.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mandat écourté du Cos-Lépi: La Coalition de Djeffa dénonce une « complicité »  et brandit des exigences


Les anciens chefs d’Etat Yayi Boni et Nicéphore Dieudonné Soglo entourés de Sébastien Ajavon et du Professeur Albert Tévoédjrè

Moins de 72 heures après la décision de  la Cour constitutionnelle  d’écourter le mandat du Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Electorale Permanente Informatisée (Cos-Lépi), la Coalition pour la Défense de la Démocratie au Benin (CDD- Benin) a fait une déclaration pour dénoncer une « complicité » entre le président du Cos-Lépi,  Janvier Yahouédéhou et Joseph Djogbénou.  Elle a  également  exprimé ses exigences avant la tenue des élections législatives de 2019.  Lire ci-après l’intégralité de ladite déclaration.

 

DECLARATION DE LA COALITION POUR LA DEFENSE DE LA DEMOCRATIE AUBENIN (CDD-BENIN)

Contacts : 97 98 35 65/62 84 62 51/97 69 00 41

D’après le code électoral, l’apurement, la correction, la mise à jour et l’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (LEPI) issue du Recensement électoral national approfondi (RENA) se fait chaque année du 1 octobre au 31 décembre. Si la loi a prévu la mise en place du COS-LEPI le 1 juillet de l’année en cours, il est regrettable de constater que le COS-LEPI Yahouédéhou n’a pas été installé dans les délais règlementaires, en raison des manœuvres politiciennes dilatoires du Gouvernement et de ses députés du BMP, et ce, malgré les nombreuses injonctions de la Cour Holo. Finalement installé, la Cour Constitutionnelle par décision DCC 18-118 du 22 mai 2018 a fixé la fin de la mission du COS-LEPI au 30 novembre 2018. Mais sans surprise, l’avocat personnel du président de la République, une fois à la tête de laHaute juridiction, après les nombreux dégâts causés au ministère de la justiceavec notamment l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire contre les opposants,décide de démolir complètement la démocratie et l’Etat de droit.

A l’issue d’une audience publique anticonstitutionnelle tenue ce jeudi 21 juin 2018, la Cour Djogbénou a décidé de remettre en cause la décision DCC 18-118 du 22 mai 2018, fixant désormais la fin des travaux du COS-LEPI au 30 juin 2018.

Dans l’après-midi de ce vendredi 22 juin 2018, le bureau du COS-LEPI a été reçu par l’avocat et ami intime du chef de l’Etat, Joseph Djogbénou. « Effectivement, on a abordé le sujet avec le président Djogbénou. Vous savez, la Cour constitutionnelle est une Institution, le COS-LEPI est aussi une institution. Les hommes passent. Même sans l’équipe qui est là, le COS-LEPI va travailler. Nous, jusqu’au 30 juin, nous allons travailler de façon propre de manière à laisser à l’Institution le fruit du travail accompli pendant notre présence ». Ainsi s’est exprimé le président du COS-LEPI, Janvier Yahouédéhou, à l’issue de l’audience.

Quand on sait que le député Janvier Yahouédéhou est l’un des partisans du chef de l’Etat, on ne peut que conclure à une complicité dangereuse entre le président du COS-LEPI et le président de la Cour constitutionnelle pour tuer et enterrer la démocratie béninoise.

Dans sa décision DCC 17-262 du 12 décembre 2017, la Haute juridiction avait déclaré que : « les décisions de la Cour constitutionnelle sont revêtues de l’autorité de la chose jugée ; que de jurisprudence constante de la Cour, cette autorité de la chose jugée impose à l’Administration une double obligation, à savoir, d’une part, l’obligation de prendre toutes les mesures pour exécuter la décision juridictionnelle, d’autre part, l’obligation de ne rien faire qui soit en contradiction avec ladite décision » . En remettant en cause la décision DCC 18-118 du 22 mai 2018, la CourDjogbénou a violé le principe du respect de l’autorité de la chose jugée. Ellea bafoué la notion de l’autorité de la chose jugée dévolue à toutes les décisionsconstitutionnelles. C’est un crime. Cette remise en cause, mortelle pour le Bénin et sa démocratie déjà en agonie, fait dérailler le processus électoral et met en péril la paix sociale et la stabilité politique de notre pays.

– Considérant que la LEPI a une validité de 10 ans et n’arrivera à expirationqu’en 2021 ;

– Considérant que « les données nominatives, personnelles et biométriques àproduire au terme des opérations du recensement à vocation d’identification dont la Commission nationale de supervision assure le suivi et la mise en œuvre ne peuvent servir que pour l’établissement de la liste électorale permanente informatisée de 2021 ; {…} elles ne peuvent donc servir pour l’actualisation de la liste électorale permanente informatisée existante » ;

–      Considérant qu’aucune élection ne peut être organisée au Bénin jusqu’en2021 en dehors de la LEPI issue du RENA ;

–      Considérant la remise en cause de la décision DCC 18-118 du 22 mai2018 ;

–      Considérant la nécessité d’apurer, de corriger, de mettre à jour etd’actualiser la liste électorale issue du RENA pour des élections libres, transparentes, crédibles, sans violence ni intimidation ;

–      Considérant que le travail d’apurement, de correction, de mise à jour etd’actualisation du fichier électoral est du ressort du COS-LEPI ;

–      Considérant que les agissements de l’avocat personnel du chef de l’Etatmarquent inéluctablement le début de la remise en cause de toutes les décisionsprises par la Cour Holo contre le Gouvernement auquel il avait appartenu, lui-même alors ministre de la justice ayant été condamné à plusieurs reprises pourviolation de la Constitution ;

–      Considérant la modification du Règlement Intérieur de la Cour

Constitutionnelle en violation de la Constitution du 11 décembre 1990 et lerevirement opéré sur le contrôle de constitutionnalité des lois ;

–      Considérant que les dernières décisions de la Cour Djogbénou confirmentles appréhensions du peuple béninois depuis la désignation des membres de lanouvelle Cour constitutionnelle ;

–      Considérant l’urgence de mettre un terme à l’insécurité juridique érigée ensystème de gouvernance pour éviter de plonger le Bénin dans le chaos ;

La Coalition pour la Défense de la Démocratie au Bénin (CDD-Bénin) dénonce unprécédent extrêmement grave et une provocation politique de plus du pouvoir dePatrice Talon visant à distraire le peuple, afin de remplacer la LEPI issue du RENApar le RAVIP de la fraude de SAFRAN.

La CDD-Bénin exige l’apurement, la correction, la mise à jour et l’actualisation dela LEPI issue du RENA par le COS-LEPI, l’évaluation et l’audit indépendant de laliste électorale.

Dans le cadre de l’évaluation de la LEPI, les critères de transparence, decouverture et d’actualité, qui permettent de cerner l’état palpable du fichierélectoral, doivent servir de base d’analyse, afin de :

– identifier les forces et les faiblesses des trois principales phases du processusd’élaboration de la LEPI;

– proposer des mesures correctives immédiates dans la perspective de la tenuedes prochaines élections, ainsi que des mesures à moyen terme;

– recommander les actions à mettre en œuvre pour consolider et pérenniser lesacquis du processus jusqu’en 2021.

Il importe que les résultats de l’évaluation participent à la consolidation de la paixet de la stabilité démocratique du Bénin.

La CDD-Bénin dénonce l’attitude autoritaire du président de la Courconstitutionnelle, le rend responsable des déconvenues qui résulteraient del’impasse politique du fait de ses décisions partiales et incongrues et le met engarde contre les conséquences de sa soumission aveugle au système mafieuxde la ruse et de la rage.

La CDD-Bénin prend à témoin toute la nation béninoise et la communautéinternationale sur les jeux politiciens du Gouvernement, de la Courconstitutionnelle et de l’Assemblée nationale, les manœuvres de fraudesélectorales et les tentatives d’empêcher les opposants de participer à lacompétition électorale qui les préoccupent, au détriment du bien-être et desaspirations profondes du peuple meurtri, affamé, abusé, humilié, méprisé etabandonné par le pouvoir de Patrice Talon.

Enfin, la CDD-Bénin appelle le peuple béninois à la vigilance et à la grande mobilisation, en vue de vaincre les oppresseurs et pourfendeurs de la démocratie et de l’Etat de droit.

Vive la démocratie !

Vive l’Etat de droit !

Vive le Bénin !

BENINOIS DEBOUT !

Fait à Cotonou, le vendredi 22 juin 2018

LA COALITION POUR LA DEFENSE DE LA DEMOCRATIE AU BENIN (CDD-BENIN)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *