.
.

Le triomphe de la vérité

.

Trois questions à Mouftaou Adissa, promoteur sportif: « Les crises à répétition dans le football tuent les talents dans notre pays »


Vues : 20

Mouftaou Adissa AdissoloRencontré lors d’un tournoi des vacances à Zogbo, Mouftaou Adissa, lui aussi promoteur de plusieurs tournois, a accepté se prononcer sur l’atmosphère délétère  qui règne dans le football béninois. Selon lui, ce sont les crises qui ne permettent pas aux jeunes de réaliser leur rêve : celui de devenir footballeur de haut niveau ; des stars. Lisez plutôt.  

L’Evénement Précis: Quelles appréciations faites-vous de l’état dans lequel se trouve la gestion du football aujourd’hui au Bénin ?

Mouftaou Adissa: Ce qui se passe aujourd’hui et qui s’est toujours passé est une honte pour le pays. Depuis des années, on ne fait que chanter le même refrain. On ne fait que parler de crise. Et pendant ce temps, des talents meurent. Du fait que cette situation ne leur permet pas de bien construire leur carrière. Nous savons de quoi nous vous parlons. Car moi-même qui suis en train de vous parler, j’ai été victime de cette situation qui, à mon avis, a trop duré. Il est vrai que nul ne peut prédire son avenir. Mais je m’étais, dans mon jeune âge, donné à ce sport et j’y croyais énormément. Je rêvais de devenir une star. Mais à cause des crises à répétition, qui nous empêchaient d’avoir de continuité dans les championnats, puisque vous ne restez pas sans savoir que les championnats vont très rarement à leur terme et ne se jouaient pratiquement pas, j’ai dû abandonner. Et tout comme moi, plusieurs autres ont raccroché et Dieu seul sait combien ils étaient talentueux.

Et que pensez-vous qui doit être fait pour que la paix revienne dans la famille du football afin que la carrière des joueurs soit sauvée ?
Vous savez, il y a un adage qui dit « quand on tire sur une corde attachée au cou d’un mouton qui résiste, lui aussi, si la corde ne se casse pas, c’est le mouton qui meurt ». Et pour que ni l’un, ni l’autre de ces cas n’arrive, il vaut mieux lâcher la corde. Alors je voudrais que la corde soit lâchée. Cela signifie qu’il faut que les protagonistes acceptent de voir l’intérêt général de tous et non leur propre intérêt. Il faut qu’ils enterrent la hache de guerre, qu’ils oublient le passé pour construire l’avenir. Car, ailleurs, le football est un facteur qui rassemble les peuples.  Et pourquoi chez nous, il va être un facteur qui divise les gens.

Aujourd’hui vous êtes un promoteur de plusieurs tournois de football…
Oui. Je le suis. Et ceci, dans le but de combler le vide que créent les dirigeants en se battant, tout en oubliant l’essentiel qui est l’organisation des compétitions dignes du nom pour les jeunes qui ont vraiment des ambitions. C’est ma manière à moi de contribuer à leur épanouissement ; de leur permettre de nourrir leur envie. Je joue parfois avec eux juste pour leur dire qu’il faut qu’ils ne se découragent pas et qu’il faut qu’ils continuent de rêver. Ceci dans l’espoir que les dirigeants cessent leur guerre de personnes afin de se consacrer au concret, c’est à dire organiser comme il se doit, le football pour que les jeunes qui ont des rêves puissent les réaliser.

Réalisation: Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page