget et les premières étapes. Lorsque les entreprises jugent que ce n’est pas le moment ou qu’elles n’ont pas le budget nécessaire, nous leur remettons tous nos constats et les clés pour engager le chantier lorsqu’elles le souhaitent.

Quels sont les secteurs où la digitalisation est nécessaire ? 

Je pense que le terme de nécessité peut induire en erreur. Objectivement,la digitalisation est nécessaire dans tous les secteurs. Au sens où dans tous les secteurs, les acteurs veulent accroître leurs revenus et marginaliser les coûts.  Ce qui est sûr, c’est que le secteur tertiaire (les services aux personnes) est naturellement plus enclin à se positionner sur ces sujets. 

Au Bénin, est-ce que la digitalisation n’est pas susceptible d’attirer plus d’impôt à payer pour l’entreprise ? 

La digitalisation optimise la situation financière de l’entreprise donc peut conduire in fine à davantage d’impôts mais dans ce cas-là c’est parce que l’entreprise a généré plus de richesses. On considère aussi que la digitalisation permet de piloter son entreprise avec beaucoup plus de finesse et donc d’être en capacité de payer le juste montant d’impôts. 

Comment faire pour minimiser les coûts de l’opération ? 

Les entreprises qui ont le plus de succès dans leur digitalisation sont celles qui avancent progressivement, font des tests, valident des concepts et développent ensuite des solutions complètes. Nous nous inscrivons dans cette logique là en proposant généralement un test des solutions développées sur un périmètre réduit avant de penser à son expansion. De plus, aujourd’hui les coûts de développement se sont considérablement réduits grâce à notamment des solutions pré conçues. 

La question de coût pour nous apparaît souvent secondaire par rapport au potentiel retour sur investissement

Certains ont peur qu’en s’engageant dans la digitalisation, ils se retrouvent piégés. Est-ce que la loi protège les entreprises en cas de Hacking ?

La loi est de plus en plus contraignante sur notamment la protection des données pour protéger les entreprises en amont. Les prestataires qualifiés comme IFA TECH intègrent ces enjeux dès la conception de la solution. Même si la loi protège les entreprises malheureusement la justice va généralement moins vite que les hackers. Il est donc important de protéger son entreprise en amont. 

                   Entretien réalisé par Olivier ALLOCHEME

Pour contacter IFA TECH, vous pouvez leur écrire par e-mail : baptiste.gaultier@ifatech.coou  aller sur le site https://ifatech.webflow.io/digitalisation-afrique-ouest.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page