.
.

Le triomphe de la vérité

.

Crise sociale: Le maintien d’Azandé complique la crise, la grève se poursuit


Vues : 4

Le message du chef de l’Etat sur la restitution des défalcations des mois de janvier et février a très mal été reçu par les travailleurs et les responsables syndicaux. Pour le secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), Pascal Todjinou, « si on ne limoge pas Azandé, la grève continue ». Car, pour lui, le déclenchement de la grève a bien un objet. Celui de la sauvegarde des libertés et surtout le limogeage du préfet des départements de l’Atlantique-Littoral, Placide Azandé et de son bras exécutant, le commissaire central de Cotonou, Pierre Agossadou. Selon Pascal Todjinou, aucune conclusion de négociation ne se fait à la télévision nationale. Et plus loin, ajoute-t-il, « cette intervention du chef de l’Etat est un désaveu cinglant pour les membres du gouvernement qui négocient avec nous ». A la question de savoir l’avantage de cette sortie médiatique, il estime que le discours n’a rien apporté de nouveau. Et pour montrer sa bonne foi, le syndicaliste pense que le gouvernement devra, dès lundi prochain, commencer le payement des défalcations. Par ailleurs, pour son camarade de la Centrale des syndicats des travailleurs du Bénin (Cstb), Paul Essè Iko, c’est un discours provocateur. Il s’agit de vaincre ou périr. En ce qui concerne ce bras de fer, l’impression générale est, selon les syndicalistes, que les mobiles ne sont pas abordés par le gouvernement qui, malheureusement, campe sur sa position.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page