.
.

Le triomphe de la vérité

.

Renforcement des capacités des opérateurs économiques: La Ccib signe des conventions avec trois structures


Echange des documents officiels entre l’Administrateur provisoire de la Ccib et la ministre du numérique et de la digitalisation

La salle de conférence de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) a servi de cadre à la cérémonie de signature des conventions-cadre de partenariat entre l’institution consulaire et trois différentes structures, le vendredi 6 septembre 2019. Ce partenariat a pour principaux objectifs, de former les membres de la Chambre et de veiller à la survie de leurs entreprises.

L’Ordre des experts-comptables et comptables agréés du Bénin (Oeccab), la Direction générale des impôts et le ministère du numérique et de la digitalisation, sont les trois nouvelles structures avec lesquelles, la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) vient de signer un partenariat en vue d’informer et de former les chefs d’entreprises et aider les entreprises à survivre. A en croire l’Administrateur provisoire de la Ccib, Alain Hinkati, la Chambre s’est dotée de deux nouveaux instruments pour l’atteinte de ces objectifs. Il s’agit des rendez-vous mensuels des experts et le parcours de l’entrepreneur. Le premier instrument se veut un creuset d’échanges au cours duquel, les experts en provenance des structures partenaires viendront répondre aux préoccupations spécifiques des chefs d’entreprise. Le second instrument consiste à accompagner les entreprises à pouvoir survivre à travers la sensibilisation des opérateurs économiques sur leurs obligations juridiques, le financement de son projet, et les préparer à entrer dans le monde du numérique. Par ailleurs, en signant ces conventions, la Ccib entend créer des opportunités d’affaires entre ses membres et ses partenaires. Dans sa prise de parole, le Président de l’Oeccab, Cosme Goundété a remercié les responsables de la Chambre pour cette opportunité qu’ils offrent à sa structure d’avoir des contacts fréquents avec le monde des affaires. « La Ccib, à travers ce partenariat nous donne la chance de désacraliser l’expertise que nous apportons, afin que cela ne soit plus perçu par du luxe », a-t-il déclaré, précisant également qu’il s’agit d’une occasion d’aller au contact du monde des affaires, de leur dire ce qu’on peut leur apporter et écouter les problèmes qu’ils ont pour y apporter des solutions efficaces.

La Direction générale des impôts prête à accompagner la Ccib

Selon l’Administrateur provisoire de la Ccib, Alain Hinkati, la formalisation de convention entre la Direction générale des impôts (Dgi) et la Ccib est une bonne occasion pour indiquer aux opérateurs économiques qu’on doit cesser de considérer la Dgi comme l’une des causes de fermeture des entreprises. « Pour tout citoyen et toute entreprise qui exercent au Bénin, ils doivent connaître leurs obligations et leurs droits par rapport à l’administration fiscale et les assumer », a insisté Alain Hinkati avant d’ajouter que ce faisant, l’Etat aura les moyens pour conduire la politique de promotion du secteur privé. Cette convention ainsi signée vise à créer un cadre d’échanges formel avec la Dgi pour permettre de former et de sensibiliser les opérateurs économiques sur leurs droits et leurs obligations vis-à-vis de l’administration fiscale. En outre, ce partenariat permettra également d’améliorer et de mettre à jour, le fichier des entreprises détenu par la Chambre et qui est l’outil de base pour l’organisation de l’appui que l’institution consulaire apporte aux entreprises. Saluant cette initiative, le Directeur Général des impôts, Nicolas Yénoussi a indiqué qu’en signant cette convention, la Dgi fait un pas de plus dans la promotion dans le civisme fiscal. Aussi fait-il savoir que par cette convention, les deux structures d’engagent à démystifier la fiscalité, simplifier les procédures, s’ouvrir davantage au monde économique et à faire connaître les droits et devoirs en matières de fiscalité aux opérateurs économiques, afin que la fiscalité ne soit plus un frein à la promotion des entreprises.Il a pour finir rassuré que la Dgi mettra à disposition de la Ccib, ses experts pour répondre aux diverses préoccupations spécifiques de opérateurs économiques lors de sessions de formations mensuelles.

La Ccib et le ministère du numérique et de la digitalisation s’engagent à relever les défis du numérique

« La signature de cette convention s’inscrit parfaitement dans la droite ligne de notre ambition pour le secteur du numérique et la digitalisation », a rassuré la Ministre du numérique et de la digitalisation Aurelie Adam Soulé Zoumarou avant de souligner que lorsqu’un Etat s’engage, comme le Bénin l’a fait, à devenir un carrefour de service numérique avec des échéances aussi ambitieuses, il est important que l’ensemble des entreprises, des opérateurs économiques se mettent aussi dans cette dynamique. C’est fort de cela qu’elle a indiqué que de par cette collaboration, son département ministérielle et la Ccib vont donner plus de moyens aux entreprises pour opérer et générer encore plus de valeur pour l’économie nationale. A son tour, l’Administrateur provisoire de la Ccib, Alain Hinkati a martelé que les entreprises ne peuvent pas entrées dans la modernité si elles n’utilisent pas le numérique. A l’en croire, la présente convention permettra de donner plus de contenus aux entreprises. Par ailleurs, en matière de commerce, la Ccib entend prendre un certain nombre d’initiatives pour promouvoir le .bj qui va donner plus de visibilité aux entreprises.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *