.
.

Le triomphe de la vérité

.

Bataille autour de la composition de la commission d’orientation et de supervision (COS) de la lépi:Début de consensus entre mouvance et opposition


Vues : 1

La sérénité semble revenir au sein des députés à l’assemblée nationale au sujet du processus de correction de la liste électorale permanente informatisée (LEPI). Après un début difficile des débats à la plénière d’hier jeudi 20 décembre sur le rapport de la commission des lois, de l’administration et des droits de l’homme sur la proposition de loi portant apurement, correction, mise à jour et actualisation du fichier électoral national et de la liste électorale permanente informatisée, le président de séance, Mathurin Coffi Nago a réussi à obtenir le consensus au sein de l’hémicycle pour la poursuite des travaux.

Le processus de correction de la liste électorale permanente informatisée (LEPI) enclenché à l’assemblée nationale depuis quelques mois peut enfin se poursuivre normalement. Les députés de la sixième législature mouvance comme opposition se sont enfin entendus pour faire avancer ledit processus. Mieux, le principe de la parité réclamé par l’opposition au sein de l’organe de gestion du processus de correction semble être accepté par leurs collègues de la mouvance.

C’était au cours de la séance plénière d’hier jeudi 20 décembre au palais des gouverneurs à Porto-Novo. En effet, aussitôt l’ordre du jour de cette plénière ouvert notamment l’examen de la proposition de loi portant apurement, correction, mise à jour et actualisation du fichier électoral national et de la liste électorale permanente informatisée, les députés du groupe parlementaire Union fait la nation ont demandé au président de séance, le président Mathurin Nago, de donner une suite à une lettre qu’ils lui ont adressée pour protester contre le rapport déposé par la commission des lois.

Selon eux, il s’agit d’un faux rapport qui ne répond pas à la réalité de ce qui s’est réellement passé au sein de la commission. A en croire leur argumentaire, un premier vote avait été fait lors des travaux en commission pour rejeter ledit rapport, mais que leurs collègues de la mouvance ont remis en cause sous des prétextes fallacieux, regrettent ils. La réplique de leurs collègues de la mouvance ne s’est pas fait attendre. Ces derniers ont accusé leurs adversaires politiques de vouloir faire du dilatoire.

La tension est alors montée d’un cran et il s’est installé un débat très houleux au sein de l’hémicycle. Ne réussissant pas à s’entendre sur la validité de ce premier vote, le président de séance, Mathurin Nago a suggéré une suspension de 40 minutes afin de permettre à la conférence des présidents de se concerter pour une sortie de crise. A la reprise, le président Mathurin Nago a informé la plénière de ce que les deux camps se sont enfin entendus pour la poursuite des travaux de la plénière et surtout la nécessité de travailler dans la sérénité pour l’obtention d’une LEPI consensuelle. Que ce soit du camp de la mouvance ou de l’opposition, il y a eu des appels au calme et à la compréhension mutuelle.

L’intervention qui a le plus retenu l’attention des députés, surtout ceux de l’opposition, c’est celle du député Djibril Mama Débourou. Ce dernier a, en effet, appelé l’ensemble des députés à ramener la balle à terre afin qu’un consensus soit réalisé sur le processus de correction de la LEPI. Il n’en fallait pas plus pour des réactions de la part de ses collègues de l’opposition, notamment les députés Lazare Sèhouéto, Eric Houndété et Antoine Kolawolé Idji qui l’ont félicité pour cette hauteur d’esprit. C’est donc fort de tout ceci que le débat général a été engagé, suivi de l’examen titre par titre de la proposition de loi en discussion.

Hugues E. PATINVOH

 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page