.
.

Le triomphe de la vérité

.

Débat en campagne électorale: Des projets de législature en confrontation


Vues : 23

Ce que vous devriez savoir : En pleine campagne électorale dans le cadre des élections législatives du 8 janvier 2023, les candidats des 7 partis en lice ont été conviés à un débat organisé le 1er janvier dernier, par la chaine Esae Tv. A ce rendez-vous, il a été question pour les représentants des partis MOELE Bénin, BR, MPL, Les Démocrates, FCBE, UDBN et UP Le Renouveau de donner leur position vis-à-vis de la diplomatie parlementaire mise en œuvre par la législature finissante mais également de livrer leur projet de législature. Les points de la sécurité et de la diplomatie ont été ceux concernés dans ce débat. Et en ce qui concerne le premier sujet,  Modeste Dèhotin, (MOELE Bénin), Mohamed Aguyl Chabi Lafia (BR), Gaffarou Radji (MPL), Saliou Akadiri (Les Démocrates), Salomon Odjo (FCBE), Hervé Bonaventure Gbènahou (UDBN) et Céphise Béo Aguiar (UP Le Renouveau) ont insisté sur la mise en œuvre des actions pouvant conduire à la mise sur orbite du pays sur le plan de la diplomatie.

Ce qu’ils disent : Pour Saliou Akadiri, la diplomatie telle qu’elle se passe depuis 2016 se caractérise par «une forme d’improvisation et de tâtonnement dans la mise en œuvre de la politique extérieure du pays». Mohamed Aguyl Chabi Lafia du Bloc Républicain a, quant à lui, informé que c’est suivant la diplomatie classique mise en œuvre par le gouvernement que le parlement agit. «Il joue un rôle d’appui en représentant le pays dans les institutions de la sous-région et explore les voies et moyens favorables pour tisser des relations de coopération avec les parlements d’autres pays», a-t-il souligné. Salomon Odjo pour sa part, a laissé entendre que les Fcbe n’ont pas senti une diplomatie digne de ce nom depuis 2019. «Nous pensons qu’il faut revoir les relations qui nous lient avec les parlements des pays frères », a-t-il insisté relevant la fermeture des frontières par le Nigérian pendant des mois. «La législature finissante a été mise sous alerte par l’APF. Avec ce collier au cou, elle n’ pas pu jouer efficacement le rôle qui est le sien pendant les 4 ans qui sont passés. C’est à déplorer. C’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui pour tenter non seulement de restaurer la démocratie parlementaire, mais aussi tout ce qui a trait autour de la diplomatie dans le cadre de notre assemblée», a mentionné Gaffarou Radji (MPL). La diplomatie classique telle que menée aujourd’hui par le gouvernement permet à notre pays d’être plus efficace», a assuré Hervé Bonaventure Gbènahou  de l’UDBN qui souligne que «le parlement béninois a des acquis à travers ses nombreuses participations aux assises des parlementaires de la sous-région voir régionales ». Il a été rejoint par Céphise Béo Aguiar pense que la diplomatie avance et a besoin que les actions se poursuivent d’avantage.

Ce qu’ils proposent : Ces candidats ont également évoqué leur de projet de législature. A ce niveau, le représentant du Bloc républicain a informé que son parti compte avoir la majorité pour pouvoir conserver la commission des relations extérieures et de la coopération au développement, défendre les intérêts des béninois qui sont non seulement au pays mais également à l’extérieur. Il ambitionne accompagner le gouvernement dans la politique de défense du pays en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme. Pour l’UDBN l’objectif en ambitionnant d’accéder au parlement est de renforcer la présence du Bénin dans les instances internationales, travailler et réfléchir sur le vote d’un certain nombre de lois par exemple la loi sur la sécurité maritime. «C’est une question qui dépasse le Bénin et qui doit se régionaliser et même internationaliser », a-t-il fait savoir avant d’ajouter que l’UDBN fera voter des lois qui permettront au niveau sous régional  la mutualisation des dépenses entrant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.  MOELLE Bénin pour sa part entend travailler à ce que les parlementaires qui représenteront le Bénin dans les instances internationales ne fassent pas de la figuration.  Le parti souhaite travailler à sensibilisation les jeunes qui constituent de terreau fertile au terrorisme. «L’objectif est d’aller toucher le mal à la racine », précise-t-il. Pour Céphise Béo Aguiar de l’Union Progressiste Le Renouveau, la vision est d’amener le gouvernement à poursuivre les axes de développement surtout dans le numérique. Les Démocrates pour leur part envisagent travailler à lutter contre l’exclusion et la pauvreté qui sont des causes du terrorisme. Pour les Forces cauris pour un Bénin Emergent, il s’agit   d’avoir des lois pour occuper la jeunesse, avoir un service de renseignement fiable qui doit permettre aux forces armées d’anticiper sur les acteurs terroristes. Ils comptent œuvrer à mettre fin à la loi sur l’emploi qui fait de l’employé un esclave de l’employeur. Le Mpl entend faire voter une loi programme qui permettra aux forces de défense  d’avoir suffisamment de moyens sur des années.

Anselme H.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page