.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dossier Cnss à l’Assemblée nationale: Le parlement se déchire autour de l’ex Dg Auguste Ali Yérima


Vues : 1

AIMDBK_0150(Le ministre Marcel de Souza le blanchit, des députés s’en indignent)

Les ministres Martial Sounton de la Fonction publique et Marcel de Souza du Développement étaient hier mardi 07 janvier face aux députés pour répondre aux différentes questions adressées au gouvernement à propos de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (Cnss). Il ressort de leurs explications qu’il n’y a pas eu péril dans la gestion du Dg Ali Yérima. Selon le ministre Martial Sounton, l’ancien Dg de la Cnss a fait montre d’une gestion saine ayant engendré de bons résultats, comparativement, aux années antérieures. Il sera corroboré par son collègue du développement qui estime qu’on ne peut parler de prévarication dans ladite gestion. Ainsi, Marcel de Souza a tenu à clarifier qu’Ali Yérima n’a pas été limogé, mais plutôt relevé de ses fonctions et appelé à montrer ses compétences ailleurs. S’agissant de la question relative à la consultation du conseil d’administration après la nomination du Dg, le ministre du développement a, après avoir précisé qu’il a été choisi en conseil des ministres, avoué que le gouvernement n’avait pas fait recours à l’avis du conseil d’administration de la Cnss. Ceci, parce qu’il y avait une urgence, a-t-il justifié avant de souligner qu’il s’agit d’un avis consultatif et non conforme. Il n’en fallait pas plus pour susciter la colère des parlementaires, notamment, les signataires des quatre questions du jour. Prenant la parole, l’honorable Raphaël Akotègon a laissé entendre que nulle part dans les textes, il n’est précisé que le conseil d’administration a un avis consultatif sur la nomination du Dg Cnss. Pour lui, il y a une contre-vérité dans les propos du ministre Marcel de Souza. Son collègue Louis Vlavonou a abondé dans le même sens et craché que le ministre de Souza a « purement et simplement joué à l’avocat ». Zéphirin Kindjanhoundé, pour sa part, a, après lecture des pages 2, 3 et 4 du rapport de l’Ige, contredit les propos du ministre. Pour lui, il y a eu bel et bien prévarication. Nicaise Fagnon, vu tous les reproches relevés, a suggéré la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur la situation de la Cnss. Mais, il a été très tôt coincé par ses collègues David Atchadé, Sacca Lafia, André Okounlola, Rachidi Gbadamassi qui estiment qu’on ne peut aller jusque-là. Pour le 2ème secrétaire parlementaire, l’Ige a fait des constats et le gouvernement a pris des dispositions. Ainsi, le jeu est clos. Ne voyant pas, de son côté, un jeu qui est déjà à son terme, l’honorable Mama Djibril Debourou évoque qu’il s’agit d’un sujet lié au régionalisme. Un avis que nombre de ses collègues dont Eric Houndété, Rosine Soglo, Sagui Yotto n’ont point apprécié. Ils l’ont fait savoir illico presto en demandant au président de l’Assemblée nationale de proscrire des propos du genre. En clair, les avis n’ont pas été les mêmes autour de la situation à la Cnss débattue hier au parlement. Toutefois plusieurs députés, aussi bien de la mouvance que de l’opposition, ont sollicité une relecture des textes qui régissent la caisse. Car, ont-ils martelé, ces textes et lois sont caducs.

Esckil AGBO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page