.
.

Le triomphe de la vérité

.

Constitution de nouveaux groupes parlementaires: Bouleversements politiques à l’Assemblée, la mouvance sauve Rosine Soglo


Vues : 26

Rosine Soglo et le C A à la tête de foule, entrant dans la bibliothèqueDisparu après la démission de trois de ses membres, Epiphane Quenum, Parfait Houangni et Camarou Ali, le groupe parlementaire « Nation et Développement » présidé par Mme Rosine Vieyra Soglo renaît de ses cendres avec l’adhésion de trois autres députés. Il s’agit des députés Célestin Goutolou, Zéphirin Kindjanhoundé et Claudine Prudencio qui ont, entre temps, démissionné de leurs groupes parlementaires respectifs pour aider à la reconstitution de ce groupe parlementaire. Leurs lettres de démission et d’adhésion ont été rendues publiques hier jeudi 7 novembre au cours de la séance plénière consacrée à l’examen du rapport d’activité du président de l’Assemblée nationale de la session précédente. «… Au nom des nombreuses luttes politiques de cette brave dame, au nom des principes du genre, au nom de la sous-représentation des femmes dans cet hémicycle, au nom de la solidarité féminine et compte tenu de l’appartenance de la RB à la majorité présidentielle plurielle, nous voudrions marquer notre opposition farouche à toute manœuvre à conséquence directe liée à la marginalisation de la femme au sein de notre parlement. De ce fait, nous apportons notre solidarité aux nombreuses luttes de Mme Rosine Vieyra Soglo pour l’émancipation de la femme béninoise », a expliqué le député Claudine Afiavi Prudencio dans sa lettre d’adhésion. Même son de cloche avec le député Célestin Goutolou qui déclare que « compte tenu du précieux rôle joué par l’ex-première dame dans cet hémicycle et sur l’échiquier politique national, j’ai décidé d’apporter mon soutien à la reconstitution de son groupe parlementaire ». Quant à l’honorable Zéphirin Kindjanhoundé, il confie avoir un devoir moral d’assister la présidente Rosine Vieyra Soglo aussi longtemps que son parti demeurera au sein de la mouvance présidentielle.

Mathurin Nago relève un vice de procédure

Aussitôt, à la suite de la lecture desdites lettres de démission et d’adhésion, le président de l’Assemblée nationale, Mathurin Nago a relevé un vice de procédure. Selon ses explications, le groupe parlementaire « Nation et Développement » a cessé d’exister depuis la démission de trois de ses membres. Donc, par conséquent, il ne saurait y avoir de nouvelles adhésions à un groupe parlementaire qui n’existe pas. Pour éviter que des recours ne soient formulées contre la reconstitution dudit groupe parlementaire, Mathurin Nago propose aux députés ayant déclaré leur adhésion de bien vouloir se concerter avec les six autres membres restant du groupe parlementaire « Nation et Développement » pour se conformer aux dispositions du règlement intérieur, notamment en son article 24, alinéa 1 et 2. Il est important de signaler que suite à cette déclaration du président Nago, la présidente Rosine Vieyra Soglo a réagi pour dire qu’en tant que présidente du groupe parlementaire « Nation et Développement », il ne lui a pas été notifié les démissions qui sont intervenues au sein son groupe. Elle en a profité pour lancer des mots durs contre les députés démissionnaires. « Si vous pensez que vous me faites quelque chose en démissionnant, vous vous trompez … Qui connaissait Parfait Houangni, qui connaissait Camarou Ali, ces des gens qui ont profité de la RB pour se retrouver au parlement et maintenant ils démissionnent », s’est offusquée Rosine Soglo. La réplique du député Epiphane Quenum ne s’est pas fait attendre. Ce dernier a demandé la parole pour réagir, mais le président de l’Assemblée nationale a souhaité ne pas ouvrir la brèche pour un débat houleux qui sera fait d’invectives. Toutefois le député Epiphane Quenum a souhaité qu’à la fin des travaux de la plénière, que le président lui accorde un temps de parole de 5 minutes, conformément aux dispositions de l’article 51 du règlement intérieur du parlement pour exercer son droit de réplique. Ce qui a finalement été fait. Signalons également que conformément aux recommandations du président Nago ainsi qu’aux dispositions des articles 24 et 26 du règlement intérieur, le député Francis Loko a au nom du groupe parlementaire « Nation et Développement » fait la déclaration de constitution dudit groupe. Un groupe constitué de neuf députés avec comme présidente Mme Rosine Soglo.

Déclaration d’Epiphane Quenum

« … Je respecte maman, mais je voudrais qu’elle ne me sacrifie pas à l’autel des ambitions de son fils Léhady Soglo »

Après la réaction véhémente de la présidente Rosine Vieyra Soglo au sujet de la démission de Epiphane Quenum, Ali Camarou et Parfait Houangni du groupe parlementaire qu’elle préside et au constat que le président de l’Assemblée nationale n’ait pas voulu me laisser prendre librement la parole, j’ai demandé que soient activées les dispositions de l’article 51 qui accorde à tout membre de l’Assemblée cinq bonnes minutes de parole à la fin des débats à l’ordre du jour. La vérité sur la dislocation du groupe parlementaire ‘’Nation et Développement’’ de la Rb s’impose pour mettre fin aux spéculations de mauvais alois colportées ça et là par des apprentis sorciers de la 25ème heure arrivés dans une maison qui s’est vidée des bonnes chaires. N’attendez pas que je trahisse ma culture et mon éducation qui obligent à respecter la bosse du vieillard pour ce qu’elle contient que de choses mystérieuses et le sein de vieille mère pour ce qu’il est devenu une divinité. Je ne veux non plus dire que la présidente Rosine Vieyra Soglo use de mensonge. Un vieillard ne ment pas. On dit qu’il est dans l’art. En politique, cela s’appelle le principe de l’étonnement propre qui est l’art de se victimiser pour retourner les efforts d’une situation consciemment créée par soi-même. Les propos tenus par la doyenne des députés, maman, n’ont de but que de sacrifier Quenum et les autres députés sur l’autel des ambitions de son fils qui rêve de devenir le prochain président de la République et pour qui on élague les branches gênantes. Comment comprendre le comportement des sages de la politique qui mettent la braise sur le toit en paille de leur case et qui se mettent à demander secours et désigner un bouc émissaire qu’ils savent bien en leur âme et conscience innocent. Le président Yayi Boni n’a rien à voir dans ce dossier. La lettre demandant à Epiphane Quenum de quitter la Rb sous peine de ne même être reconnu comme membre de la famille ‘’Houézèhouè’’ a été distribuée à tous les députés. Là, je vois dans la désignation du président Yayi Boni l’art de se servir de ce qui n’est pas pour ‘’avorter’’ des contrats jurés devant Dieu et les hommes. J’ai entendu parler de transhumance comme le font les députés de la Rb. Quand on renvoie quelqu’un, on peut s’attendre qu’il aille quelque part d’autre. Je respecte maman, mais je voudrais qu’elle ne me sacrifie pas à l’autel des ambitions de son fils Léhady Soglo

Extrait du règlement intérieur

24.1 – Les députés peuvent s’organiser en groupes parlementaires par affinité politique. Aucun groupe ne peut comprendre moins de 10% de l’effectif total des députés à l’Assemblée nationale, non compris les députés apparentés dans les conditions prévues à l’alinéa 4 du présent article.

24.2 – Les groupes se constituent en remettant à la Présidence de l’Assemblée nationale une déclaration politique signée de leurs membres et comportant leurs noms et prénoms ainsi que ceux des députés apparentés et du Président du groupe. Les déclarations de constitution de groupes sont publiées au Journal officiel.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page