.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration de Martin Assogba, Président de l’Ong-Alcrer: « La gouvernance actuelle est nettement meilleure »


Vues : 0

Martin Assogba, Président de l’Ong-Alcrer

A la veille du 25ème anniversaire de l’Ong-Alcrer, Martin Assogba sort de son mutisme. Invité de l’émission dominicale « 90mn pour convaincre » de la radio nationale, Ortb, le président de l’Ong-Alcrer a saisi l’occasion pour répondre à toutes les questions. A ceux qui se plaignent de ne plus l’entendre comme auparavant et ceux qui lui reprochent de se muer dans un silence assourdissant, Martin Assogba répond que c’est parce qu’il y a désormais une gouvernance nettement meilleure qu’auparavant : « la gouvernance d’aujourd’hui est nettement meilleure que celle catastrophique que je dénonçais ». Estimant en effet que le régime en place respecte mieux les procédures et respecte l’orthodoxie financière en matière de gestion, le président de l’Ong-Alcrer pense qu’il n’y a pas matière à dénoncer là où il n’y a rien à dire. Car, justifie-t-il, les gouvernants d’aujourd’hui, comme s’ils ont entendu leurs cris d’avant, ont apporté des réponses à certaines de leurs préoccupations comme la lutte efficace contre la corruption à travers l’institutionnalisation d’une cour spéciale de répression, la CRIET. La mise en place de cette institution, détaille Martin Assogba, a pris le relais de la course de dénonciation que son ong faisait. Car, la lutte contre la corruption est une course de relaie qui est un champ dans lequel le dénonciateur passe la main à la justice qui doit faire les enquêtes et sanctionner les coupables. La mise en place de la CRIET est une réponse claire à la lutte de dénonciation de la société civile « Nous avons une drôle de chance que le régime actuel qui nous gère a accepté notre cri de cœur par la mise en place d’un collège de magistrats qu’ils ont baptisé «CRIET» » Selon Martin Assogba, la Criet a assaini le quotidien du Béninois. Les actions de cette cour ont créé au sein des Béninois qui estiment que l’argent du pays pouvait être utilisé à d’autres fins, la peur d’être mis à la disposition de la loi. Au cours de l’émission, l’invité de la radio nationale a saisi l’occasion pour faire le bilan des 25 ans de son combat à travers l’Ong Alcrer. Martin Assogba qui se réjoui d’avoir mené sans relâche une lutte acharnée contre la mal gouvernance, note qu’il a failli y laisser sa peau surtout avec son assassinat manqué en décembre 2013, ainsi que le braquage dont il a fait l’objet. En appelant d’autres citoyens à rejoindre les rangs de la lutte contre la corruption, le président de l’Ong-Acrer s’est dit satisfait de son parcours. Car,« c’est heureux qu’aujourd’hui il n’y a moins de détournements qu’avant »

Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page