.
.

Le triomphe de la vérité

.

Géant meeting de remerciement après son entrée au gouvernement: Le ministre Isidore Gnonlonfoun popularise les réformes de Boni Yayi


Vues : 1

Une messe d’action de grâce et de remerciement à Dieu et au président de la république, le docteur Thomas Boni Yayi, a été dite le samedi 05 octobre dernier à la paroisse Sainte Cécile de Cotonou. C’est en reconnaissance aux bienfaits aux populations Wxla, Aïzo et Toffin, notamment, à l’un de leurs fils, Isidore Gnonlonfoun promu à la tête du Ministère de la décentralisation.

Après avoir manifesté sa gratitude au chef de l’Etat pour la confiance placée en lui, le ministre Isidore Gnonlonfoun a rassuré ses parents, amis, ex-collègues du parlement et collègues du gouvernement quant aux efforts qu’il fournira en vue d’apporter une touche particulière au département ministériel désormais sous sa gestion. Pour l’organisateur de la messe conduite par le curé de la paroisse Sainte Cécile de Cotonou, le Révérend Père François Hinnougbé, la mission à lui confiée par le président de la république est noble. Cependant, elle se révèle complexe et énigmatique. Alors, pour parvenir à l’accomplir sans faille, « j’ai besoin aussi bien de vos appuis moraux que de vos prières », a-t-il dit aux populations Aïzo, Toffin et Wxla de Cotonou qui ont fortement répondu présentes à cette célébration eucharistique. C’est d’ailleurs sur la prière au profit de l’heureux du jour que le père – célébrant a insistée lors de son homélie. L’abbé François Hinnougbé assisté de trois autres prêtres qui sont, du reste, Wxla, a indiqué que le ministre Isidore Gnonlonfoun ressent, plus que jamais, la nécessité des prières de ses frères et sœurs. « S’il doit gagner plus la confiance de celui qui l’a nommé, vous devez l’accompagner par vos prières respectives », a-t-il lancé aux populations avant d’inviter le ministre même à confier, quotidiennement, ses difficultés à Dieu. Au terme de la messe, le cap a été mis sur le lieu du meeting non loin de l’église Sainte Cécile. La ministre de la micro-finance, Françoise Assogba, les maires Mathias Ggbèdan de Sèmè – Kpodji, Patrice Hounsou-Guèdè d’Abomey – Calavi, Cyprien Togni d’Allada et Joseph Onitchango de So Ava, les députés Emile Tossou, Christophe Houssou, Lucien Houngnibo et le directeur de l’Ecole normale supérieure (ENS) de Porto-Novo, le professeur Jean- Claude Hounmènou qui étaient aux côtés du ministre Gnonlonofoun pendant la sainte liturgie ont été rejoints par le ministre de l’environnement, Raphaël Edou et le directeur général de la Société béninoise des manutentions portuaires (Sobémap), Soumanou Toléba et le représentant du chef de l’Etat, le coordonnateur national des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), Eugène Azatassou. Comme un seul homme, les ressortissants Wxla de Cotonou ont exprimé la joie de voir l’un de leurs fils hissé à un poste ministériel et pas des moindres. La satisfaction, a-t-on constaté, était totale dans leurs rangs. Il en est de même pour les officiels présents à la manifestation. Mais, cette pluie de reconnaissances et de remerciements des uns et des autres n’a pas empêché le ministre Gnonlonfoun de passer son message.

La révision de la constitution, le Ramu et le projet 10 MAA expliqués aux populations

Le ministre de la décentralisation, Isidore Gnonlonfoun, a mis un accent particulier, au cours de son intervention, sur la révision de la constitution, le Régime d’Assurance Maladie Universelle (Ramu) et le projet 10 millions d’âmes, 10 millions d’arbres (10 MAA). Il a expliqué dans leurs moindres détails, chacun de ces points qui agitent depuis peu l’actualité nationale. Sur le premier, le ministre a montré à ses frères et sœurs qu’il ne s’agit pas, comme le font croire les hommes d’en face d’une révision opportuniste, mais d’une révision de la constitution qui tend à booster le secteur économique du pays et à décourager les fossoyeurs des deniers publics. En ce qui concerne le Ramu, l’ancien député de la 15ème circonscription électorale a expliqué la nécessité aux populations, notamment celles qui ne sont pas fonctionnaires, d’y adhérer. Au sujet du dernier point, il a fait toucher du doigt aux uns et aux autres les méfaits de la déforestation. Ensuite, il a démontré l’urgence de reboiser l’environnement en demandant à chacun de planter au moins arbre. Là, a-t-il soutenu, chaque citoyen aurait participé au projet 10 MAA.

Esckil AGBO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page