.
.

Le triomphe de la vérité

.

Thèse en sociologie du développement: Hortense Lokossou devient Docteur de l’Université d’Abomey-Calavi


Le nouveau docteur Hortense Lokossou remerciant son Directeur

Un nouveau docteur pour l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). Il s’agit de Hortense Lokossou. Elle s’est vue porter la toge au terme de la soutenance des travaux de recherche de sa thèse, le vendredi 20 Juillet  2018.  Intitué : « Influences des violences  conjugales faites aux femmes ‘’adja’’ sur leur leadership au sein des partis politiques dans le département du Couffo », ce travail réalisé dans la filière« Sociologie-Anthropologie », a fait du tout nouveau jeune docteur, spécialiste de la Sociologie du Développement. La pertinence du sujet et la rigueur dans la rédaction de cette thèse de doctorat unique dirigée par les Professeurs Albert Tingbé Azalou et Pascal Dakpo de l’Uac respectivement Directeur et co-Directeur de la thèse,  a permis à l’impétrante de décrocher la mention « Mention très honorable à l’unanimité des membres du jury ». Les examinateurs étaient les Professeurs Kokou Gbémou et Afiwa Pépévi Kpakpo-Lodonon de l’Université de Lomé,  le Professeur Cyriaque Ahodékon comme 2ème rapporteur après le Professeur Pascal Dakpo.

 

Le regard scientifique de la candidate

 

photo de famille avec le jury présidé par le Professeur Rock Mongbo

La thèse présentée sur 290 pages, a pour objectif principal  de comprendre  les déterminants sociaux des violences  conjugales faites aux femmes ‘’Adja’’ et leurs influences sur leur leadership  au sein  des partis politiques. Il a été question selon l’impétrante, de tirer de l’analyse des actions, des discours  de l’Etat, de la politique, des Ptf , des Osc, des acteurs militant  au sein  des partis politiques ;  des leçons pouvant  contribuer à  fournir des connaissances capables d’expliquer les  obstructions liées aux influences des  violences conjugales faites  aux femmes sur leur leadership  au sein des partis politiques et à produire  un changement d’équilibre, significatif durable  et équitable dans  la communauté adja. « Elle participe donc à la pro activité et à la  capacité  d’anticipation des gouvernants dans leurs prises  de décisions  en  matière de politique de développement » a-t-elle ressorti. En réalité, la recherche a permis de comprendre que les violences conjugales faites aux femmes  ‘’adja’’ se fondent sur l’organisation et la structuration de la société ‘’adja’’ et ont un impact considérable  sur le leadership des femmes  au sein des partis politiques. Cette recherche  révèle enfin que quoique le leadership  soit confronté à plusieurs contraintes socioculturelles, il est facteur  important pour le développement  des partis politiques. Précisons que le travail s’est basé sur une démarche plurielle  à la fois qualitative et quantitative, synchronique  et diachronique. Quant au modèle d’analyse, il s’inspire des nouvelles approches sociologiques d’analyse  des organisations, de l’analyse structuro-fonctionnaliste et du paradigme socioculturel. Par ailleurs lors des critiques, le jury a relevé la bonne maitrise du sujet par la candidate qui a rédigé le document dans un style impersonnel répondant aux normes académiques avec un fil conducteur fidèle. « Je n’ai pas constaté de pédantisme injustifié, ni de grandiloquence dans les lignes » s’est réjoui le Président du jury, Professeur Rock Mongbo.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
6Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *