.
.

Le triomphe de la vérité

.

Forum parlementaire pour relever le défi Faim Zéro au Bénin: Le 2ème Questeur Nazaire Sado donne le coup d’envoi


Vues : 23

Un forum parlementaire pour le renforcement des capacités et le dialogue politique s’est ouvert ce mardi à l’hôtel Bel Azur à Grand-Popo. « Genre et investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire pour relever le défi Faim Zéro au Bénin », c’est le thème autour duquel l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) réunit les législateurs du 13 au 16 décembre prochain. L’objectif est de réfléchir sur la réduction des inégalités du genre dans le secteur agroalimentaire. Au nom du Président de l’Assemblée nationale, le deuxième questeur l’honorable Nazaire Sado a dévoilé dans son discours d’ouverture les actions menées par la 8ème législature dans ce secteur.

Fidèle KENOU

« Genre et investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire pour relever le défi Faim Zéro au Bénin », c’est autour de ce thème que le forum parlementaire organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a le mérité de réunir les parlementaires pour quatre jours de travaux à Grand-Popo. La cérémonie d’ouverture de cet important forum est marquée par quatre allocutions. Tout d’abord, le représentant de la FAO au Bénin, M. Isaias Angué Obama, a précisé que ce forum est une occasion pour croiser les expériences et voir le rôle des parlementaires dans la réduction de l’inégalité genre dans le secteur agroalimentaire. Selon ses propos, les statistiques en la matière ne sont pas bonnes.

Abondant dans le même sens, le Coordonnateur résident du système des Nations Unies, Aouale Mohamed Abchir est allé plus en loin en rappelant que la Covid-19 et la guerre en Ukraine ont anéanti les efforts engrangés au bout de 15 ans. Face à ce tableau alarmant, pour relever ces défis notamment celui relatif à ‘’Faim Zéro au Bénin’’, des solutions hardies et efficaces doivent être trouvées notamment en réduisant l’inégalité genre dans le secteur agroalimentaire. Et pour y parvenir, les parlementaires ont leur partition a joué. Monsieur Aouale Mohamed Abchir rassure qu’ils peuvent compter sur la FAO et le Système des Nations Unies.

  À sa suite, le ministre de l’Agriculture Gaston Dossouhoui a mis un accent particulier sur les questions pratiques à observer dans cette thématique pour la femme ainsi que les engagements à prendre. A ce sujet, il souhaite l’accompagnement des parlementaires pour l’atteinte des objectifs de Développement Durable notamment celui relatif à ‘’Faim Zéro’’. Il a aussi rappelé ce qui est fait ici au Bénin en termes de lois votées et d’accords ratifiés. Le Ministre Gaston Dossouhoui suggère enfin qu’une feuille de route sorte de ce forum parlementaire pour réduire les inégalités entre homme et femme dans le secteur agroalimentaire.

A son tour, le Deuxième questeur de l’Assemblée nationale, le député Nazaire Sado a exprimé la gratitude de l’institution parlementaire à la FAO, au Réseau des parlementaires de la Cedeao, et au Ministère de l’agriculture pour les efforts consentis pour la réussite de ce forum parlementaire. A en croire le représentant du président de l’Assemblée nationale, cet atelier vise à accroître leurs connaissances sur les outils nécessaires pour s’engager dans l’élaboration des législations et politiques qui contribuent à l’égalité des hommes et des femmes et à l’autonomisation des femmes dans le secteur agricole, rural et familial, en vue d’accélérer les progrès vers les objectifs de la faim zéro et du développement durable. Il ajoute que la tenue du présent forum intervient quelques mois après l’adoption par le Parlement de la loi n°2022-14 portant orientation agricole, sécurité alimentaire et nutritionnelle en République du Bénin. Toutefois reconnait-il, malgré l’adoption de cette loi et le rôle clé des femmes dans les systèmes alimentaires, elles sont demeurées pauvres et plus démunies dans les zones rurales. Car précise-t-il, elles sont moins préparées à faire face aux chocs économiques, aux crises et aux aléas climatiques.

Dans son intervention, l’honorable Nazaire Sado a fait l’état des lieux du phénomène dans le monde, dans la sous-région ainsi qu’au Bénin et dévoilé les nombreuses politiques mises en œuvre par le Gouvernement. Ce forum, rappelle-t-il a pour vocation de permettre aux parlementaires d’interagir avec le Gouvernement pour renforcer les cadres juridiques existants en vue d’un meilleur accès à la terre, dynamiser la productivité, combler les disparités et impulser des réformes qui renforcent l’autonomie des femmes et des hommes dans le secteur agroalimentaire au Bénin.

Des chiffres qui appellent à l’action !

Les chiffres en notre possession indiquent que plus de 928 millions de femmes n’ont pas assez à manger et l’écart entre les sexes en matière d’insécurité alimentaire s’est accru. Les femmes sont des agents essentiels pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural, la faim et la malnutrition. Elles représentent plus de 45% de la main d’œuvre agricole rurale dans le pays à faible revenu et participent également de manière considérable aux sous-secteurs de l’élevage, de la pêche et de la foresterie. Cependant elles ont moins accès aux ressources, aux services et aux opportunités. Elles sont également plus vulnérables aux pénuries alimentaires, au changement climatique et à d’autres risques et chocs, car elles sont plus susceptibles que les hommes de vivre dans la pauvreté, de subir les restrictions de mobilité et d’être confrontées à la VGB qui s’intensifie pendant les périodes d’instabilité. Face à ces chiffres combien alarmants, il urge d’agir pour combler l’écart entre les sexes dans les systèmes agricoles et alimentaires pour éradiquer la faim, la malnutrition et la pauvreté. Ce faisant, le Bénin aurait atteint l’ODD 2 sur la Faim zéro.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page