.
.

Le triomphe de la vérité

.

Explication du ministère du Commerce à la presse:Les prix des produits pétroliers grimpent, la requête des fournisseurs de gaz entendue


Vues : 7

A l’occasion d’une conférence de presse donnée le 1er septembre, la ministre du Commerce, Madina Séphou assistée du directeur général du commerce intérieur, Claude Allagbé, a rendu publics les nouveaux prix des produits pétroliers au Bénin. Subventionnés par le gouvernement, ils se présentent dès ce 1er septembre sur toute l’étendue du territoire comme suit : 640F/L, 580F/L, 650F/L respectivement pour l’essence, le pétrole, le gasoil et 605F/Kg pour le gaz domestique soit, 3630F CFA et 7565F CFA pour les bouteilles de 6Kg et 12Kg.

En procédant à cette revue des prix, le gouvernement a agi sur les droits de douanes et autres taxes. A comparer aux prix des pays de la sous région le mois dernier, aussi menacés de modification dans les prochains jours, la ministre Madina Séphou fait constater par exemple que l’essence reste mois cher au Bénin qu’au Burkina-Faso, au Niger, au Sénégal, au Togo.

A en croire ses propos, ce n’est plus un doute que tous les pays augmentent leurs prix de consommation du pétrole, du gasoil, du gaz domestique et pourquoi pas de l’essence. « Deux raisons fondamentales justifient cette hausse dans la sous région. La hausse du prix du baril et du dollar », dira-t-elle.

« L’informel plombe les intentions de subvention du gaz domestique au Bénin »

Les nouveaux prix du gaz domestique au Bénin ont connu une légère augmentation contre l’espoir des populations qui s’attendaient à voir le gouvernement réduire ce prix comme cela est le cas au Togo comme au Niger. Mais sur cet aspect précis, la ministre du commerce a donné des éléments de réponse.

Pour Madina Séphou, « si le prix du gaz est en baisse au Togo, c’est simplement parce que la subvention est plus forte qu’au Bénin. Car l’informel n’est pas développé au Togo comme au Bénin; ce qui fait que les recettes du pays s’accroissent pour faciliter la subvention du gaz domestique ». Toutefois, l’autorité a rassuré les consommateurs de la disponibilité du produit en permanence.

Emmanuel GBETO

                                                                                    Le gouvernement cède aux pressions des importateurs du gaz

En acceptant d’augmenter le prix du gaz domestique, le gouvernement a sans doute cédé aux pressions que les fournisseurs ont exercées sur lui il y a quelques jours. On se rappelle encore que compte tenu du prix jugé trop bas fixé par le gouvernement, les importateurs du gaz domestique ont dû créer une pénurie artificielle, ce qui a du coup causé d’énormes ennuis aux populations. C’était en effet le moyen trouvé par les importateurs pour contraindre l’Etat à revenir sur sa décision. Si le gouvernement accepte augmenter le prix du gaz comme le souhaitaient les importateurs, il va s’en dire qu’elle a répondu favorable à leur demande. Il est donc à souhaiter que cette nouvelle mesure mette définitivement fin aux pénuries régulières que l’on note dans le secteur.

EXPLICATIONS DU DIRECTEUR GENERAL DU COMMERCE INTERIEUR, CLAUDE ALLAGBE SUR LE FONCTIONNEMENT DU MECANISME D’AJUSTEMENT DES PRIX DES PRODUITS PETROLIERS AU BENIN

« Le gouvernement a fait en sorte que les prix n’augmentent pas de façon excessive. Par exemple, pour le gaz, normalement le prix qui devrait être fixé est de 625F le kilo. Mais avec l’effort du gouvernement, on a un prix de 605F le kilo. Cela veut dire qu’il y a une prise en charge par le gouvernement de 20% par kilo. Pareil pour ce qui concerne le pétrole. Ce qui devrait être fixé est de 615F le litre. Là, on a maintenu le prix inchangé, c’est-à-dire 580F le litre.

A ce niveau le gouvernement prend en charge environs 35F par litre de pétrole. C’est quand même des efforts appréciables qu’il faut souligner. Pour le gaz, il faut souligner malgré tout que nous nous plaignons du fait que le gaz est plus cher dans notre pays qu’au Togo, au Burkina, au Niger, il y une subvention de 82F par kilo. Au-delà de cette subvention, c’est déjà les renoncements que l’Etat fait sur le prix de ce gaz. Parce qu’il y a une valeur consensuelle qui est appliquée et qui fait que finalement quand on assoit les taxes sur cette valeur là, le prix diminue. Maintenant, par rapport au mécanisme d’ajustement des prix des produits pétroliers.

Nous avons communiqué largement sur ce mécanisme. On a organisé à l’intention de différents groupes tels que les journalistes, les associations de consommateurs, les ateliers de formation sur le mécanisme. Il est toujours bon de revenir déçu pour que l’on sache comment les prix des produits que nous consommons sont déterminés. Il faut dire que tous les mois en général autour des dates 24, 25, 26, une commission au sein de laquelle siègent différents représentants de divers ministères, les sociétés pétrolières, qui examine les données sur les coûts mondiaux des produits pétroliers.

Les données arrivent tous les jours et s’appellent plate-forme où on a les informations sur les différents coûts des produits et celui du dollar. Donc, nous prenons toutes ces informations par jour et en général sur les 22, 23 et 24 premiers jours du mois. Là, nous faisons la moyenne et puis regardons les informations du 1er du mois. Pour le mois d’août où on l’a fait pour septembre par exemple, on a regardé jusqu’au 22 août. A ce niveau, on a fait la moyenne et regardons cette moyenne par rapport à celle du mois de juillet.

Et quand il y a une variation, de plus où moins 4% sur le prix Kaff, donc on ajuste le prix de ce produit là. C’est-à-dire que si la variation est au dessus de 4%, on augmentera le prix du produit. Et si la variation est en dessous, de moins 4%, on va diminuer le prix de ce produit. Par contre, si elle est comprise entre moins 4% et 4%, le prix du produit reste stable. Pour ce qui concerne les prix que nous avons regardés pour le mois d’août, en instance pour l’essence, les prix kaff ont augmenté de 11,34% et pour ce qui est du pétrole, il a augmenté de 8,65%, pour le gasoil, il est de 6,95%.

 Quant au gaz butane, il a augmenté de 14,77%. Donc voilà ce qui explique pourquoi les prix de ces produits devraient être ajustés tous à la hausse. Au même moment, j’ai expliqué pourquoi le prix du pétrole est resté inchangé. C’est une contribution spéciale du gouvernement, de même que le prix du gaz domestique. Il faut dire que le niveau que cela devrait atteindre est également la conséquence d’une contribution du gouvernement ».

Propos transcrits par Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page