.
.

Le triomphe de la vérité

.

Suite aux sollicitations intempestives de fonds pour la correction de la Lépi: Le conseiller Gilbert Kinkpé exige la suspension des activités du Cos/Lépi


Vues : 1

Un conseiller municipal de Cotonou vient de jeter un pavé dans la marre au sujet du Conseil d’orientation et de supervision de la  Liste électorale permanente informatisée (Cos/Lépi). Il  s’agit de Gilbert Kinkpé. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée hier à l’Infosec avec quelques élus locaux et militants, il a exprimé son amertume par rapport aux sollicitations intempestives de fonds du Cos-Lépi. Il a assimilé le dernier appel de fonds fait par l’institution à un complot contre les finances publiques, qu’on ne saurait admettre. En citoyen libre et jaloux de la préservation des intérêts de son pays, l’homme a rompu le silence et proposé une solution radicale, à savoir, mettre fin et ceci, sans délai, aux activités du Cos-Lépi. Et pour le faire, il a invité toutes les institutions de la République, notamment, l’exécutif et son chef, le président de la République, Docteur Boni Yayi à une réunion d’urgence pour statuer définitivement sur le sort de cette institution qui est devenue, selon lui, une vache à lait et donc budgétivore. Il demande d’ailleurs d’aller plus loin en envoyant vérifier la gestion faite des 9 milliards déjà  encaissés par le Cos-Lépi afin que les responsabilités soient situées si jamais il y avait maldonne. Et pour la crédibilité d’un tel audit, il invite le chef de l’Etat à faire appel à des compétences étrangères.

Les propositions de Gilbert Kinkpé pour sortir de l’impasse électorale
Pour sortir de l’impasse électorale actuelle, le conseiller municipal, Gilbert Kinkpé propose une solution moins lourde et bien bénéfique à ses yeux pour les finances publiques. Il invite le Gouvernement à prendre la mesure de la situation en dotant les préfectures des moyens nécessaires pour qu’elles établissent, sans délai, des cartes d’identité à tous les citoyens en âge de voter. Une telle opération qu’il pense réalisable dans un délai bien court permettra  aux citoyens de prendre part aux élections communales, locales et municipales avant 2015 en toute transparence. Car, selon ses explications, les préfets se chargeront de faire la photocopie de chacune des cartes d’identité établies qu’ils  vont transmettre à la Céna qui s’en servira pour établir le fichier électoral. La carte d’identité deviendra ainsi la carte d’électeur pour les citoyens en âge de voter.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page