.
.

Le triomphe de la vérité

.

4è édition de la formation à l’utilisation de ‘’Fishbase’’: 30 chercheurs de la sous-région outillés à l’Université d’Abomey-Calavi


Visits: 13

Après le Sénégal en 2015, le Kenya en 2016 et le Cameroun en 2017, le Bénin a accueilli l’édition 2023 de la formation à l’utilisation de Fishbase et à la taxonomie des poissons africains. Cette formation s’est déroulée à l’Université d’Abomey-Calavidu 20 au 27 novembre 2023 et a réuni des participants venus du Bénin, de la Belgique, du Togo, du Niger, du Burkina-Faso, du Mali et du Tchad.

Le présidium du lancement officiel de la formation

Le Fishbase est un système d’information présentant les données sur la biologie des poissons du monde. C’est la plus grande base de données en ligne et plateforme digitale consacrée aux poissons ; et le Musée royal de l’Afrique centrale, Africa museum qui fait partie du Consortium FishBase est responsabilisé pour la gestion des données relative aux poissons d’eau douces et saumâtres d’Afrique. Le but de FishBase est de transférer la connaissance et l’information concernant les poissons, vers les pays en développement qui ont souvent un accès limité à ces données. C’est pourquoi l’équipe de FishBase du Musée s’efforce d’améliorer l’accessibilité de FishBase aux chercheurs et aux décideurs africains et d’en promouvoir l’existence auprès de ce groupe cible. Depuis 2005, cinq scientifiques africains spécialistes des poissons sont formés chaque année au Musée. Ceci de façon alternative entre les pays anglophones et les pays francophones. Et vu l’engouement que suscite ce stage de formation, des sessions délocalisées ont été initiées pour atteindre plus de scientifiques prioritairement en poste dans les ministères, les centres de recherche et les universités qui œuvrent dans le domaine de la pêche, de l’aquaculture et de la taxinomie des poissons.

Pour cette 4è édition, 30 participants sélectionnés sont formés par une équipe locale composée d’anciens stagiaires de FishBase et un formateur du Musée Royal de l’Afrique Centrale (Africa Muséum) de Belgique.

C’est le Laboratoire d’Hydrologie et d’Aquaculture qui a accueilli la formation. Le Directeur dudit laboratoire, Professeur Philippe Lalèyè pense que l’initiative vient à point nommé pour permettre aux chercheurs, enseignants, techniciens, de s’approprier des nouvelles méthodes et outils de reconnaissance formelle des organismes tant convoités. En Afrique, selon ses explications, le poisson représente la principale source de protéines animales accessibles à la grande majorité des populations.

Au Bénin par exemple, ce produit contribue pour environ 31% la consommation de protéines animales. « Dans le continent africain, le poisson n’a pas qu’une importance alimentaire, il représente aussi un héritage biologique et culturel et présente une grande valeur socio-économique », a-t-il dit.

A l’occasion du lancement de la formation, Tobias Musschoot, représentant du directeur du Musée royal de l’Afrique centrale a présenté le musée et a salué la coopération entre les scientifiques qui sont formés depuis des années au Bénin comme ailleurs dans le monde. Au nom du recteur de l’Uac, le Professeur Aliou Saïdou s’est réjoui du choix porté sur son université. De son point de vue, cette formation permet aux participants de s’enrichir tant sur le plan personnel et professionnel sur la biodiversité des poissons et à leur intégration dans le FishBase. Notons que l’initiative est soutenue par la Coopération Belge au Développement.

Alban TCHALLA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page