.
.

Le triomphe de la vérité

.

A 72 heures du voyage au Bénin du Pape Benoît XVI:Le Président Boni Yayi inaugure une statue de Bernardin Cardinal Gantin


Vues : 1

« Place Bernardin Cardinal Gantin » : c’est le nom que porte désormais l’esplanade du Champ de foire de Cotonou. Baptisée du nom de l’illustre prélat béninois décédé en mai 2008, la place a été inaugurée hier, 15 novembre 2011 par le Chef de l’Etat, le Docteur Thomas Boni Yayi qui y a dévoilé une majestueuse statue du prélat, en compagnie du maire de Cotonou, Nicéphore D. Soglo, du Nonce apostolique, Mickaël Blume et de nombreuses personnalités.

C’est en reconnaissance des mérites exceptionnels du célèbre prélat que le conseil municipal de Cotonou, a décidé le 9 septembre 2010, de baptiser la place du Champ de foire au nom du cardinal défunt. Désormais une statue y est implantée dans le but de promouvoir les valeurs incarnées de son vivant par l’illustre prélat.

Dans son allocution, le maire de la ville de Cotonou, Nicéphore D. Soglo est revenu sur les qualités intrinsèques du cardinal en rappelant que c’était un homme de Dieu, et un citoyen qui savait se mettre en tout temps au service de son pays. Nicéphore Dieudonné Soglo est également revenu sur la dextérité avec laquelle Bernardin Cardinal Gantin s’est s’engagé en toute humilité dans le règlement des dissensions internes du pays, jusqu’à la fin de ses jours.

Avant le dévoilement de la statue par le Chef de L’Etat, la place et l’œuvre d’art représentant le cardinal ont été bénies par l’archevêque de Cotonou, Mgr Antoine Ganyé et le nonce apostolique Michael Blume. Aménagé et embelli dans le cadre de la visite du pape Benoit XVI, l’ex champ de foire devient ainsi une belle place publique. Erigé au milieu du jardin du Champ de foire et non loin de l’archevêché, le portait de cardinal Bernardin Gantin en soutane, arborant fièrement sa mitre et tenant en sa main sa crosse pastorale d’évêque fait désormais la fierté des Cotonois et du Bénin tout entier.

D’une hauteur de 3 mètres, l’ouvrage posé sur un socle de 1,5m de hauteur garni de pierres ornementales, est l’œuvre de l’artiste bénino-nigérian Benjamin Mafort. Une croix fixée sur chacune des quatre faces latérales du socle sous-entend la souffrance, le répit ou la victoire de la vie sur la mort et symbolise la vie éternelle souhaitée à ce prince d’église.

Flore S. NOBIME (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page