.
.

Le triomphe de la vérité

.

Présentation de l’ex-secrétaire général du Syntra-Sonacop au tribunal: Le Procureur libère Dieudonné Lokossou, les centrales syndicales crient victoire


Vues : 1

Dieudonné-Lokossou

Dieudonné-Lokossou

Le Vendredi 17 mai dernier, l’ex secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Syntra Sonacop), Dieudonné Lokossou cité dans le dossier mauvaise gestion de la Sonacop sous le directeur général, Expédit Houéssou, aujourd’hui en prison, a été interpelé par la Brigade économique et financière (Bef) qui l’a ensuite présenté au Procureur de la République. Mais, au terme de la confrontation effectuée devant la justice avec d’autres responsables de la société impliqués dans cette affaire, le syndicaliste a été purement et simplement lavé de tout soupçon et laissé libre de ses mouvements.

La CSA fait le point

Au soir de la libération de leur collègue, les centrales et confédération syndicales ont organisé une conférence publique à la Bourse du travail. Autour de la table, on pouvait remarquer, entre  autres, Gaston Azoua et Paul Essè Iko de la Centrale des syndicats des travailleurs du Bénin (Cstb), Pascal Todjinou de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), Noël Chadaré de la Centrale des organisations syndicales indépendantes (Cosi), Paul Hounguèvou de la Centrale des syndicats autonomes du Bénin (Csa). Prenant la parole le premier lors de cette conférence, le secrétaire général adjoint de la Csa, Paul Hounguèvou a présenté au public les péripéties de l’interpellation de M. Lokossou. A l’en croire, trois questions ont été posées à celui-ci par le Procureur. Elles sont formulées comme suit. « Qu’avez-vous fait quand vous étiez secrétaire général du Syntra-sonacop ? Êtes-vous impliqué dans la gestion faite par le Directeur général ? Et enfin, pourquoi avez-vous gardé le silence ? ». Pour M. Hounguèvou, le silence n’est pas un délit dans les textes syndicaux. Aussi, a-t-il fait remarquer que leur collègue n’a pas géré avec Expédit Houéssou. Une information que le directeur général arrêté avec deux de ses collaborateurs aurait confirmée devant la justice en disant : « Lokossou n’est nullement impliqué ».

Les centrales et confédérations se félicitent

En chantant et en dansant, les responsables syndicaux et les militants ont manifesté leur joie face à l’aboutissement heureux qu’a connu ce dossier. Pour le secrétaire général de la Cosi, Noël Tchadaré, « c’est une victoire ». Le syndicaliste de la Cstb, Gaston Azoua dira que les syndicats ont enfin eu raison face au gouvernement. Il déplore que ce soit le gouvernement qui crie sur tous les toits que les syndicats doivent revendiquer et non contrôler une gestion. Malheureusement, dira t-il, « aujourd’hui, le même gouvernement cherche à renverser les propos ». Pour lui, le gouvernement doit cesser de « chercher des poux sur des têtes rasées » et se préoccuper des dossiers qui sont restés, à ce jour, sans issues, comme Icc-Services et consorts, Cen-Sad, machines agricoles, siège de l’Assemblée nationale, avion présidentiel. Et à Pascal Todjiinou de rappeler sa question fétiche : « après Lokossou, à qui le tour ?».

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page