.
.

Le triomphe de la vérité

.

Journées africaines du Droit maritime: Les acteurs engagés à impulser un nouvel ordre dans les transports maritimes


Le  ministre de l’Economie maritime et des infrastructures portuaires, Rufin Orou Nan Nansounon a ouvert hier les travaux des journées africaines du Droit maritime au Palais des congrès de Cotonou. L’objectif pour les 17 pays africains mobilisés à cette rencontre est de trouver les solutions adéquates pour améliorer le secteur des transports maritimes.
Favoriser la rapidité des procédures de dédouanement et de livraison. C’est ce que vise la convention des Nations unies sur le contrat de transport international des marchandises effectué entièrement ou partiellement par la mer. Une convention qui a été adoptée à New York le 11 décembre 2008 et ouverte à la signature depuis le 21 septembre 2009. Et c’est pour vulgariser cette nouvelle convention que 17 pays africains prennent depuis hier part aux journées africaines du Droit maritime à Cotonou. Une convention qui consacre la dématérialisation des documents de transport et dont l’adoption, aux dires de la Directrice générale du Conseil national des chargeurs du Bénin (CNCB), Nadine Dako Tamadaho, « permet d’éviter les pertes et retards de documents » et « réduit les coûts ». Et c’est justement pour ça qu’elle trouve le thème : « Vulgarisation des règles de Rotterdam » autour duquel se déroulent les travaux de la rencontre de Cotonou intéressant, surtout que, selon ses dires, des experts venus aussi bien des organisations internationales que des communautés économiques régionales sont mobilisés pour la cause. Une remarque que le secrétaire général de l’Union des conseils des chargeurs africains (Ucca), Adamou Saley Aboudourahamane trouve pertinente. C’est pourquoi il a fait savoir aux participants que « …l’économie maritime a besoin d’être boostée par une politique et une réglementation juridique appropriées pour jouer son rôle moteur dans le développement économique des Etats ». Il sera appuyé par le ministre de l’économie maritime, Rufin Orou Nan Nansounon qui a ouvert les travaux de la rencontre. Pour lui, en effet, « Les règles de Rotterdam constituent un cadre juridique qui tient compte des nombreuses nouveautés technologiques et commerciales qu’a connues le transport maritime depuis de nombreuses années et qui fournissent aux chargeurs et transporteurs un régime universel équilibré ». C’est pourquoi il a invité les participants à la rencontre à un débat de qualité afin de faire des recommandations de qualité à l’issue des travaux. Sera-t-il entendu ? Rendez-vous est pris pour le 19 décembre prochain, jour de clôture des travaux.

Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *