.
.

Le triomphe de la vérité

.

Affaire Segub/Véhicules d’occasion: 7 personnes déférées en prison, plusieurs libérations sous cautions


Vues : 23

L’affaire dite de véhicules d’occasion a connu un rebondissement depuis le mardi dernier. En plus des responsables de la Société d’Exploitation du Guichet Unique du Bénin (SEGUB), 27 autres personnes ont été interpelées par la justice béninoise. En dehors des 22 personnes gardées à vue depuis le mardi dernier par la Brigade économique et financière, celles qui étaient libérées sous convocation ont répondu à l’appel du procureur de la République dans la journée du mercredi 16 novembre 2016. L’audience spéciale organisée par le juge des libertés du tribunal de première instance de Cotonou en présence des avocats des prévenus  a pris fin à l’aube de ce  jeudi 17 novembre avec d’importantes décisions. Ainsi, 7 prévenus sont jetés en prison  pour avoir manqué  de payer la caution exigée par la justice béninoise, à savoir la moitié du montant qu’ils sont soupçonnés d’avoir détournés dans cette affaire scandaleuse perpétrée sous le régime Boni Yayi. Parmi les nombreuses personnes interpelées, il y a entre autres 4 cadres du Centre national de sécurité routière (Cnsr) dont les anciens Directeurs, Zohoun et Bocco,  Mathias Gbèdan, ancien maire de la commune de Sèmè-Kpodji, Cornélie Oké, Directrice de la société Fifty-Fifty, Adolphe Domingo, frère de l’actuel maire de Houéyogbé, le Général Soumanou Oké, les sieurs Yaya Adéoti et Nazaire Dossa. Les responsables de la Segub à savoir le Directeur général, Pascal Genet et ses collaborateurs, Marcel Alapini et Nicolas Duval, à l’instar des présumés suscités  se sont également expliqués devant le parquet. Il y avait aussi certains membres du groupement d’accueil des parcs de vente de véhicules d’occasion et du Mouvement des Zémidjan pour un Bénin émergent (Mozebe). Ainsi, au-delà des sept  prévenus placés  sous mandat de dépôt, le reste est libéré sous caution. Selon certaines sources, l’ancien député Edmond Agoua,  Pdg  de la société Fifty Fifty, impliqué dans l’affaire, aurait déposé une maison d’une valeur de 500 millions  FCFA en garantie pour être libéré. Toujours selon  les informations parvenues du tribunal de première instance de Cotonou, Adéoti Yaya aurait versé  150 millions FCFA contre sa libération tandis que  Nazaire Dossa a pu mobiliser 15 millions de FCFA pour échapper à la prison. L’ancien maire de la commune de Sèmè-Kpodji, Mathias Gbèdan qui s’était rendu au tribunal avec une natte serait libéré aussi sous caution. Reste que,  le dossier n’est pas encore clos, puisque l’honorable Denis Oba Chabi et un haut gradé de l’armée cités n’ont jusque-là pas encore répondu à l’appel de la justice. Le Directeur Général de la SEGUB et ses collaborateurs  auraient  quant à eux déposé  chacun selon les indiscrétions, 50 millions de francs CFA pour leur liberté.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page