.
.

Le triomphe de la vérité

.

Colloque scientifique international à l’Uac: Les universitaires pour la promotion du « Vodùn»


Les travaux du colloque scientifique international ‘’10 janvier : et après ?’’ ont démarré ce mercredi 19 janvier 2022 à l’Université d’Abomey-Calavi et prendront fin le vendredi 21 janvier 2022. Durant trois jours, les participants vont réfléchir sur le thème « Le Vodùn dans un monde en mutation : De la prétention cartésienne à la rationalité mantique ».

Le cartiérisme européen a vidé l’Afrique et surtout le Bénin de ses ressources ainsi que ses propres valeurs. Et c’est surtout pour restaurer cette image, que les sommités des valeurs ancestrales vodùn se sont réunies autour d’un colloque scientifique international dénommé « 10 janvier : et après ? ». Organisé par le Laboratoire de Boologie et de l’Intégral du Développement (LaBooID) en collaboration avec l’École doctorale pluridisciplinaire-Espace, cette édition va permettre d’aborder l’épineuse question des nouvelles mutations du monde face à la religion « Vodùn ». Plusieurs communications, ateliers de formation et conférences sont prévues avec la participation de quatre universités ouest-africaines, à savoir : l’Université Abdou Moumouni de Niamey (Niger), Université Joseph Ki Zerbo (Burkina-Faso), Université de Lomé (Togo) et l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin). Il vise à repositionner le Vodùn au centre du développement comme au temps précolonial. Le colloque a réuni chercheurs, enseignants de divers grades, les autorités de la communautés Vodoùn du Bénin et d’ailleurs ainsi que les étudiants et autres particiapnts. Dans son discours d’ouverture, le Docteur Raymond Assogba président du comité d’organisation n’a en reconnaissant la portée de la valeur scientifique de cet évènement, aucun doute sur les résultats de ce colloque. « L’un des plus grands défis de nos assises réside dans la définition, dans l’encadrement et dans l’exploitation des statuts épistémologiques des savoirs de la pensée du Vodoùn », a précisé le président du Comité d’organisation. Pour le Professeur Placide Clédjo, Directeur de l’Ecole doctorale pluridisciplinaire-Espace, Culture et Développement (Edp/Ecd), ce colloque est un pari gagné pour l’Uac qui veut demeurer infaillible aux actions de développement. Il a, entre autres, évoqué les domaines de la climatologie et de l’éducation. C’est pourquoi a-t-il rassuré « ce pari sera tenu au cours des assises de ce colloque de haut niveau que se école accueille ». Il a insisté sur l’intérêt de mettre en valeur les cultures endogènes du Bénin. A sa suite, Vénéré Gazozo président du Synamitrab, s’est réjoui de constater que l’Université se préoccupe du sort des valeurs endogènes du Bénin malgré les mutations scientifiques qui s’opèrent et enracinées dans toutes les pensées. Il s’est dit confiant de l’accompagnement des scientifiques aux têtes couronnées et hauts dignitaires pour donner une place au Vodùn. « Il n’y a pas de religion sans la culture », a renchéri le Professeur Médard Bada, pour qui l’homme ne peut pas se passer de la culture. « L’homme vie de sa culture qui lui est propre. C’est une dimension essentielle de son existence. C’est par là qu’il devient davantage l’homme », a-t-il soutenu. Fier de participer à ce colloque, le professeur a appelé à une coexistence harmonieuse des dignitaires, fidèles et adeptes du culte Vodùn qui reste la seule réalité fondamentale qui unit les béninois. Le Recteur de l’Uac, Professeur Félicien Avlessi a au nom de l’équipe rectorale, souhaité la bienvenue à tous les participants et remercié ceux qui ont contribué pour la tenue effective de ce colloque. Depuis près de trente ans que le Bénin a institué la fête nationale du Vodùn, il est important que les scientifiques réfléchissent à revisiter et raffermir les valeurs propres au Bénin. « C’est un défi digne d’une institution universitaire pour éviter à l’Afrique de passer à côté de l’essentiel», a martelé le Recteur. A son tour, le représentant de la ministre de l’enseignement supérieur Eléonore Yayi Ladékan, professeur Coami Gomez Ansèque, Secrétaire Général du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a reconnu l’utilité que revêt le thème de ce colloque. « Le 10 janvier doit être considéré comme la reconnaissance et l’acceptation de notre patrimoine culturel et cultuel », a-t-il déclaré. Le gouvernement a l’en croire a mis un point d’honneur sur la promotion du Vodùn. Ce qui permettra de réhabiliter le Vodùn comme une pensée de développement qu’une religion traditionnelle. Il faut noter que les résultats du colloque serviront d’axe de recherche. La communication inaugurale intitulée « le Bénin, pays Vodoùn » animée par l’historien des religions, le professeur Jérôme Alladayè auteur de l’ouvrage « Le Catholicisme au pays du Vodoùn », paru à Cotonou aux Editions du Flamboyant, en 2003, a mis un terme au lancement officiel des travaux de l’édition 2022 de ce colloque.

Le Vodoun au cœur des discussions

Encourager tout ce qui est endogène, c’est le but de l’école doctorale pluridisciplinaire qui organise un colloque scientifique international sur le thème : « Le vodoun dans un monde en mutation. Le Directeur de l’école doctorale pluridisciplinaire Placide Clédjo a planté le décor de cette conférence et a expliqué l’importance du vodoun dans la société africaine. Pour lui, ce n’est pas facile de travailler sur le vodoun. Il poursuit que l’objectif de ce colloque sera de réfléchir en dehors du cadre de la fête du 10 janvier pour trouver des solutions faces aux problèmes qui minent la culture vodoun au Bénin. «Il faut fouiller pour voir ce que nous avons comme valeurs endogènes que nous pouvons exploiter pour le développement de la nation» a laissé entendre Placide Clédjo.
Selon, le président du comité d’organisation de ce colloque, professeur Raymond Assogba, l’objectif de ce colloque vise à réfléchir sur la fête de vodoun au Bénin et après. C’est un échange qui sera fait entre scientifiques, penseurs, chercheurs et adeptes de vodoun. Pour lui, il est temps de réfléchir pour trouver des réponses sur la question de vodoun. Pour renouer avec la rationalité du vodoun, le chercheur à l’université pense qu’il faut créer un pont, une route entre les scientifiques et les penseurs du vodoun. Il s’agit entre autres une discussion de trois jours entre les professeurs titulaires d’université, les maîtres assistant, les docteurs, les étudiants et les vodounsis, les hounnons, les bokonons.
«Le vodoun ne vise pas l’adoration d’un dieu, il est à chaque poursuite de démonstrations d’un esprit de mal ou de bien relatif au vodoun» a-t-il expliqué. Pour lui, les consultations chez les bokonons des adeptes d’autres religions permettent à ceux-là de trouver des solutions à leurs problèmes. Pour le professeur Kpohoué Ferdinand vice-président du comité d’organisation, le vodoun est une richesse et ce colloque permettra d’orienter les thèses qui pourront mettre en relief l’utilité de la culture vodoun. Et de poursuivre : « On ne peut pas définir le vodoun, c’est une réalité qui dépasse l’entendement humain ». Ce colloque scientifique qui a débuté ce mercredi 19 janvier connait la participation de plusieurs autres universitaires venus du Togo, du Burkina, du Niger et ailleurs.

Ils ont dit

Hussein Hachem Mohammed, sociologue d’origine Libanaise, participant et partenaire à ce colloque


« Je crois qu’il faut suffisamment communiquer autour de nos cultures. La communication est très importante. Si vous communiquez, vous allez partager les valeurs et si vous ne voulez pas communiquez, vous allez vous renfermez sur vous-même. Je suis très heureux de articiper à ce colloque pour avoir des connaissances. Il y a des béninois qui ignorent leur propre culture. J’ai fait des recherches dans certains villages au Bénin notamment à Parakou, à Abomey, à Porto-Novo, j’ai compris qu’il y a des populations au Bénin qui ne connaissent pas le Vodoùn. Il faut communiquer même avec les autres religions ».

John Hohada, professeur à la Fllac et à l’Ecole pluridisciplinaire, espace et développement
« Rien n’est statique. On parle de développement. Mais est-ce qu’on peut parler de développement sans ses valeurs endogènes. Pour que s’amorce un réel développement, il faut que la culture l’accompagne ».

Les conditions m’ont amené à répondre au nom de sa majesté Dada Daagbo Hounon Hounon II, Chef spirituel Vodoùn, Roi des mers et océans. Président de la plateforme nationale des structures religieuses engagées pour la promotion de la santé. « Ma présence n’est que l’aboutissement d’un cri entendu. Dans la measure où on est en train de parler du 10 janvier et après ? Qui entend 10 janvier entend parler de la fête du Vodoùn. Et en ma qualité du président su chef suprême du grand conseil du Vodoùn Windo, je me dois d’y être non seulement parce que je suis béninois mais je suis africain. Le thème en question nous interpelle plus. Il y a des choses qui méritent d’être éclairées pour mieux situer l’essence de le fête du Vodoùn. Le Voudoùn est un outil de développement. C’est une injure d’appeler cette réalité du Bénin « fétiche ». Le Vodùn est pour le développement intégral de tout le Bénin.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page