.
.

Le triomphe de la vérité

.

Report de la plénière du jeudi 25 septembre 2008: Un député paralyse l’Assemblée


Vues : 0

 (Une preuve de la légèreté du fonctionnement du Parlement )
L’Assemblée nationale présidée par Mathurin Nago vient de rendre public, à travers un communiqué de presse, les raisons du report de la plénière du jeudi 25 septembre 2008 convoquée pour le vote du budget du parlement pour l’exercice 2009. Ce communiqué provenant du cabinet de Mathurin Nago mentionne que « La séance plénière initialement prévue pour €¦ jeudi 25 septembre 2008 n’a pu se tenir en raison de l’absence du territoire national du Premier Secrétaire Parlementaire ». A en croire le Directeur de Cabinet Comlan DADEGNON, le premier Secrétaire parlementaire qui est sensé suppléer au deuxième  « €¦ n’est pas revenu de son voyage à ce jour pour des raisons encore inconnues ». Mais puisque les dispositions de l’article 17-5 du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale exigent la présence d’un Secrétaire parlementaire aux plénières, la conférence des Présidents a simplement du report de la plénière.

Parlement ou Club d’amis !
Dans quelle République sommes-nous ? N’est-ce pas une stupéfaction pleine d’euphémisme au regard du dernier numéro des parlementaires              de  l’Assemblée nationale  Béninoise?  Le parlement d’un Etat qui aspire à l’émergence, et donc pour qui compte les secondes, les minutes, les heures a fortiori la journée, vient d’annoncer sans frayeurs au peuple, que son fonctionnement normal est remis en cause par l’absence d’un membre du parlement. Autrement le Parlement invite le contribuable Béninois à consentir au fait qu’un seul député vient de foutre en l’air tout le moyen matériel, financier et  mobilisation humaine sans raison valable soutenable par son Institution.
Le Parlement Béninois fonctionne-t-il aux normes d’un Club d’amis ; une partie de compagnons réunis dans une Association de quartiers où l’on peut sur simple motif de « la visite de belle-mère », s’absenter et laisser l’assistance constater.
Il se dégage de cette marque inconcevable de légèreté dans le fonctionnement du Parlement deux conclusions irréfutables toutes symptomatiques de la mauvaise vitalité du parlement. Il s’agit de la légèreté dans la conduite de l’Assemblée nationale et de la légèreté du rôle du Député par les Honorables membres du Parlement.
La première conclusion qui est une suite évidente de tout le précédent développement, constitue une manifestation palpable du peu de sérieux qui entoure la gestion des affaires parlementaires et dénote d’un manque effrayant d’anticipation d’une administration parlementaire qui n’a pu anticiper sur l’absence d’un secrétaire parlementaire, s’enquérir des raisons de l’absence et d’en aviser les députés. Mais cette conclusion est infiniment moindre au regard d’un Secrétaire parlementaire qui se joue à mettre en stand-by le fonctionnement d’une Institution républicaine sans raison valable.  

Plaisanterie de mauvais goût de Dahissiho
Joachim Dahissiho, 1er Secrétaire parlementaire aura marqué cette 5ème législature par l’exclusivité de son acte d’absence injustifiée au Parlement dans un contexte de remise en cause légitime du sérieux au travail des Honorables membres y figurant. Sans aucune saisine du Président du Parlement, il s’est autorisé d’ajourner une plénière de l’Assemblée nationale sans motif valable. L’on pouvait concevoir l’acte si cela  émanait d’un simple député sans aucune parcelle de pouvoir parlementaire. Le Secrétaire parlementaire a-t-il perdu de vue le sens de responsabilité surtout émanent de la deuxième institution de la République dont il est membre? Tout concourt à prioriser cette hypothèse surtout face à l’histoire  récente qui montre que la course à l’accession à ces postes de responsabilité était des plus rudes et que les locataires ne se révèlent pas en fin de compte les plus aptes.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page