.
.

Le triomphe de la vérité

.

41ème congrès des Maires francophones: Les maires Atrokpo, Ahouandjinou et Houétchénou représentent le Bénin à Kigali


Il se tient à Kigali dans la capitale rwandaise depuis le dimanche 18 juillet 2021, le 41e congrès des maires francophones. Le maire de la ville de Cotonou Luc Atrokpo, le maire de la commune d’Abomey-Calavi Angelo Ahouandjinou et son homologue de la ville de Ouidah, représentant l’association nationale des communes du Bénin ANCB, participent aux travaux qui prendront fin le jeudi 22 juillet 2021.

L’Association des Maires francophones (AIMF) est en congrès à Kigali du 18 au 22 juillet 2021. Compte tenu du contexte de crise sanitaire marqué par la pandémie de Covid-19, les maires sont en travaux pour trouver des solutions efficaces visant la protection des citoyens tout en maintenant la qualité des services offerts aux populations par les municipalités. Au menu des travaux, des panels sur la gouvernance locale, le vivre ensemble et la cohésion sociale, les innovations technologiques, visite de terrain pour découvrir des initiatives endogènes développées au Rwanda, etc.
Les maires de la ville de Cotonou Luc Atrokpo, de la commune d’Abomey-Calavi Angelo Ahouandjinou et de Ouidah prennent part activement aux travaux qui se déroulent sous le thème ‘’ construire la gouvernance des villes de demain, Valeurs en ville, Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville’’.
L’Association internationale des maires francophones (AIMF), créée en 1979, avec 20 villes fondatrices, à l’initiative des maires de Paris, Jacques Chirac, et de Québec, Jean Pelletier, regroupe actuellement 294 villes ou groupes de villes. Elle est à la fois un forum de concertation entre les maires et un réseau de coopération attaché à renforcer la démocratie locale. L’AIMF estime que le monde pourra changer si les villes se transforment.
Luc ATROKPO fait l’apologie des Civictech pour l’amélioration de la gouvernance locale
En sa qualité de président de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), le maire de Cotonou Luc Sètondji ATROKPO a présidé ce mardi 20 juillet 2021 à Kigali au Rwanda, le Panel sur « Les innovations technologiques pour un meilleur service rendu aux populations » dans le cadre des 41ème congrès des Maires francophones #AIMF2021.
Occasion pour le président de la faîtière des communes béninoises de faire l’apologie des Technologies civiques (Civictech) comme outils pouvant favoriser l’amélioration de la gouvernance locale et la participation de tous les citoyens à la vie de leur commune.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “41ème congrès des Maires francophones: Les maires Atrokpo, Ahouandjinou et Houétchénou représentent le Bénin à Kigali

  1. CESAR

    Le Rwanda est tout sauf francophone. Pour montrer aux participants au Congrès des Maires francophones que le Rwanda est francophone, le maire de Kigali a exhibé les Tutsi Rwandais qui sont venus du Burundi. Ceux-ci sont tous francophones.
    Plus de 60% de la population rwandaise ont moins de 30 ans. Ils sont tous anglophone sauf les enfants d’oligarques du second cercle qui font leurs études dans les écoles où l’enseignement du français est renforcé. Ceux des oligarques du premier cercle du régime font leurs études dans les meilleures écoles secondaires et universités américaines et britanniques. Il n’y en aucun dans les universités rwandaises, appelées par des universités poubelles où s’agglutinent les enfants issus de la classe populaire qui ont relativement des moyens et les Tutsi Rwandais dit rescapés du génocide dit des Tutsi qui sont intégralement pris en charge par un fonds spécialement dédié appelé FARG. Il n’existe pas au Rwanda de Kagame des bourses de l’Etat pour les enfants de conditions modestes sauf ceux dit rescapés du génocide des Tutsi
    Aussi, il convient de préciser que l’usage du français est prohibé dans toutes les écoles et universités rwandaises, que la loi portant enseignement exclusif de l’anglais de l’école primaire à l’université est en vigueur et que la constitution du Rwanda révisée en 2015 a positionné l’anglais au second rang après l’anglais et avant le français alors qu’avant cette révision, l’anglais était au troisième rang après le français et le Kinyarwanda. L’ordre de positionnement des langues officielles prévu par la constitution rwandaise actuellement en vigueur a des significations juridique et politique. Ce n’est donc pas par hasard que Kagame a unilatéralement décidé de placer l’anglais après le Kinyarwanda et avant le français.
    La loi portant interdiction d’usage du français dans tous les services publics n’a pas été abrogée. Elle est toujours en vigueur. Le Royaume Uni a accordé au Rwanda plusieurs millions de livres sterling pour renforcer l’enseignement de l’anglais dans les écoles rwandaises. Le renforcement signifie l’enseignement exclusif d’anglais dans toutes les écoles et l’existence du français comme langue optionnelle comme le sont le chinois, l’allemand, l’espagnol etc.
    Le Président Rwandais et la majorité écrasante des ministres et hauts fonctionnaires qui sont venus des Etats anglophones ne parlent pas anglais.
    Questions :
    Comment un pays peut-être francophone alors que rares sont ses dirigeants qui parlent la langue française?
    Les participants à ce congrès ont -ils vu le Président Kagame alors qu’il est d’usage que dans ce genre de manifestation, le Président de l’Etat organisateur du Congrès prononce un petit discours devant la kyrielle de congressistes ? Etant rappelé que Kagame est introuvé au Rwanda depuis fin février 2020.
    La Maire de Paris, France, Anne Hidalgo, a été conduit comme un mouton vers le Mémorial de Gisozi des victimes dites Tutsi pour regardes les ossements des victimes rwandaise réduites aux seules victimes Tutsi. Pour vos lecteurs, il est indiqué à l’entrée du Mémorial : plus d’un million de victimes Tutsi alors que le nombre de Tutsi rwandais de l’intérieur ne dépassaient pas 700 mille en 1994 (résultat du recensement effectué en 1991 par le Gouvernement Rwandais d’alors avec l’aide de l’ONU). Les restes des Rwandais sont exposés comme des produits d’exhibition touristique. Pour les regarder, il faut payer. Les membres des familles des victimes exposés dans ce Mémorial payent également les frais d’entrée dans le Mémorial. Bien entendu, puisque les victimes sont dites Tutsi exclusivement seuls les Tutsi peuvent y entrer. Pour Kagame et les siens, évoquer les victimes Hutu est constitutif de crime de négation du génocide dit des Tutsi ou de minimisation de celui-ci. Il s’ensuit qu’il est interdit aux Hutu d’entrer dans ce Mémorial. Ont conséquemment droit d’y entrer, les touristes et les Tutsi Rwandais.
    Plusieurs Hutu croupissent en pris pour avoir dénoncé cette infamie inique à l’endroit des victimes rwandaises, Hutu, Tutsi et Twa, au mépris de la tradition séculaire du Peuple Rwandais qui prescrit le respect des morts en toutes circonstances.
    Hormis les maîtres actuels du Rwanda, connaissez-vous en Afrique moderne ou dans le monde d’aujourd’hui les personnes qui exposent les restes de leurs parents et proches comme des produits d’exhibition touristique ? Connaissez-vous en Afrique d’aujourd’hui ou moderne où évoquer les crimes contre ses parents, les amis et les proches est constitutif d’un crime de quelque nature que ce soit ?
    Pour la Maire de Paris et autres congressistes qui ont été conduits moutonnement par le Maire de Kigali à ce Mémorial, les ossements exposés à titre commercial comme des produits d’exhibition touristique sont ceux des Tutsi. Il n’y a pas eu de victimes Hutu et évoquer celles-ci est une invention des faits, a dit cyniquement le Président Macron lors de son voyage pathétique et pitoyable ici au Rwanda sur invitation d’un individu dit Kagame. Un individu dit Kagame car les Rwandais ne voient que les images de celui-ci présentées par les médias affiliés au régime rwandais. Le vrai Kagame est introuvé au Rwanda depuis plus un an.
    Le Rwanda sous Kagame n’est pas francophone. Les Rwandais ne sont nullement pas francophones. Les Rwandais francophones évoqués dans plusieurs articles des médias africains sont quelques Tutsi de l’intérieur, les Tutsi venus du Zaïre et du Burundi et certainement la masse populaire. Il est dès lors erroné d’affirmer que le Rwanda est francophone. Ce n’est pas le fait que Macron a positionné à la tête de l’OIF Mushikiwabo, autodidacte notoire, incapable de rédiger un discours en français et diplômé en interprétation obtenu dans une université américaine, lesbienne et de nationalité américaine que le Rwanda et les Rwandais sont francophones. Macron l’a fait pour cajoler Kagame afin que les multinationales françaises puissent accéder aux marchés rwandais. Il a montré son mépris à l’égard des Rwandais lorsqu’il a cyniquement nié les massacres de masse contre des millions de Hutu et ce, devant des Rwandais. Le Rwanda est entre les mains d’une clique de Kagame constituée par un petit nombre de prédateurs alliés aux multinationales anglosaxonnes et la mafia est-africaine. Kagame a cédé le Rwanda aux USA. L’acte de cession existe. Les Rwandais sont étrangers dans leur propre pays. Et pour preuve, le Rwanda est économiquement dirigé par 11 Américains, Israëliens, britanniques et franco-ivoirien (voir tfr info ndagijimana). Le recteur de l’Université nationale est de nationalité américaine. La paye du Conseiller spécial de Kagame, Tonny Blair, est de plus de 10 mille dollars US hors avantages annexes et entretien des mercenaires britanniques qui protègent Kagame. Pour dissimuler ses méfaits, Kagame a ordonné d’interdire les journalistes étrangers et chercheurs étrangers en l’occurrence d’aller dans le Rwanda réel sans âtre accompagnés de membres de la police politique et sans avoir présenté le calendrier de leur travail. La police politique est à tous les niveaux de la société rwandaise c’est-à-dire chaque Rwandais est contrôlé. Pour parler à un étranger, il doit préalablement être autorisé par l’autorité administrative locale, le tout sous peine d’être renvoyé en prison pour atteinte à la sécurité publique. Cette interdiction s’applique également aux opposants politiques. Le Rwanda réel est inconnu des étrangers. Le Rwanda qu’ils connaissent est le Rwanda tel qu’il est présenté par Kagame et les siens et colporté à grande échelle par les relais de celui-ci et son régime, le tout en exécution du plan de com concocté par la société américaine qui conseille Kagame et son régime en matière de com moyennant plusieurs millions de dollars US par un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *