.
.

Le triomphe de la vérité

.

Journée africaine de la Décentralisation: Véronique Brun Hachémè implique les femmes dans le développement local


Vues : 7

Véronique Brun Hachémè EPLe Bénin célèbre aujourd’hui, lundi 10 août 2015, la journée africaine de la décentralisation et de la gouvernance locale. A cette occasion, Madame la  ministre de la Décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire, Véronique F. Brun Hachémè, a appelé les différents acteurs de défense des droits des femmes à se mobiliser pour faire valoir l’égalité et l’équité entre les sexes.

 

MESSAGE DE MADAME LE  MINISTRE

DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L’ADMINISTRATION ET DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA QUATRIEME JOURNEE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DE LA GOUVERNANCE LOCALE

 

–      COTONOU, LE 09 AOÛT 2015 –

Béninoises,

Béninois,

Chers (ères) compatriotes,

Le Bénin, à l’instar de tous les Etats de l’Union Africaine célèbre demain, lundi 10 août 2015, la Journée Africaine de la Décentralisation  et du Développement Local, journée instaurée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement lors du 18ème sommet tenu à Addis-Abeba en Ethiopie en 2012.

Au Bénin, les manifestations devant marquer cette commémoration sont exceptionnellement reportées au 18 août prochain afin  de  s’assurer de la participation effective de tous les élus locaux qui viennent d’être mandatés à l’issue  des dernières élections communales, municipales et  locales.

Je voudrais,  tout en exprimant ma satisfaction pour le déroulement dans un climat apaisé de ces élections de proximité, adresser mes chaleureuses félicitations aux différents élus de cette troisième mandature du processus de décentralisation enclenché dans notre pays depuis 2003. Je voudrais profiter de l’occasion pour les appeler à prendre la mesure de l’énorme responsabilité qui est la leur dans la conduite et la réussite  du développement des communautés à la base.

Je ne puis m’empêcher de féliciter également tous  les acteurs étatiques et non étatiques pour leur contribution appréciable à l’organisation et à l’heureux aboutissement desdites consultations électorales.

Le succès de cette étape  très importante de notre processus démocratique témoigne une fois encore, de la vitalité de notre jeune démocratie et de la maturité politique du peuple béninois.

Pour sa part, Le Gouvernement de Son Excellence Dr Boni YAYI, Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, à travers mon département ministériel, s’engage à continuer d’accorder une attention soutenue aux préoccupations existentielles et de bien-être des populations de nos villes et de nos campagnes.

Béninoises ;

Béninois ;

            La commémoration de la journée africaine de la décentralisation et du développement local offre l’opportunité aux peuples africains d’échanger sur les défis majeurs auxquels sont confrontés leurs Etats dans la mise en œuvre de la décentralisation et du développement local.

Cette année, l’Union Africaine focalise notre attention sur deux (02) points essentiels à savoir, d’une part, un plaidoyer en vue de la signature et de la ratification de la Charte africaine sur les valeurs et principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local par la majorité des pays l’ayant adoptée et d’autre part sur la promotion des droits des femmes. C’est ce qui justifie le thème central de  cette quatrième édition qui porte sur : « L’approfondissement de la décentralisation et du développement local à travers une participation effective des femmes à la gouvernance locale ».

 

Mesdames et Messieurs ;

Chers compatriotes ;

Ce thème nous interpelle tous, gouvernants et société civile, sur l’un des grands défis de  la mise en œuvre de la décentralisation et du développement local,  en l’occurrence  la prise en compte de la dimension genre dans le choix de  nos priorités  de développement et dans la gestion des affaires publiques locales. C’est donc une journée de réflexion non seulement sur la cohérence des plans de développement communaux (PDC) et des budgets locaux en tenant compte des aspirations profondes de toutes les couches sociales, mais aussi de leur adéquation avec les principes et valeurs auxquels nos Etats ont souverainement souscrit dans le cadre des engagements internationaux.

Il pose également la question cruciale de l’application des dispositions relatives à l’égalité, au principe de non discrimination entre les sexes, contenus dans notre Loi fondamentale, nos textes réglementaires, les documents de planification stratégiques et de politique de développement.

En effet, malgré l’affirmation par la Constitution du 11 décembre 1990 du principe de non discrimination entre les sexes et le choix d’un développement local inclusif dans la Loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des Communes en République du Bénin, la part accordée à la dimension genre dans la mise en œuvre du processus de décentralisation reste très marginale.

En témoigne le très faible taux de représentativité des femmes au cours de la mandature passée (1e femme sur 77 Maires et 66 Conseillères communales et municipales  sur 1435).

Les résultats issus des dernières élections ne sont guère plus reluisants même s’il est à noter une légère amélioration. Seulement deux (02) femmes sont élues maires et trois (03) adjointes aux maires.

Il apparaît dès lors impérieux et urgent, pour la consolidation de ce processus, de parvenir à une implication plus accrue  des femmes  soit en tant que citoyenne, ou en tant que leader politique.

        Nous nous devons de le faire par respect des engagements et des obligations  internationaux souscrits par notre pays le Bénin, mais aussi du fait qu’avec un taux  de 50% au niveau mondial et  de 52 % au plan national, les femmes constituent un pilier important de la société à même de la transformer positivement et qualitativement.

La décentralisation ne peut contribuer au développement durable que lorsqu’elle prend en compte les aspirations politiques et les besoins économiques, socio-culturels de toutes les couches de la société.

 

J’en appelle donc à la mobilisation de toutes les organisations de défense des droits des femmes, des organisations non gouvernementales et des partis politiques ainsi que des parlementaires afin que chacun, à son niveau, puisse agir pour faire valoir l’égalité et l’équité entre les sexes.

Vive  la  Journée  Africaine de la Décentralisation et du Développement Local !

Vive la promotion des droits des femmes !

Vive le Bénin !

Je vous remercie.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page