.
.

Le triomphe de la vérité

.

Remise en cause du contrat de Bénin control sur le Pvi:Un ministre au cœur du bras de fer Yayi-Talon


Vues : 4

Les jeux sont désormais clairs. Les dissensions nées de l’interprétation des dispositions du contrat que la société Benin Control a signé avec l’Etat ont mis au grand jour le pot-aux-roses. Une brouille précaire existe désormais dans les relations entre le Chef de l’Etat et l’homme d’affaires Patrice Talon, Pdg de Benin Control. La note du ministre de l’économie maritime au Président du conseil d’administration de la société de Patrice Talon est indubitablement la bombe qui a fait éclater la cordialité de ces relations.

 Surpris de recevoir pareille note alors qu’ils sont en contrat avec l’Etat, les responsables de Benin Control ont décidé de geler les activités de leur société. Cette attitude a permis de démasquer les torpilleurs des bonnes relations existant entre Boni Yayi et son ami Patrice Talon. Selon des sources introduites auprès du Chef de l’Etat, en partageant avec le Pdg de Benin Control les préoccupations des acteurs de la filière des véhicules d’occasion au sujet de la perception qu’ils ont des dispositions du contrat international, Boni Yayi n’aurait jamais demandé de retourner l’escorte à la douane, mais de discuter des modalités d’examen du transfert de cette compétence avec les responsables de Benin Control.

Mais contre toute attente, au lieu d’engager des négociations précises avec les responsables de la société de Patrice Talon, c’est une correspondance radicale qui a décidé de l’amputer de cette prérogative dévolue à Bénin Control par le contrat qui le lie à l’Etat. Les termes ladite note sont d’ailleurs évocateurs de l’allure de la démarche. Mieux, des expressions de la même note qui retourne l’escorte dans la sphère régalienne de l’Etat, tendent à montrer que la douane est la structure qui peut mieux gérer l’escorte alors même qu’aucune loi, aucun décret ne spécifie que l’escorte des véhicules d’occasion est du domaine exclusif de la douane.

Mieux, les mêmes sources indiquent que les intentions prêtées au Président de la République pour lui attribuer la responsabilité de la décision de retrait immédiat de l’escorte à Benin Control sont à chercher loin. En clair, la note du ministre de l’économie maritime est le grain de sel qui a salé et brouillé les rapports de Yayi et Talon au point où la paralysie des réformes portuaires est perceptible.

Et seule l’implication personnelle du Président de la République peut permettre de mettre de l’ordre dans son entourage surtout avec la recrudescence des actes posés au nom du Chef de l’Etat alors même qu’il n’en est pas informé. Boni Yayi doit saisir la situation pour rappeler ses ministres à l’ordre en vue de les mettre efficacement à contribution dans la conduite des affaires de la nation et se mettre à l’abri de fâcheuses situations. Il en va de la bonne marche de la refondation.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Remise en cause du contrat de Bénin control sur le Pvi:Un ministre au cœur du bras de fer Yayi-Talon

  1. Sêmassa

    A lire votre article Mr WANDJI je me demande si vous êtes Béninois et que vous vivez au Bénin?
    Retenez dès maintenant, qu’aucun Ministre de YAYI ne peut sortir une telle correspondence aussi dangereuse comme vous le dite si bien et que le Président ne soit au courrant, il est les seul à donner des ordres, et aucun ministre ne lui fait de propositions.
    D’ailleurs dite à votre source qu’elle doit être parmi ces sources qui vendent le mensonge dans l’entourage du Président.
    Sachez aussi que le projet PVI est un projet consu à grand frais par la Douane après SIDONIA pour renfflouer les caisses de l’état et qu’un douanier à la retraite est aller vendre à Mr TALON, aussi, l’escorte a toujours été appellée: Escorte-douanière.
    Servez nous de la vrais information que des mensonges issuent des gens mal intentionés du palais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page