.
.

Le triomphe de la vérité

.

PAG: Le FMI accroit son aide au Bénin


Vues : 60

ministre des finances wadagniSept ans après un programme de prêts de 114,5 millions de dollars pour la période  2010-2014, le FMI  a conclu avec l’Etat béninois un nouvel accord sur un programme triennal de 150,4 millions de dollars. Les discussions entamées depuis Juin 2016 à cet effet, ont connu leur épilogue ce mercredi 22 février 2017 avec le point de presse conjoint des experts du Fonds dépêchés à Cotonou et du ministre des finances, Romuald Wadagni.  Cette deuxième mission du FMI dirigée par Norbert Toé a séjourné à Cotonou du 15 au 22 février. Elle  avait pour objectif de finaliser les négociations sur un programme économique triennal soutenu par le mécanisme de Facilité élargie de crédit (FEC), principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien financier à moyen terme aux pays à faible revenu. Le taux d’intérêt des crédits accordés à ce  titre  est de 0%, avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans. Le programme économique triennal vient en appui au programme d’action du gouvernement et a pour objectif de « créer plus de marge budgétaire par la modernisation des administrations fiscales et douanières et l’amélioration de la qualité des dépenses publiques », selon  le compte-rendu de la mission du FMI.L’assistance du Fonds Monétaire Iinternational  devrait aussi « aider le pays à faire face aux besoins de financement de sa balance des paiements » et à maintenir « la viabilité de sa dette [37% du PIB en 2015] au regard de l’important programme d’investissement public ». Celui-ci atteint environ 9000 milliards de FCFA pour la période 2016-2021 et cible une croissance moyenne de 6,5% sur cette période (contre 5% en 2016) et la création de 500 000 emplois, notamment avec la création de six pôles de croissance dans l’agriculture.L’accord sera examiné par le conseil d’administration du FMI en mars-avril prochain.
Pour le ministre des finances, le gouvernement avait besoin de recourir au FMI pour asseoir sa crédibilité. Romuald Wadagni a insisté sur l’état des lieux de l’économie béninoise au 06 avril 2016, marqué par un  « niveau d’endettement abyssale, un niveau de trésorerie plus  que inquiétant, un niveau de déficit budgétaire élevé et de très mauvaise qualité c’est-à-dire que le niveau de déficit n’a pas servi en réalité à faire des financements mais uniquement à financer le train de vie de l’Etat. ». C’est pourquoi, a-t-il dit, « la première ambition, c’était d’associer tout de suite le Fonds Monétaire International, lui présenter notre programme et faire le nécessaire pour asseoir la crédibilité de notre gouvernement ».
Les conditionnalités du Fonds
Mais cet apport du FMI n’est pas sans conditions. Le Bénin s’est notamment engagé à mettre en place une croissance économique inclusive, l’amélioration du climat des affaires et des réformes structurelles visant à améliorer l’administration des impôts et des douanes, la gestion de la dette,  et  le développement du secteur privé. L’élargissement de  l’assiette fiscale en vue de porter le ratio des ressources propres sur le PIB de 14,7% en 2016 à 17,4% à la fin du programme, fait également partie des engagements du Bénin.

Olivier ALLOCHEME   

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page