.
.

Le triomphe de la vérité

.

Bretelle de Bopa et cabale contre le président Mathurin Nago: Des cadres de Houéyogbé jouent aux sapeurs-pompiers


Vues : 51

La cabale enclenchée contre le président de l’Assemblée nationale Mathurin Coffi Nago suite à ses déclarations au sujet de la bretelle de Bopa préoccupe des cadres de la commune de Houéyogbé. Ne voulant pas laisser ce conflit fratricide perduré, une délégation de cadres ressortissants de la commune de Houéyogbé est allée échanger avec le président de l’Assemblée nationale. C’était le mercredi 24 septembre dernier où ils ont été reçus en audience par le président de l’institution parlementaire. Dans leur démarche qui se veut conciliatrice les membres de la délégation ont voulu d’abord écouter la victime pour mieux comprendre les mobiles de ce lever de bouclier. Selon leur porte-parole d’Alcantara Zocli, ces «convulsions et troublions politiques» dont le distingué professeur Mathurin Coffi NAGO, deuxième personnalité de l’État, est la cible, ont ébranlé les paisibles populations de Bopa et de Houéyogbé. La situation a interpellé la conscience des cadres natifs de la région ainsi que celle des notabilités dans les deux communes, dans la Nation ainsi que des personnalités étrangères. «Ce n’est pas dans nos habitudes de voir les choses du genre. Nous ne saurons rester indifférents» a dit l’intéressé. C’est pourquoi, ils ont décidé d’aller écouter Mathurin Nago pour lui exprimer leur sympathie, leur solidarité et l’assurer de leur soutien fraternel. Mieux, ils ont exprimé leur disponibilité à rencontrer Boni Yayi dans le souci de calmer le jeu et ramener au sein des fils d’une même ère géographique. L’ancien président de la commission spéciale transitoire de la CCIB a lancé un appel pour la paix aux différents protagonistes de cette agitation politique. «Nos deux communes d’abord sous la colonisation vivaient en bonne intelligences sous le cercle unique de Bopa puis sous la sous-préfecture de Bopa et ensuite transformées en deux sous-préfectures puis en communes de Bopa et de Houéyogbé» rappelle le porte-parole de la délégation. « Nous voulons d’abord la paix dans nos deux communes, la paix dans notre département, la paix dans chaque département du Bénin, la paix au Bénin, la paix à l’extérieur de nos frontières. Voilà l’appel que nous lançons à tous ceux qui ont été associés de près ou de loin à cette agitation politique» a martelé le porte-parole du groupe. Pour lui il n’est pas exclut d’aller écouter le Chef de l’Etat. «Si le Président de la République le souhaitent, si son calendrier le lui permet nous pourrons demander une audience pour lui porter la primeur des échanges que nous avons eu avec le Président de l’Assemblée Nationale» a-t-il ajouté. Plus loin Pierre D’Alcantara ZOCLI a laissé entendre que la délégation prévoit également approcher les autres protagonistes de la situation dans les communes de Bopa et de Houéyogbé. Dans la même veine, elle va recueillir l’avis du préfet des départements du Mono-Couffo en tant qu’autorité administrative.

Hugues E. PATINVOH 

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page