.
.

Le triomphe de la vérité

.

Gardé à vue à l’OCERTID: François Noudégbèssi dans la tourmente après ses déboires de 2009


Vues : 3

L’ex ministre de l’urbanisme, de l’habitat, de la réforme foncière et de la lutte contre l’érosion côtière François Noudégbèssi est en garde à vue depuis le jeudi 3 janvier 2013 après avoir été écouté par la Brigade Economique et Financière (BEF) dans l’affaire relative à la construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale du Bénin. François Noudégbèssi ainsi renoue avec la justice après ses ennuis de 2009 dans l’affaire Cen-sad.

Environ quatorze milliards de FCFA ont été mobilisés pour le compte de la construction du siège de l’Assemblée nationale. Mais après son démarrage en 2009, le chantier est bloqué depuis plusieurs mois. Pour en savoir un peu plus sur les tenants et les aboutissants de cette situation, une instruction judiciaire a été ouverte. Elle est menée par les magistrats de la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel ayant juridiction sur le siège de l’Assemblée nationale.

Six principaux responsables sont mis en cause dont l’ancien ministre François Noudégbèssi. Il est soupçonné d’être impliqué dans les malversations ayant abouti au blocage du chantier alors que les fonds nécessaires ont été débloqués à près de 70%. Mais l’intéressé n’ira pas en prison tout de suite. Les articles 136 et 137 de la constitution stipulent que la mise en examen de François Noudégbèssi, ministre au moment des faits, doit faire l’objet d’une procédure spéciale. C’est d’abord le parlement qui va prononcer sa mise en accusation à la majorité des deux tiers des députés avant que la justice ne puisse être en mesure de l’inculper. Selon la procédure, il reviendra à la chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Cotonou de mener les enquêtes.

Nous apprenons qu’il sera présenté ce jour au procureur de la république qui va décider de sa mise sous mandat de dépôt ou non. Tout porte à croire aussi que les députés n’hésiteront pas à donner leur quitus pour que son procès se fasse, devant la Haute Cour de Justice qui aura alors son premier client véritable. Mais d’ici là beaucoup de choses peuvent encore se passer.

« Vendredi 10 juillet 2009, François Noudégbèssi suspendu»

Car, il y a longtemps que l’ancien ministre frôlait une mise en examen. François Noudégbèssi, alors ministre de l’urbanisme, a notamment été provisoirement suspendu de son poste suite au conseil des ministres du vendredi 10 juillet 2009. Cette séance a été exclusivement consacrée à l’examen d’une communication du ministre d’Etat, Pascal Iréné Koupaki relative aux travaux d’un comité ministériel mis en place pour faire des investigations complémentaires au sujet des commandes publiques passées dans le cadre de la réhabilitation du Centre International de Conférences et du Palais des Congrès de Cotonou à l’occasion du 10ème sommet de la CEN-SAD.

Le comité présidé par le ministre Koupaki, avait abouti aux conclusions selon lesquelles de nombreux dysfonctionnement ont été constatés dans l’exécution des travaux.Dans un souci d’équité et d’impartialité, le président de la République avait alors décidé de mettre fin provisoirement aux fonctions du ministre, du simple fait de sa participation dans la gestion de certains aspects de ce dossier et quand bien même le rapport de l’Inspecteur Général d’Etat a désigné l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Soulé Mana LAWANI comme étant le principal responsable. Cette décision forte prise par le président de la République visait à permettre au ministre François Gbénoukpo Noudégbèssi déchargé, de se tenir à la disposition de la Commission d’enquête indépendante.

17 septembre 2009, François Noudégbèssi réhabilité

Toute enquête faite, l’ex ministre a été réhabilité le 17 septembre 2009. Ainsi, a-t-il retrouvé son poste après avoir été suspendu trois mois durant. Toutefois, il devait rester à la disposition de la justice qui pouvait lui faire appel à tout moment pour nécessité d’enquête sur le dossier Cen-Sad. Le chef de l’Etat, le président Boni Yayi en avait décidé ainsi suite au rapport de la commission Kpognon, qu’il avait mise en place pour faire la lumière sur ce dossier de malversations financières.

Ce rapport avait blanchi le ministre Noudégbèssi sur qui pesaient les soupçons de détournements de fonds au même titre que l’ex ministre des finances qui avait été épinglé par un premier rapport produit par l’Inspection générale de l’Etat (Ige). Dès lors, l’ex ministre de l’Urbanisme de l’Habitat de la Réforme foncière et de la Lutte contre l’érosion côtière a retrouvé toute la confiance du président Boni Yayi. Il est resté en poste jusqu’au lendemain des élections présidentielles de 2011 qui ont consacré la victoire du président Boni Yayi.

Au lendemain de sa passation de service, il a quelque peu disparu de la scène politique béninoise. Son retour, s’il en avait rêvé, est loin cependant de pouvoir se réaliser tout de suite. Car, aux dernières nouvelles, les honorables députés ne voient pas d’un très bon œil le fait qu’il y ait eu des malversations dans la construction des locaux devant abriter leur lieu de travail. Selon certaines indiscrétions, même l’étude de sol a été totalement ratée. Ce qui amène le ministre actuel de l’urbanisme à parler de « catastrophe. »

Nafiou OGOUCHOLA (Coll)

 

 

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Gardé à vue à l’OCERTID: François Noudégbèssi dans la tourmente après ses déboires de 2009

  1. Bopa Gbédjicomè

    Nous remercions le Président de la République et la population béninoise remarque que le Chef de l’État YAYI Boni et le Président de l’ASSEMBLEE Nationale NAGO Mathurin ne sont ni de proches, ni de loin impliqués des ces affaires de malversations.Heureusement pour notre nation qui a encore des hommes dignes de confiances, des hommes sur qui nous pouvons compter.

  2. Bopa Gbédjicomè

    Nous remercions le Président de la République, et la population béninoise remarque que le Chef de l’État YAYI Boni et le Président de l’ASSEMBLEE Nationale NAGO Mathurin ne sont ni de proches, ni de loin impliqués des ces affaires de malversations.Heureusement pour notre nation qui a encore des hommes dignes de confiances, des hommes sur qui nous pouvons compter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page