.
.

Le triomphe de la vérité

.

Saisie de près de 400 tonnes d’engrais et intrants subventionnés : 67 faussaires interpelés : Le Gouvernement menace


Vues : 9

Le ministre Gaston Dossouhoui et le DGPR Soumaila Yaya lors de la conférence de presse

Malgré les efforts du gouvernement pour atténuer les effets de la cherté de la vie, des individus tentent de faire sortir de façon frauduleuse des engrais et intrants subventionnés par le gouvernement. Un point global a été fait ce lundi 23 mai 2022 à l’occasion d’une conférence de presse animée par le Ministre en charge de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche et le Directeur Général de la Police Républicaine.

Quel est le point : La sortie frauduleuse d’engrais et d’intrants subventionnés du territoire national est bien réelle. Récemment, la police républicaine a procédé à l’arraisonnement des camions en partance vers les pays voisins, dont les chargements sont estimés à 400 tonnes d’engrais et d’intrants subventionnés. En mai 2022, les opérations des éléments de la Police républicaine ont permis d’arraisonner : 40 sacs de 50kg d’engrais à Porga, 45,950 tonnes d’engrais NPK à Malanville, 3 tonnes d’insecticides à Datori et en provenance du Togo, 60,4 tonnes d’engrais maïs  Sodeco à Ouaké et détenus par un malien, 1,250 tonnes de NPK dans un véhicule à immatriculation nigériane à Malanville, 57 sacs de 50kg d’engrais à Madékali, 50 tonnes d’engrais Sodeco dans des camions à Immatriculation malienne à Djougou, 40 tonnes d’engrais dans la zone de Bodjékali, à Malanville. Soit un total de 297,6 tonnes d’engrais et d’intrants subventionnés en partance vers les pays voisins. A ce résultat s’ajoutent les saisies d’intrants effectuées entre 2021 et 2022 dans les 12 départements du Bénin. On note un total de 321 481 Kg d’engrais, 2 450 Kg de pesticides et 15,34 hl d’herbicides. Cette opération a également conduit à l’arrestation de 67 faussaires qui répondront de leurs actes devant les juridictions.   

Qu’en dit le ministre Gaston Dossouhoui : Cette manœuvre frauduleuse n’est pas du goût du patron en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui. A l’occasion de cette conférence de pesse, le ministre a fait part de sa désapprobation. « C’est notre économie que quelques vils individus cherchent à saboter. En l’espace d’un mois seulement, près de 400 tonnes d’engrais et intrants sont en instance de départ. Combien a pu partir par des voies déguisées ? C’est Dieu seul qui sait », se demande-t-il. Il a fait savoir que certains ont même déjà commencé par trafiquer les engrais à la faveur de passage de tel magasin à tel autre, et les engrais sont entreposés dans les villes frontières et n’attendent qu’à être sortis. Ceci, avant que les prix des engrais ne soient fixés. Une stratégie qui n’encourage pas les efforts consentis par le gouvernement qui a pu subventionner les engrais et intrants agricoles à coût de milliards. « C’est pour éviter la pénurie alimentaire, soutenir la sécurité alimentaire et faire gagner chaque producteur qui va utiliser ces intrants… Si nous arrivons à utiliser consciencieusement et correctement ces engrais sur la production, notre pays va gagner en notoriété, en sécurité… Ceux qui s’adonnent à cette activité sont en train de mettre le pays à genou. Car, si nous avons une insuffisance de production, nous aurons des poches de disettes et le ventre affamé n’a point d’oreilles… », a rappelé Gaston Dossouhoui.

Quel sort pour les contrevenants : Très amer, le ministre en charge de l’Agriculture rassure que l’État et les forces de l’ordre veillent à décourager les contrevenants à cette interdiction. Car, pour le ministre, les conséquences seraient désastreuses s’il en n’était pas ainsi. « …Les contrevenants subiront la rigueur de la loi. Les agents civils et les forces de l’ordre ne doivent en aucune manière s’introduire dans cette manœuvre frauduleuse. Je reprécise, tous les agents civils, militaires et lorsque je parle de militaires y compris les policiers, les douaniers, tous les éléments de force de l’ordre ne sont pas autorisés à s’impliquer à cette manœuvre frauduleuse. Dans le cas où ils s’impliqueraient dans cette manœuvre frauduleuse, ils subiront les rigueurs de la loi. Dans tous les cas, l’État veille ». Au Contrôleur Général de Police Soumaïla Allabi Yaya d’inviter les populations à coopérer pour faire échec à ces fraudeurs.

Entre les lignes : Pour combattre de façon efficace cette fraude, les numéros verts 113 et 166 ont été mis à la disposition des populations pour informer, renseigner et décourager les auteurs.

Rastel Dan

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page