.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration de la fête du1er août 2013 à Cotonou: Le gouvernement et l’armée accomplissent une mission républicaine


Vues : 32

D+®fil+® Militaire (549) copieLe gouvernement et l’armée accomplissent une mission républicaine

Jeudi 1er août 2013. Le Boulevard des armées de Cotonou a vibré au son de la musique militaire et du bruit des bottes des forces armées béninoises. Les majorettes, la  gendarmerie nationale, l’armée de terre, les forces aériennes et navales ont pris part à l’événement.  Même si la mobilisation n’était pas celle des grands jours, le gouvernement a été dans son ensemble présent avec les forces de sécurité. Dans le rang des hommes en uniforme, chaque corps comportait un peloton composé de  femmes.  Déjà aux environs de  07 heures, la place publique de l’Etoile rouge qui accueille la cérémonie officielle est prise d’assaut. Sur la tribune, qui faisait face au boulevard où devra s’installer le Chef de l’Etat, on pouvait voir  une mobilisation  des députés munis de leurs écharpes. A gauche comme à droite de la tribune, les présidents d’institutions, le corps diplomatique, les hauts gradés de l’armée, des hôtes et autres autorités politico-administratives  étaient reçus par des hôtesses. Aux environs de 9heures, le président de l’Assemblée nationale fait son apparition, suivi de la première dame, Chantal de Souza Yayi.

Arrivée du Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi

D+®fil+® Militaire (99) copie09h20mn.  Le véhicule du Chef de l’Etat s’immobilise sur le boulevard après le dépôt de gerbe au Monument aux morts. L’assemblée se lève. Le Président Boni Yayi descend sur le tapis rouge avec à ses côtés les hauts gradés de l’armée. Le premier coup de canon sur les 21 devant saluer les 53 ans d’indépendance du Bénin retentit. L’hymne national résonne. A la fin des hommages, le Chef de l’Etat se dirige  vers la tribune officielle. Il gravit les marches conduisant à la tribune.  Il salue  les hôtes et autres personnalités présentes. Après l’accolade avec le Président nigérian, Goodluck Jonathan, il prend place dans l’un des fauteuils, à côté de la 1ère dame.

Majorettes et forces de sécurité offrent 2 heures de défilé

AIMDBK_0568Les majorettes sont les premières à émerveiller le public. Composées d’élèves, elles ont présenté différents tableaux. A leur suite,  la fanfare de la gendarmerie nationale lance le défilé militaire les différents pelotons et détachements. Les anciens combattants sont suivis par les organismes de formation de l’Etat-major dont le détachement du Lycée des jeunes filles de Natitingou et du Prytanée militaire de Bembèrèkè composé d’un peloton d’enfants de troupes.D+®fil+® Militaire (672) copie Ce passage nourrit d’applaudissements par le public est suivi du détachement des autres centres de formation à savoir, l’Ecole nationale des sous-officiers de Ouidah et celle des officiers de Toffo, respectivement dirigées par le Capitaine Benoit Issiaka  et le Lieutenant Sinagoro. Dirigé par la capitaine Amina Zimé, deux pelotons de douanes dont un en armes et une section féminine défilent. Le détachement qui a suivi est celui de la Direction des forêts et ressources naturelles. La Police nationale, à son tour, présente un tableau  inédit composé de onze pelotons constitués et conduit par l’Inspecteur général, Stanislas Ayéni. Son détachement comprend, entre autres, une section du personnel féminin commandée par le commissaire de police de 2ème classe, Ghislaine Boccovo, première commissaire de police recrutée sur concours direct. Ensuite, un peloton de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs), de la Brigade anti-criminalité (Bac), de l’unité de Recherche, assistance, intervention et dissuasion (Raid). L’escadron de l’armée de terre prend la relève de l’animation.  Avec de beaux équipements et de belles tenues, la gendarmerie nationale lance 07 pelotons dirigés par le lieutenant colonel Epiphane Odjo. Les gendarmes seront suivis de la garde républicaine qui a régulièrement reçu les hommages du Chef de l’Etat. Les forces aériennes de même que les forces navales marqueront également l’événement  avec  leurs différents pelotons. Après le passage de la cavalerie montée, le cortège motorisé viendra mettre fin au défilé de ce 1er août 2013 par la musique de la police nationale.

Impressions de quelques autorités

Honorable Justin Sagui, Député: « Un effort a été fait par le gouvernement»

« Je suis content. J’ai assisté à un défilé pittoresque qui a montré toutes les composantes des forces armées et des forces de sécurité publique. Comme vous le savez, dans le domaine militaire rien n’est fait au hasard. Tout est dans l’ordre. C’est impeccable et ce qui m’a frappé c’est l’organisation, l’occupation du terrain, et également la tenue vestimentaire qui a été renouvelée cette année. Nous avons eu des changements notables par rapport à l’année dernière. Ma joie est grande, j’ai été particulièrement satisfait et je tiens à le dire à haute et intelligible voix. Je souhaite que les autorités continuent d’appuyer les forces armées et les forces de sécurité publiques pour qu’elles continuent d’exécuter leurs tâches et d’assurer la sécurité du peuple béninois, la sécurité de nos biens. Moi-même je suis des forces de sécurité publique et je vois l’effort qui a été fait par le gouvernement. Je tiens à le saluer. »

Honorable Victor Dagnon, Député:« Les fêtes d’indépendance devraient servir à une réflexion profonde »

« C’est une belle fête, une fête de toutes les couleurs, mais le problème qui demeure c’est celui du sens de nos fêtes d’indépendance. Aujourd’hui, par nos maladresses nous ramenons la recolonisation. Les fêtes d’indépendance devraient désormais servir à une réflexion profonde, à un recueillement sur ce que devient l’Afrique. Le Mali vient de servir d’exemple. Il faut toujours recourir à la métropole pour nous sauver. Pourtant, nous continuons de fêter les indépendances. Est-ce que ce sont les indépendances qu’on va fêter, ou alors, ce sont des dates qui vont nous servir à la réflexion féconde et profonde de l’Afrique ? Ce sont-là mes impressions. C’est à la fois une fête, mais aussi des soucis. Quant à l’opposition qui est absente, je dirais qu’elle  joue son rôle dans la mesure où, lorsqu’on est dans l’opposition, on cherche à affaiblir l’autre. Mais ça n’a pas trop attiré mon attention parce qu’on devait s’y attendre. Je table plutôt sur la question du sens de nos fêtes d’indépendance, le sens que nous donnons, la direction que nous donnons à ce 1er août au Bénin et généralement aux fêtes d’indépendance en Afrique »

Nazaire Dossa, Président du Parti UCP-Farba: « Une fête empreinte de  solennité en raison de l’arrivée de Goodluck Jonathan »

«  C’est une fête normale empreinte de  solennité en raison de l’arrivée de Goodluck Jonathan. Cela veut dire ce que ça veut dire. Je pense que le Président Boni Yayi est devenu incontestablement une force d’attraction dans la sous-région, parce que Goodluck Jonathan n’a pas su s’abstenir de venir. C’est la preuve que le Bénin fait des avancées notables reconnues par le monde extérieur, par les institutions internationales. Vous avez la FAO qui nous a  félicités. C’est à l’intérieur qu’on dit que rien ne marche. L’opposition n’a pas participé  à la fête parce qu’elle commence à être gênée, parce qu’il y a trop de succès du camp de Yayi. Boni Yayi a battu tous les records depuis l’indépendance à ce jour dans tous les segments de la vie politique, économique, culturelle et sportive. Et là l’opposition se demande ce qu’il reste encore à faire. Faire preuve d’absence, c’est un signe de faiblesse notoire que nul ne peut accepter. C’est une démission, c’est abandonner le pays et avec ça ils veulent garder le pays ? »

Professeur Soumanou Toléba, Directeur Général de la SOBEMAP: « L’organisation a été correcte »

 « Mes impressions sont bonnes, et je salue l’organisation de cette fête. Vous avez-vu à l’arrivé, les gens ont été ponctuels, et je voudrais féliciter le protocole d’Etat qui a permis de faire les déplacements groupés. Ce qui a permis aux différentes autorités de  venir à l’heure et de les installer selon la préséance et la ponctualité de tous et chacun est à féliciter. Le chef de l’Etat même est venu bien avant 10 heures et le défilé a pris fin tôt, de façon à permettre à tous et chacun de se reposer un peu avant le rendez-vous du Stade de l’amitié à 15heures. Ce qui m’a le plus marqué au cours du défilé, c’est l’organisation des Forces armées et la sécurité qui a été parfaite. Je félicite nos forces de l’ordre, toutes spécialités confondues que ce soient les gendarmes, les policiers ou les sapeurs pompiers. C’était très bien et c’est un exemple que la jeunesse doit suivre pour les fois à venir. C’est une belle fête et ce qu’il faut retenir c’est que ce qu’on a fait ces 53 dernières années. Ces sept dernières années, le bilan est positif. C’est très important et nous le devons aux anciens présidents qui ont beaucoup travaillé pour que nous atteignions ce niveau là, et que nous les jeunes prenions en exemple afin de continuer ».

Honorable Grégoire Laourou, Député: « Certains députés de l’opposition étaient avec nous »

« Nous avons eu droit à une fête très simple, sobre. Je pense par les temps qui courent, que c’est bien de cela que nous avions besoin. Certains députés de l’opposition étaient avec nous et s’ils étaient là, ça veut donc dire que l’opposition était représentée. »

Honorable Lucien Houngbibo, déput: « Je déplore l’absence du président maire Nicéphore Soglo et de son premier adjoint »

« Le défilé s’est bien passé surtout avec la présence du président de la République fédérale du Nigéria. Seulement qu’il n’y a pas eu de défilé civil, ce qui a permis de vite finir les manifestations de ce matin. Je déplore certes l’absence du président maire Nicéphore Soglo et de son premier adjoint notamment qui ont fait la politique de la chaise vide. Ce n’est pas bien puisque nous sommes à Cotonou et l’administration locale doit se faire représenter dignement, surtout que le maire de Cotonou est également un ancien président.»

Iréné Honmènou Zodékon, IGM /Maep: « La ponctualité a été de mise »

« C’est une très belle fête, nous venons d’assister à un défilé militaire complet, à la taille de l’événement, je crois que c’est important. La ponctualité a été de mise et tout le monde l’a constaté. Je tire chapeau au comité d’organisation, et plus particulièrement au Protocole d’Etat qui a su gérer l’arrivée des autorités. Quand au discours  du président Boni Yayi d’hier soir, je crois qu’il est fort simple et évocateur. La sécurité est une préoccupation majeure et nous interpelle tous. Donc nous devons nous mettre au travail, redoubler d’ardeur afin de contribuer efficacement à l’édification de cette nation. Je souhaite à tous le peuple béninois une très bonne fête et que le Seigneur nous garde ».

Blaise Tchétchao, Directeur du Fonds d’aide à la culture: « Un défilé militaire simple et impeccable »

« La fête a été belle, il faut l’avouer. Tout s’est bien passé. Un défilé militaire simple et impeccable. Je crois que nous devons féliciter les organisateurs de cette fête. Ce qui m’a particulièrement marqué, c’est la ponctualité de tous et chacun. Le président de la République également est venu à temps pour présider en personne cette cérémonie. Je crois que c’est important. Nous devons travailler et nous unir pour le développement de ce pays ».

Honorable Aké Natondé, Député: « Je suis fier d’être Béninois et la fête a été belle »

« Mes impressions sont bonnes. La fête nationale nous rappelle qu’il faut que tous les citoyens et toutes les citoyennes se mobilisent pour les tâches de développement et pour consolider et sauvegarder les acquis démocratiques de notre pays. Je suis fier d’être Béninois et la fête a été belle. Pour le discours d’hier du Chef de l’Etat, vous allez constater que le président s’est appesanti sur un certain nombre de choses. Il a souhaité la promotion de la bonne gouvernance à tous les niveaux, la mobilisation générale pour atteindre les OMD, le renforcement de la sécurité dans notre pays et l’unité autour des tâches de développement. Je crois que c’est un bon discours dans son ensemble qui ne peut laisser indifférent aucun citoyen. »

    Propos recueillis par Emmanuel GBETO et Yannick Somalon

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page