.
.

Le triomphe de la vérité

.

En dépit de la médiation du Chef de l’Etat: La crise s’endurcit entre les Fcbe d’Abomey-Calavi


PrudencioLa crise au sein des Fcbe de Godomey et autres localités d’Abomey-Calavi va de mal en pis. Des cas de tentative d’assassinat, de cambriolages et des menaces permanentes sont évoqués depuis peu et sont assimilés à des «règlements de compte à connotation politique».
La dernière médiation de Boni Yayi qui a appelé les protagonistes au calme et à l’unité semble avoir échoué. Les leaders des Forces Cauris pour un Bénin émergent «Fcbe » du vaste arrondissement de Godomey et ses environs continuent de se chamailler. Les dernières informations rapportent des cas de « règlement de compte » entre les protagonistes. Si les preuves d’accusations faites s’établissent difficilement pour le moment, l’on ne manque pas de soupçonner telle ou telle personnalité politique d’être à la base du moindre ennui que connait son alter ego du camp adverse. C’est ainsi, qu’un jeune leader et responsable de mouvement de jeunes Fcbe, aurait très récemment échappé à une « tentative d’assassinat», à l’occasion d’une réunion qu’il devrait présider. Un quotidien de la place, rapportant l’information en début de semaine, a tôt fait, dans ses interrogations de susurrer la main invisible d’un homme politique de Godomey. Intox ? Fausseté ? Manipulation ? La nouvelle a été ainsi accueillie par plusieurs personnalités locales approchées ces derniers jours sur cette affaire. Un très proche et aîné politique du jeune en question était même surpris d’apprendre une telle nouvelle dans les médias, alors qu’il dit censé être parmi les premières personnes qui devraient en être informées, si tant est que le fait est exact.
Un cambriolage récent au domicile d’un homme politique par des individus non encore identifiés fait également grand bruit à Godomey. La crise tant décriée n’y serait pas non plus étrangère. Des noms de leaders sont même cités comme de « probables instigateurs ». Ce qu’ils rejettent de but en blanc. D’autres sources rapportent que des « menaces permanentes » sont proférées, soit par téléphone ou par personne interposée dans un camp comme dans l’autre.
Deux camps s’affrontent inlassablementValentin Djènontin (1)
Aujourd’hui, deux camps opposés se dégagent dans cette crise qui ébranle Godomey, et même au-delà, dans toute la 6ème circonscription électorale. D’un côté, il y a celui de l’honorable Claudine Prudencio et ses alliés, dont Emmanuel Koï, le Chef d’arrondissement Caja Dodo, etc. De l’autre, le conseiller Paulin Dossa, l’intendant Bagoudou, tous deux en fonction à la présidence, ainsi que d’autres personnalités comme le ministre Djènontin, le maire Hounsou-Guèdè, le maire Onitchango et autres. Deux camps antagonistes qui peinent désormais à parler le même langage en dépit des tentatives de réconciliation dont la dernière a été orchestrée de main de maître par le Chef de l’Etat. A cette séance qui a permis aux uns et autres d’extérioriser toute leur colère, dit-on, tout a été concocté pour enterrer définitivement la hache de guerre. Erreur. Dès les jours suivants, tombe drue, une assignation en justice de la part d’un participant à cette rencontre contre un autre. Motif : le plaignant parle des menaces proférées à son encontre par celui-ci devant le Chef de l’Etat. Il aurait, dans ses boutades, affirmé qu’il serait prêt à ligoter le plaignant et l’amener dans cet état jusqu’au Chef de l’Etat, s’il mettait pied dans sa localité. Une boutade qui n’aurait pas trop plu à Yayi, au point où il demanda séance tenante à l’auteur de présenter ses excuses à la personne qu’il visait. Mais visiblement, le linge sale n’a pu être lavé en famille à ce sujet. D’où l’assignation devant le Tribunal de première instance de Cotonou. La séance avec Boni Yayi devrait être même suivie d’une autre, cette fois-ci dans la commune, avec la participation effective de tous les protagonistes. Elle n’a pas encore eu lieu à ce jour. Et rien ne présage d’une telle perspective dans un avenir proche. Bien au contraire.
Du reste, la guéguerre au sein des Fcbe de Godomey et environs semble s’envenimer au fil des jours et au rythme des faits malveillants qui se produisent sur le terrain. Des militants ne cachent plus leur amertume à ce sujet. Nombreux, ils menacent déjà de claquer la porte à cette famille politique. Si la mésentente date de longtemps, les récentes installations «cavalières et non consensuelles» des coordinations communales et d’arrondissement par des leaders contre la volonté d’autres, ont davantage infecté la crise. A la Coordination nationale des Fcbe, l’on regrette amèrement cette situation et l’on continue de réfléchir à une meilleure et définitive porte de sortie. « On verra bien !», lance, optimiste, le numéro 1 des Fcbe, Eugène Azatassou.

Christian Tchanou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “En dépit de la médiation du Chef de l’Etat: La crise s’endurcit entre les Fcbe d’Abomey-Calavi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *