.
.

Le triomphe de la vérité

.

Formations diplômantes du centre de formation des agents de l’administrationlocale: Isidore Gnonlonfoun lance les activités à Tchaourou


Vues : 7

Isidore GnolonfounLe ministre de la décentralisation, de la gouvernance locale et de l’administration du territoire (MDGLAD), Isidore Gnonlonfoun a procédé hier jeudi 24 octobre 2013 au lancement officiel des activités de formation diplômante du Centre de formation des agents de la catégorie B des collectivités  locales de Papane dans la commune de Tchaourou (CeFAL). La cérémonie de lancement qui a eu pour cadre la maison des jeunes et loisirs de Tchaourou a connu la présence du préfet des départements du Borgou-Alibori, du représentant du président de l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb), de Madame la représentante de la coopération allemande, chef de file des partenaires à la décentralisation, du directeur du Cefal et des membres de son conseil d’administration, les maires de plusieurs communes, le personnel d’encadrement du Cefal, des étudiants de la première promotion ainsi que les sages et notables de la commune de Tchaourou. Le processus de décentralisation est en train de prendre une nouvelle tournure au Bénin et a certainement de beaux jours devant lui avec la création du  CeFAL. Créé par décret N° 2011-886 du 30 décembre 2011, ce centre qui a pour mission de renforcer les capacités des élus locaux ainsi que du personnel communal  accueille cette année la première promotion des apprenants des cycles de formations diplômantes.  Il s’agit de 59 agents des collectivités locales de la catégorie B sélectionnés sur  toute l’étendue du territoire national par test et qui subiront une formation de deux ans sanctionnée par un diplôme. Rappelons que c’est depuis juillet 2013 que les activités dudit centre ont été lancées avec des  formations certifiantes, des 77 chefs de services chargés de l’état civil des communes du Bénin sur « la gestion moderne de l’état civil », ainsi que de 154 chefs de services chargés de la gestion des archives et du secrétariat des 77 communes sur « la gestion des archives ». Il est également envisagé la formation qualifiante dans les tout prochains jours des acteurs de la chaîne de passation des marchés publics sur le processus de gestion des marchés publics. Comme on peut donc le constater, la création du CeFAL est une réponse, un début de solution aux maux qui minent et qui entravent l’évolution de la décentralisation au Bénin. En effet, après dix ans d’expérimentation, la gestion des collectivités à la base est en proie à d’énormes difficultés qui ont noms, mauvaise gestion, lenteur et lourdeur administratives, manque criard de moyens, non transfert des compétences et ressources et surtout l’insuffisance de cadres et de personnels qualifiés pour accompagner les élus locaux. Le CeFAL se veut donc un lieu de savoir et de formation des élus locaux, des agents des collectivités territoriales et  déconcentrées de l’Etat pour accompagner les communes dans leur mission de développement dès la base. Procédant au lancement officiel de la rentrée de cette première promotion de formation diplômante du CeFAL après une visite sur le site offert par la mairie de Tchaourou pour abriter ledit centre, le ministre de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement territorial, Isidore Gnonlonfoun, après avoir remercié le président Boni Yayi et  les partenaires techniques et financiers du Bénin dans le processus de décentralisation, a exhorté les 59 apprenants  au courage et à la persévérance. Car, selon lui, l’avenir et surtout la réussite de la décentralisation béninoise reposent désormais sur eux. Aussi, a-t-il attiré l’attention du personnel enseignant sur la responsabilité qui est désormais la leur en cette matière étant entendu que le gouvernement a déjà joué sa partition en créant le CeFAL. « Le succès du CeFAL dépend désormais de vous, de la juste perception que vous avez de l’historique mission qui vous est assignée et de votre capacité à vous en acquitter avec professionnalisme et esprit de rigueur. Le gouvernement et son chef comptent sur vous », a-t-il martelé   à leur endroit. Signalons qu’au cours de cette cérémonie de lancement, une communication sur l’importance de la formation professionnelle diplômante des agents des collectivités territoriales dans un processus de décentralisation a été présentée par le directeur du centre de formation pour l’administration municipale du Cameroun, Mathieu Abey. Mieux, il a été également signé une convention de partenariat entre le CeFAM du Cameroun et le CeFAL du Bénin.

Hugues E. Patinvoh

Reviews

  • Total Score 0%



4 thoughts on “Formations diplômantes du centre de formation des agents de l’administrationlocale: Isidore Gnonlonfoun lance les activités à Tchaourou

  1. SANNI Ousmane

    nous estimons que l’initiative est très louable de la part du gouvernement et du Ministère, mais ce qui importe est que tout citoyen du pays puisse accéder à cette formation s’il le désire quelque soit son origine et son niveau social pourvu qu’il ou qu’elle remplisse les conditions et que les informations en ce qui concerne le recrutement soient diffusées et donc portées à la connaissance du peuple.

  2. Jules comlan

    il est temps qu’on accompagne la gouvernance à la base avec les moyens nécessaires et c’est le lieu de rémemercier le ministre ISIDORE GNONLONFOUN et le président Docteur BONI YAYI

  3. GNONLONFOUN Jules

    IL est temps d’accompagner le développement à la base ,tout en renforçant la qualité de la gouvernance locale avec les moyens et outils nécésssaires comme le CEFAL.Faire en sorte qu’on sente que l’administration est vraiment descendue à la base et qu’on arrête de subir les lourdeurs administratives et qu’on perfectionne réellement l’administration par les formations qualifiantes qui répondent aux normes et défi du millénaire et qui s’inscrivent dans le dynamisme des autorités et de leurs administrés.c’est vraiment le lieu de féliciter et d’encourager le Président Docteur BONI YAYI et son Ministre ISIDORE GNONLONFOUN qui est” l’homme qu’il faut à la place qu’il faut” car pour avoir travailler plusieur fois dans la décentralisation.On ne doute point de la compétence de ce dernier.Il saura accompagner ce Ministère…bon vent donc à YAYI BONI et SON équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page