.
.

Le triomphe de la vérité

.

38ème Conseil confédéral de la CSA-Bénin: Les prouesses du Sg Anselme Amoussou en deux ans


Vues : 0

La Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin) a tenu son 38ème conseil confédéral. C’était le vendredi 14 décembre 2018 à la Bourse du Travail. Il a été l’occasion aux différents délégués des syndicats de base d’apprécier le bilan d’activités, le bilan financier et de voter le budget pour l’exercice 2019. Le moment a aussi servi de cadre aux critiques et autocritiques auquel le Bureau exécutif National (Ben) s’est plié avec responsabilité. A l’ouverture des travaux, le secrétaire général Anselme Amoussou a fait le bilan des activités menées en 2018. A l’en croire, avec les membres de son bureau, il a réussi à organiser plus d’une vingtaine de séminaires de formations au profit des responsables et militants. «Nous avons organisé au moins une tournée d’échanges dans chacun des douze départements avec nos unités départementales. Nous avons mis en service l’Institut de recherche de la confédération avec le soutien matériel de la Fondation Friedrich Ebert. Le dispositif de communication interne et externe a été renforcé avec l’aide d’un webmaster. Le renouvellement du bureau du Cnj et du Cosen en cours. Nous avons maintenu le contact avec nos aînés pour l’amélioration des actes du Ben» a exposé Anselme Amoussou. En dépit de ses actions salutaires, il pense que des efforts doivent se poursuivre au cours de l’année 2019 pour rechercher et trouver la bonne stratégie de fonctionnement non seulement des Unités départementales, et des fédérations mais aussi des organisations syndicales de base. « Nous devons réussir pour le premier trimestre au plus tard, l’installation du siège de la Csa-Bénin dans le septentrion. Nous devons lancer la première étude sur une thématique majeure au niveau de l’institut. La promotion de la femme et de la jeunesse doit se poursuivre avec le renforcement du Cnj et du Conafetra. Ce sont là les grandes lignes du plan de travail qui vous sera soumis dans les détails au cours des débats » projette le syndicaliste. Par ailleurs, Anselme Amoussou n’a pas manquer de porter un regard critique sur la situation nouvelle que leur impose le gouvernement en place. Il estime que les organisations syndicales doivent impérativement sortir de cet « abîme mental. » « Nous devons faire face à la situation nouvelle qu’on nous impose. C’est une nouvelle forme de bataille qui se présente à nous dans un nouveau contexte qui appelle de notre part une intelligence stratégique. Les syndicats béninois de l’époque que nous vivons, ont le devoir d’écrire leur part de l’histoire du pays. Pour cela, nous devons savoir faire le bon combat, le juste combat en nous interrogeant sur notre responsabilité dans ce qui nous arrive. Oui, un regard critique aura le mérite de nous révéler nos forces et nos faiblesses pour mieux nous aguerrir » a-t-il conclu lors de ces assises qui marquent ses deux ans à la tête de la Csa-Bénin.

 

Des militants apprécient les 2 ans du Bureau exécutif national de Anselme Amoussou

Bernard Bonou, secrétaire à la communication / CSA-Bénin
« La CSA-Bénin n’a jamais raté ses réunions mensuelles »
« Notre motivation à aller vers lui était due à son passé exemplaire. Et très tôt quand le bureau a été élu, les actions n’ont pas tardé à démarrer. Au nombre des actions menées, nous avons fait plusieurs séminaires de formation. Car, si les ressources humaines ne sont pas formées, si elles n’ont pas des informations crédibles, si elles n’ont pas sur quoi travailler, c’est difficile pour elles d’être efficaces sur le terrain. C’est ce que le secrétaire général, Anselme Amoussou a compris et engageant ses militants dans la formation. Et nous profitons de l’occasion pour remercier la Fondation FriederichEbert qui nous a accompagnés dans ces actions. Egalement, il faut saluer un acte qui est rare au sein de certaines organisations dans le monde syndical. La Csa-Bénin n’a jamais raté ses réunions mensuelles et au cours de celles-ci, les réflexions vont dans tous les sens où nous martelons ce que nous pensons de la gestion pour l’améliorer. Nous voyons que ce sont des observations que l’équipe intègre automatiquement dans sa gestion. Et aussi pour renforcer l’action syndicale au sein de nos militants, la Csa Bénin organise des sorties sur le terrain pour aller au contact des militants s’imprégner de leurs problèmes….En terme de gestion de ressources, nous sommes en face d’un homme qui est ouvert au dialogue même si par moment, il y a des prises de positions. Nous sommes en syndicalisme et cela fait appel aux débats. Anselme Amoussou est donc bien à la hauteur de la mission, même s’il reste des choses à parfaire. Il crédibilise notre confédération et honore le syndicalisme au Bénin. »

Florent Médéssè Zèkpon, Sg/Synape
« Le leadership de notre secrétaire général est d’une grandeur qui fait école »

« Depuis l’installation de l’actuel bureau à ce jour, nous voyons qu’il y a un travail qui se fait. Cela est dû à l’esprit d’ouverture que notre leader a développé. Nous avons remarqué que l’équipe va à la source des anciens responsables qui ont positivement imprimé une marque à l’organisation. Il a compris que c’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle. Cela est effectif ici à la Csa-Bénin. Actuellement, nous avons à notre tête, une équipe jeune qui travaille pour briser les liens. Avant l’arrivée de cette équipe, tous les bureaux n’étaient pas installés. Mais à ce jour, on peut se féliciter de ce qu’ils soient tous mis en place, je veux parler des sections des jeunes de tous les départements, des femmes, et autres. Le leadership de notre secrétaire général est d’une grandeur qui fait école. Il fait les choses avec tact. Il aime le dialogue et tient compte des propositions qui lui sont souvent faites »

Sylvie Elègbe, femme syndicaliste
« Anselme Amoussou a la stratégie qu’il faut… »
« Je crois que nous sommes en face d’une équipe bien dynamique qui essaie d’imprimer une marque à l’organisation. Grâce à elle, nous constatons que la Csa-Bénin devient plus visible sur le terrain. Cela est à l’actif d’un homme moins bouillant mais très efficace en matière syndicale. Dans le calme du secrétaire général, il y a une efficacité qui ne dit pas son nom. Je crois qu’avec lui, on est en train d’avoir une autre vision du syndicalisme au Bénin. Aujourd’hui, il s’investit assez dans notre formation et c’est à partir de là qu’on peut avoir un syndicat plus militant que de revendication à tout bout de champ. C’est vrai que le syndicalisme repose sur la revendication, mais il faut avoir de la méthode. Et Anselme Amoussou a la stratégie qu’il faut. Pour notre part, nous devons l’encourager afin que ça aille beaucoup mieux »

Chantale Guidigbonou, Militante
« La formation en pole position…C’est salutaire »
« Je ne peux que féliciter l’équipe que dirige Anselme Amoussouqui arrive à mettre les pas dans les traces positives de ses aînés. Ce que j’apprécie lors de ses deux ans, il a mis la formation en pole position. Ce qui est un acte salutaire attendu de nous jeunes syndicalistes. Le syndicalisme au Bénin, a aujourd’hui besoin de la formation, et c’est ce que le secrétaire général Amoussou a compris. Il faut dire que face aux mépris du gouvernement actuel, nous cultivons de nouvelles stratégies de lutte ».

Gildas Hermann Kpossou, secrétaire général de la Fédération des syndicats de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et assimilés de la Csa-Bénin
« L’équipe du camarade Amoussou voit plus loin »
« Je dois avouer que l’équipe qui est actuellement à la tête de la confédération est une équipe dynamique qui sait où elle va, donc avec une boussole. C’est une équipe pro-active qui anticipe sur tout ce qu’il y à faire. Elle voit plus loin que les autres équipes que nous avons autour de nous. Sans vous mentir, c’est une équipe qui sait faire les vrais diagnostics et surtout a à cœur la formation de ses militants. C’est une équipe qui ne ménage aucun effort pour apporter l’essentiel de ce qu’il faut à ses militants sur toute l’étendue du territoire national. C’est à l’actif sur secrétaire général, le camarade Anselme Amoussou et de son bureau, sans oublier le bureau des femmes dynamisées et qui travaille 5/5 depuis l’installation du bureau exécutif. C’est dire donc que nous sommes fiers d’appartenir à cette confédération qui étonne et qui fait des prouesses. Nous tenons régulièrement nos assises et actuellement, nous sommes même au Conseil confédéral. Les sessions se tiennent donc régulièrement. Nous avons une vision que nous partageons ensemble dans cette famille syndicale que nous formons. Au terme des deux ans, il y a eu assez d’avancées en termes de formation et d’initiative et surtout de vulgarisation des textes de la République, ainsi que de soutien aux militants dans leurs diverses difficultés. Nous sommes en face d’une équipe qui accorde une écoute attentive aux problèmes. On ne peut que le féliciter ».

Réalisé par Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page