.
.

Le triomphe de la vérité

.

Un peu plus d’un mois après l’élection du nouveau comité exécutif de la Fbf: Les férus du cuir rond attendent toujours des actions concrètes


Vues : 5

DSC_0089Il y a un mois quelques jours que le nouveau comité exécutif de la fédération béninoise de football a été élu. Au-delà des bonnes intentions affichées, les amoureux du cuir rond veulent voir des actions concrètes et précises pour sortir le sport roi béninois de l’ornière.

S’il est vrai qu’un mois parait trop juste pour juger une équipe élue pour quatre ans, c’est aussi un bon timing pour voir si le rêve est permis. En effet, depuis son élection à la tête du sport roi béninois, le 30 septembre 2013, le président Augustin Ahouanvoébla ne s’est pas du tout reposé. Il a déjà bougé beaucoup de pions pour mettre le football béninois sur les rails. Depuis son élection à ce jour, il est en train de réorganiser l’administration en corrigeant les erreurs du passé. Cette modernisation va permettre d’avoir certainement une administration de développement. Tous les membres du comité exécutif se sont mis ensemble pour un début de mise en exécution du programme qui a permis à la liste « Renouveau du football » de gagner les élections. Mais tout ceci ressemble à du « déjà vu ». Les amoureux du football béninois veulent voir des choses concrètes pour juger l’Honorable Ahouanvoébla et son équipe.

La réconciliation de la grande famille du football béninois

Le premier et véritable chantier que les dirigeants du football béninois devraient attaquer est celui de la réconciliation de la grande famille du sport roi. En effet, depuis le 20 décembre 2010, un fil s’est coupé et le football ne s’en est plus remis depuis lors. Les grands bailleurs de ce football dont l’opérateur économique Sébastien Ajavon se sont fâchés et ont jeté l’éponge. Il a même fermé son centre de formation de référence. Dans la foulée, l’un des clubs emblématiques du Bénin, les Requins de Cotonou, n’a pas joué le championnat national depuis deux saisons. Il faut remettre le compteur à zéro et redonner espoir à tout le monde. Tous ceux qui peuvent apporter leur pierre à l’édifice doivent être appelés. Il s’agit dans un premier temps de faire appel aux vaincus du 30 septembre et tendre la main aux démissionnaires de 2010 tels que Bernard Hounnouvi, Victorien Attolou, Sylvain Lawson, Malick Gomina, etc… Il faut aller plus loin en faisant appel à d’anciens comme Marius Dadjo, Eloi Codo, Lolo Chidiack et consorts. C’est ainsi que dans la quiétude et beaucoup d’intelligence, le football béninois sortira des sentiers battus. Une fois la réconciliation faite, le Bénin peut avoir un championnat digne de nom, socle du développement durable du football. En tout cas, tout porte à croire que ce groupe est béni. Car sans championnat et sans préparation, le comité exécutif dirigé par l’Honorable Augustin Ahouanvoébla a envoyé les Ecureuils locaux qui terminent à la 2ème place du tournoi avec le meilleur buteur de la compétition dans leur rang en la personne de Naïm Djibril.

Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page