.
.

Le triomphe de la vérité

.

Soulèvements populaires dans certaines villes du Bénin: Jacques Ayadji déplore les actes de violences et appelle à une élection apaisée


« Présidentielle d’avril 2021 et réélection de Patrice Talon avec sa colistière, contestation de la prorogation de 45 jours du mandat présidentiel selon la Constitution révisée de 2019, tension politique dans certaines villes du pays », est le thème débattu sur Café médias plus, par le président du parti Moele-Bénin, Jacques Ayadji, ce vendredi 9 avril 2021. D’entrée, il a expliqué que la politique est une compétition de confrontation des idées qui a pour unique arbitre, le peuple. A cet effet, il invite le peuple béninois à ne pas se laisser manipuler en perpétrant des actes de violences, mais en suivant les idées de chaque duo de candidats ainsi que des autres voix hostiles au processus électoral en cours et trancher dans les urnes. Tout en déplorant les actes de violences en cours dans certaines localités du pays, Jacques Ayadji a déclaré que le peuple doit comprendre que l’ordre constitutionnel a changé depuis novembre 2019. Ce qui a conduit à la prorogation du mandat de l’actuel chef de l’Etat de 45 jours. Mais, le parti Moele-Bénin travaille pour qu’on ait un peuple bien éclairé pour savoir faire la part des choses à chaque moment. Il a fait une comparaison entre l’élection présidentielle de 2011 et celle de 2026 pour indiquer que « Le nombre d’électeurs à qui on a arraché le droit de vote en 2011 par leur exclusion de la liste électorale est énorme. C’est un record qui sera difficilement égalé un jour », a révélé Jacques Ayadji qui s’est fortement demandé pourquoi c’est quand ça concerne l’intérêt du personnel politique qu’il y des récriminations. Jacques AYADJI a rappelé que l’élection présidentielle de 2011 demeure jusqu’à ce jour la seule de l’histoire démocratique tenue sans liste électorale préalablement connue, obligeant la cour constitutionnelle dans ses manœuvres politiciennes à soi-disant « relever par elle-même » le nombre d’inscrits à cette élection. Le président de Moele Bénin a par ailleurs exhorté les acteurs politiques à respecter les règles du jeu que le peuple s’est librement donné. « Tout ce qui a été fait comme réforme au Bénin est passé par les mailles des règles que nous avons éditées dans la Constitution du 11 décembre 1990 », a-t-il affirmé. Pour Jacques Ayadji, ce sont « ceux qui ne veulent pas suivre les règles du jeu, ceux qui ne veulent pas être lisibles en se conformant à une partie des lois qu’ils contestent », qui sont en réalité la cause des manifestations violentes de cette semaine. Et ces violences n’ont pas épargné Moele-Bénin. En effet, le président Jacques Ayadji a fait savoir que le coordonnateur départemental du Borgou du parti qui est originaire de Tchaourou est en cavale, et le coordonnateur communal de Tchaourou, blessé par les manifestants. Au regard de ces dérives, il soutient que le Gouvernement ne peut pas croiser les bras. Pour finir, il a invité les uns et les autres au calme et à la sérénité afin que le scrutin présidentiel du dimanche 11 avril 2021 se déroule dans la paix.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *