.
.

Le triomphe de la vérité

.

Processus de révision de la constitution du 11 décembre 1990:WANEP-Bénin œuvre à une contribution qualitative des OSC au débat


Vues : 1

Un atelier d’experts sur la construction d’une position éclairée des organisations de la Société civile face au projet de révision de la Constitution du 11 décembre 1990 se tient depuis hier, mardi 13 mars 2012, à Cotonou. L’initiative émane du Réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP-Bénin) avec le soutien financier de OSIWA.

La société civile béninoise n’est pas en marge du processus enclenché depuis plusieurs mois pour enclencher la révision de la constitution du 11 décembre 1990. C’est pour témoigner de cet état de fait que WANEP-Bénin a initié le Projet « Consolidation du processus démocratique au Bénin par une participation citoyenne éclairée » dont l’une des composantes consiste en la construction d’une position de la société civile sur la révision de la constitution béninoise.

À l’occasion, le Coordonnateur du Projet, Joël Atayi-Guèdègbé a mis en relief les objectifs visés par cette initiative. De leur côté, le représentant du principal soutien financier de cette activité, l’Open Society Intiative for West Africa (OSIWA), Mathias Hounkpè et le président de l’Association béninoise de Droit constitutionnel (ABDC), Joël Aïvo se sont félicités de cette initiative avant de plaider pour sa contribution qualitative au débat sur la révision de la loi fondamentale en vue du renforcement de l’édifice démocratique béninois. Procédant à l’ouverture des travaux, la présidente du Conseil d’administration de WANEP-Bénin, Fatoumatou Zossou Batoko a fait observer que «…le processus de révision lancé par le Chef de l’Etat…qui s’est poursuivi sous l’actuel mandat, évolue malgré les griefs surtout d’absence de débat national sur la question ».

Aussi, dans son rôle de veille citoyenne et de sentinelle de la démocratie WANEP-Bénin a fait l’option de mettre à profit cette initiative pour favoriser une meilleure contribution des organisations de la Société civile au processus en vue d’une « révision basée sur le dialogue, le consensus, le parallélisme des formes et qui prenne surtout en les intérêts du peuple ». Ainsi, au cours des deux jours de réflexions, l’atelier, « permettra d’établir, au bénéfice des lumières de ce que notre pays compte d’universitaires et d’experts en matière constitutionnelle, un plan de plaidoyer pour une révision consensuelle de notre loi fondamentale », selon Fatoumatou Zossou.

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page