.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grandes actions du chantre de la rupture en 2ans: Patrice Talon et l’impitoyable lutte contre la corruption


Vues : 0

Patrice Talon à bâtons rompus

Il avait donné l’alerte dès le début de son mandat. Beaucoup de Béninois n’avaient pas cru, parce qu’habitués à ce genre d’engagements de chefs d’Etat débutant en mal du sensationnel. Patrice Talon a brisé le mythe. Ce n’était pas que des paroles. Mais il y a eu des faits. Et ça continue. L’assaut a été donné par d’innombrables audits qu’il a très tôt lancés au niveau de plusieurs sociétés d’Etat et des projets qui ont brassé des milliards de FCFA, dans une certaine opacité. Une fois, les résultats obtenus, Talon s’est tourné vers la justice pour des poursuites judiciaires appropriées, après des radiations en série.
Que de scandales financiers ! Que de dossiers de malversations, ces derniers mois ! Les médias ne se lassent plus d’en parler. Affaires Soneb, Cnss/Bibe, Faux médicaments, concours frauduleux, subventions complémentaires aux forces de sécurité publique, intrants coton Sonapra… La liste est longue. Et la moisson est abondante. Les prisons béninoises sont inondées depuis quelques semaines par plusieurs hauts cadres de l’Etat, des directeurs généraux et autres. D’autres sont en attente. Les cas les plus préoccupants sont ceux des députés et d’anciens ministres également mêlés à des scandales financiers, qui pourraient bientôt y répondre, quand leur immunité sera levée probablement à la prochaine session parlementaire, suivant les tendances qui se dessinent.
D’aucuns ont qualifié cette lutte contre la corruption de « sélective », mais quand Talon a commencé à traquer dans son propre camp, avec par exemple, l’affaire Cncb, qui a récemment conduit l’ex-Directeur général de la structure, Antoine Dayori nommé sous la rupture, ils se sont quelque peu ravisés. Patrice Talon, visiblement, ne semble faire cadeau à personne, qu’il soit issu de ses rangs ou pas. La rigueur extrême qui caractérise cet ancien homme d’affaire de renom l’en empêche absolument. S’il faut espérer qu’il fasse davantage pour assainir de fond en comble la gouvernance au Bénin, le peu qu’il a déjà entrepris est salué par bien d’observateurs au Bénin, qu’à l’international. Le dernier rapport 2017 de Transparency international a fait l’heureux constat d’une nette régression de la corruption dans le secteur public au Bénin, qui a réalisé une avancée de dix places, en occupant le 85ème rang sur 180 pays évalués avec une note de 39 points sur 100, alors qu’en 2016, il avait occupé le 95ème rang sur 176 pays. Ce n’est pas rien. Les nouveaux indicateurs imprimés sous Talon y ont sans doute contribué. C’est, en tout cas, une grande prudence qui règne désormais dans toute l’administration béninoise où chaque acte posé est suffisamment muri et entouré de toutes les précautions pour se mettre à l’abri de tout ennui judiciaire. Les hauts cadres béninois se sont tous ressaisis et gèrent avec beaucoup de délicatesse désormais, les ressources publiques mises à leur disposition. Patrice Talon est entrain de gagner ainsi un gros pari dans la lutte pour l’assainissement de la fonction publique béninoise, et s’il maintient le cap, le Bénin deviendra un modèle en la matière, dans les années à venir. Il semble bien déterminé à y aller, dût-il accroître, au fil des jours, une impopularité qui ferait frémir ailleurs d’autres chefs d’Etat aux ambitions politiques et électoralistes démesurées.

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page