.
.

Le triomphe de la vérité

.

Bilan des 4 ans de Gouvernance de la rupture selon Constant Agbidinoukoun : «Nous allons prier pour que Talon brigue un second mandat»


Le journaliste Constant Agbidinoukoun

L’arène de la contradiction utile sur la Radio Capp Fm, « Le Grand Débat », a reçu le jeudi 2 avril 2020, l’ancien journaliste de l’Ortb Constant Agbidinoukoun qui a passé au crible la stratégie de gouvernance du Chef de l’Etat, Patrice Talon, au terme de l’an 4 de son accession à la tête de l’Etat. Constant Agbidinoukoun exprime sa fierté d’être Béninois, au regard des grandes réformes déjà entreprises, en si peu de temps.

Rastel DAN

« Nous allons prier que Talon ait un second mandat», a souhaité l’ancien journaliste de l’Ortb, visiblement satisfait des grandes avancées enregistrées par le Bénin, depuis l’installation du régime de la rupture. A L’entame de l’émission, Constant Agbidinoukoun qui a lutté aux côtés du candidat Patrice Talon pour son accession au pouvoir, a salué son dynamisme sur le terrain. C’est d’ailleurs l’une des nombreuses qualités qui a joué en sa faveur et l’a conduit à la tête du pays, témoigne Constant Agbidinoukoun. C’est pourquoi,  il reste convaincu de ce que les Béninois le porteront à la fin de son mandat. « On peut porter Talon en triomphe aujourd’hui », a-t-il martelé. Une conviction qui, selon son développement, se justifie par les réformes instaurées et les travaux déjà entrepris pour changer le visage du pays. L’ancien journaliste en en veut pour preuve, le projet asphaltage dont la première phase a mis 9 villes béninoises sur orbite. « Je suis allé à Porto, Lokossa, Djougou. Faites un tour pour aller voir les travaux. C’est de très belles vues et les travaux ne sont pas bâclés. Deux fois j’ai même vu le président sur le chantier », a-t-il confié pour louer le dynamisme du Chef de l’Etat. Au regard de toutes les infrastructures routières qui sont en construction dans le pays, l’invité de Capp FM compte bien sur l’engagement et la clairvoyance des nouveaux maires pour assurer leur bon usage. Il a souhaité que ces derniers soient plus « laborieux » et qu’ils aient une vision de développement pour leur ville. « Il faut que les prochains maires nous disent ce qu’ils veulent faire de nos villes. Nos maires doivent être de vrais maires. Ils doivent être entrepreneurs, avoir des idées claires », a-t-il souhaité.

La bonne appréciation de la gouvernance Talon dans plusieurs domaines

La gouvernance Talon n’est pas appréciée que dans l’amélioration du cadre de vie mais, dans bien d’autres domaines. Si l’invité s’étonne de la croissance de l’économie béninoise malgré la pluralité des taxes imposées aux citoyens, il a salué l’idée de la cantine scolaire mise en place par le gouvernement Talon qui « donne un nouveau souffle à l’apprenant » et un nouvel envol à l’éducation au Bénin. Il a également salué le gouvernement pour les moyens déployés en vue de renforcer le plateau technique des centres de santé, faciliter l’accès des populations de plusieurs départements, Zou, Couffo, Collines, Borgou et autres, à l’eau potable. « C’est un effort du gouvernement qui mérite d’être encouragé », a-t-il poursuivi. Pour Constant Agbidinoukoun, ce qui se fait sur le plan sécuritaire est « formidable », grâce la création de la Police Républicaine placée sous le leadership du Contrôleur général, Soumaïla Yaya. Par ailleurs, Constant Agbidinoukoun a reconnu l’insatisfaction des populations sur les cas de délestage. « Nous devons continuer à souffrir et à accepter le délestage. Je demande aux compatriotes de garder leur calme. Nous aurons droit à de prochaines coupures mais tout va s’arranger », a-t-il informé. Constant Agbidinoukoun a par ailleurs été lancé  un appel à la prise de conscience et de responsabilité à l’endroit des acteurs politiques frappés par la réforme du système partisan. « Les réformes liées au système partisan sont toujours difficiles. Aujourd’hui toute la classe politique a compris et tout le monde doit jouer sa partition. Il s’agit aujourd’hui de former de véritables partis politiques et il faut se prendre au sérieux », a-t-il dit tout en félicitant ceux qui ont pu se conformer à la règle. Au regard de ces avancées, le journaliste à la retraite a enfin souhaité que  Patrice Talon ait la chance de briguer un second mandat, pour poursuivre ses réformes dans plusieurs autres domaines comme le social. « Nous allons prier pour que Talon ait un second mandat pour s’occuper du social », a-t-il souhaité.

Une prise de responsabilité face au Covid-19

Toujours au cours de cette même émission, l’ancien journaliste n’est pas resté indifférent à l’actualité sur la pandémie du Covid-19, qui sème la peur et la psychose dans plusieurs pays du monde. « C’est un drame. Les chiffres sont horribles et on se demande pourquoi cette pandémie fait des centaines de morts. Pourquoi elle se propage si rapidement ? Pourquoi elle frappe les personnes âgées ? », s’est-il interrogé. Si Constant Agbidinoukoun s’est quelque peu réjouit du nombre peu criard de personnes infectées au Bénin, il a condamné l’indifférence qu’affichent certains Béninois sur l’existence de cette pandémie. « C’est une pandémie sérieuse qui fait des ravages et nous ne devons pas nous amuser avec. Le mal est là et il faut faire attention. On ne s’amuse pas avec une pandémie », a-t-il martelé avant de conclure par une sollicitation sur le respect scrupuleux des méthodes de prévention définies par les autorités sanitaires et le gouvernement. « Nous devons suivre à la lettre les consignes des autorités sanitaires », a-t-il exhorté.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *