.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réaction du Président Nicéphore Soglo sur l’indépendance: «Nous devons recouvrer notre souveraineté monétaire et militaire»


A l’occasion de la célébration du 60è anniversaire de l’indépendance du Bénin, le Collectif pour la Sauvegarde de la Démocratie au Bénin (Csdb) a organisé, le vendredi 31 juillet 2020, un débat en ligne auquel l’ancien Chef de l’Etat Nicéphore Dieudonné Soglo a pris part. Ce débat a eu pour thème : « Indépendances africaines, néocolonialisme et nouveaux défis ».

Lire ci-dessous l’intégralité de sa réflexion

60 ans après les indépendances, peut-on considérer que l’Afrique est toujours sous tutelle européenne ou sommes-nous juste soumis aux réalités de la diplomatie internationale ?

Nicéphore Soglo : « L’Europe est comptable devant la communauté humaine du plus haut tas de cadavres de l’histoire » a dit avec pertinence Aimé CESAIRE dans le ‘’Discours sur le colonialisme’’. Aussi, quand le 14 Août 1941, le Président américain F. D. ROOSEVELT proposa au Premier Ministre Britannique Winston CHURCHILL, dans la Charte de l’Atlantique, comme but de leur guerre de libération, je cite : « Le droit de tous les peuples de choisir la forme de gouvernement sous laquelle ils veulent vivre » on crut, un court instant, que l’Europe allait saisir cette perche pour se réhabiliter. N’avait-on pas enfin un véritable bréviaire de la démocratie et de la décolonisation ? Ce fut tout le contraire ; CHURCHIL était offusqué. Comment pouvait-on faire une telle proposition au chef d’un empire sur lequel le soleil ne se couchait pas ?, Celui de la reine Victoria. Aussi, dès la fin de la guerre, malgré l’aide et les sacrifices des troupes coloniales (le capitaine SOGLO Christophe était l’aide de camp du ministre de la défense nationale, à mon arrivée en France en 1946. Il n’était pas un officier de plume. Il n’avait pas lu RENAN ou MAURRAS. Il avait gagné, par sa bravoure, ses galons sur les champs de bataille) le Plan Marshall (Les Etats-Unis d’Amérique mettaient à la disposition de l’Europe ruinée par ce conflit, l’équivalent de 1% de leur PNB sous forme de dons, soumis à une seule conditionnalité : privilégier les projets régionaux permettant un regroupement devant déboucher sur le marché commun et une réconciliation des nations hier encore ennemies). Cela n’empêcha pas les puissances européennes vaincues et qui gémissaient sous la botte d’HITLER et la Grande Bretagne de chausser gaillardement les bottes du F&hrer pour se livrer à des massacres dans leurs colonies et rebâtir leurs pays ruinés par la barbarie nazie. Ce fut un festival dans l’espace francophone. En Indochine (Vietnam), en Afrique et à Madagascar, la France n’eut de cesse que de dépecer l’Indochine, en Vietnam du Nord, Vietnam du Sud, Laos, Cambodge (POL POT). En Afrique au Sud du Sahara, l’Afrique occidentale française (AOF), l’Afrique équatoriale française (AEF) furent mises en pièces et maintenues dans la servitude, sous la férule du sinistre FOCCART, le Mister HYDE du Docteur JEKILL De GAULLE. C’est cela la Françafrique qui perdure depuis 60 ans. Heureusement pour nous, le Nigéria a dû faire face et vaincre une agression diabolique, barbare, pendant la guerre fratricide du Biafra de 1967 à 1970. La fédération nigériane a tenu le choc, n’a pas volé en éclats et mis en déroute ses adversaires. Elle porte aujourd’hui, comme jadis la Prusse de BISMARK en Allemagne et le Piémont Sardaigne de Cavour en Italie, l’espoir d’une renaissance africaine en Afrique de l’Ouest. Nous devons en effet, recouvrer notre souveraineté monétaire, notre souveraineté militaire avec une armée régionale unique, bâtie sur le modèle de la Chine, de l’Inde, du Pakistan, de la Corée du Nord en Asie, ou de la Turquie et de l’Egypte au Moyen-Orient et en Afrique. Et que désormais des pick-up ou des motos armées de kalachnikovs ne puissent plus mettre en déroute nos forces armées, qui se reposent trop souvent sur des forces étrangères. Une marine fédérale régionale pour protéger nos pêcheurs du pillage de nos ressources halieutiques. Nous devons enfin mettre un terme au pacte colonial, en transformant sur place nos immenses richesses pour jeter les bases de nos industries et créer des emplois dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, des communications, avec des chemins de fer reliant toutes nos capitales. C’est ce qui a été fait aux Etats-Unis d’Amérique par VANDEBILT, Jay GOULD et CARNEGIE etc. C’est une question de volonté, de détermination et d’organisation. L’histoire nous démontre, tous les jours, que la coexistence entre peuples est et sera toujours un rapport de force. Il est temps pour nous de quitter ce statut de néo colonie. Il ne faut pas être naïf ! François-Xavier VERSCHAVE a dépeint la situation des états francophones d’Afrique noire dans ses ouvrages. Il les a résumé dans celui intitulé ‘’Au mépris des peuples’’. Mais, nous allons vers la terre promise. Car, ‘’toutes les civilisations sont mortelles’’ comme l’a justement écrit Paul VALERY.

La responsabilité n’incombe-t-elle pas à nos leaders et intellectuels qui n’ont pas su conduire nos peuples vers la souveraineté réelle et entière, la volonté de s’éterniser au pouvoir de nos dirigeants ne les ont-ils pas rendus plus faibles et manipulables par les anciennes puissances coloniales ?

C’est indiscutable. La prospérité sinon la survie des pays colonisateurs, quels qu’ils soient, dépend de la main-mise sur nos immenses ressources naturelles. La démarche gaullienne en ce domaine, a été lumineusement exposée par François-Xavier VERSCHAVE. Pour justifier sa présence au Conseil de Sécurité des Nations Unies, la France devait posséder la bombe atomique. Elle a fait exploser son premier engin nucléaire à Reggane en Algérie, qui n’est pourtant pas un atoll du Pacifique. Et cela, malgré de violentes manifestations populaires à Lagos. Aussi, le 5 janvier 1961, le Nigéria rompit-il ses relations diplomatiques avec la France et expulsa l’ambassadeur de France Raymond OFFROY. C’est la cause lointaine du soutien français au Biafra pendant la guerre fratricide du Nigéria. L’uranium venait probablement du Niger, un pays de la fédération de l’AOF (Afrique Occidentale Française) que les socialistes du maire et député de Marseille, Gaston DEFFERRE et les gaullistes avaient auparavant pulvérisé en petits morceaux pour mieux les exploiter. Car l’accès aux matières première stratégiques (uranium, pétrole, cuivre, etc) ou juteuses (bois, café, cacao, coton, etc) et surtout la terre est toujours le principal objectif de tous les prédateurs étrangers. Cela a permis notamment le financement d’une ampleur inouïe de la vie politique française c’est-à-dire, le parti gaulliste, l’ensemble des partis de gouvernement, sans oublier les services secrets. De GAULLE avait créé à ce propos une société pétrolière ELF, qui était de notoriété publique la ‘’vache à lait de la République’’. C’est pourquoi, un émirat africain : le Gabon, atrocement pillé, qui est pourtant un Koweït ou un Abu-Dhabi équatorial est aujourd’hui un pays méconnaissable. Car l’AEF (Afrique Equatoriale Française) a subi le même sort que l’AOF (Afrique Occidentale Française). De GAULLE, dans une relation Docteur JEKILL and Mister HYDE avait chargé son spadassin : FOCCART de mettre ce programme en marche. Ce dernier sélectionnait les Présidents ‘’Amis’’, éliminait, avec une impitoyable violence, les authentiques héros de la renaissance du berceau de l’humanité : tels l’emblématique leader camerounais Ruben UM NYOBE ou le togolais Sylvanus OLYMPIO. FOCCART était aussi le champion de la fraude électorale massive. En 1996, après l’échec d’une tentative d’assassinat contre ma personne, dans ‘’L’Opération Tournesol’’, FOCCART n’avait-il pas dit à Jacques CHIRAC que, je cite : ‘’La victoire de KEREKOU lui paraissait souhaitable, et que le tandem KEREKOU-HOUNGBEDJI est un bon choix pour… la France’’ ? FOCCART est enfin, le parrain de tous les mercenaires tel Bob DENARD qui essuiera au Bénin, un cuisant échec. La coexistence entre les nations a été et sera toujours un rapport de force. Le jour où nous aurons notre arme nucléaire, comme la Chine, l’Inde, le Pakistan, la Corée du nord après les Etats-Unis d’Amérique, l’URSS, l’Angleterre, la France et Israël, nous pourrons plus tranquillement nous consacrer à notre développement. L’Amérique, l’Angleterre, la France et même Israël avaient même permis à l’Afrique du Sud de l’apartheid d’avoir la technologie nucléaire et la bombe atomique qu’ils ont démantelé avant l’arrivée au pouvoir de Nelson MANDELA.

Comment pouvons-nous renégocier l’exploitation de nos ressources minières et les accords de défense ? Face à la menace terroriste, pouvons-nous envisager une réponse exclusivement africaine ?

Si on est souverain, il n’y a rien à négocier. On n’a qu’à exercer simplement sa souveraineté. Le tigre ne proclame, tout de même pas, sa tigritude. La condition de base, ce sont les unions régionales. Aujourd’hui, plus de 200 millions de personnes sont déjà réunies sur un même territoire. Le Nigéria est devenu la première puissance du continent et tend les bras à 15 autres états de l’Afrique de l’Ouest pour avoir une monnaie unique. En ce domaine, le Président Sourou Migan APITHY est un grand visionnaire et précurseur. Dans son ouvrage « Face Aux Impasses » il invitait l’Afrique de l’Ouest à construire une fédération à partir du quadrilatère Nigéria-Bénin-Togo-Ghana. C’est ce projet que nous avons repris au niveau du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique et que nous essayons de vulgariser auprès des chefs d’Etat en fonction. Les autres régions de l’Afrique ne manquent pas de locomotives autour desquelles se construira la synergie d’ensemble pour le continent. La menace terroriste n’est qu’un piège, une nouvelle forme de déstabilisation à travers un problème bien réel, la lutte contre la pauvreté. Enfin, les nouvelles technologies de l’information, nous ouvrent de nouvelles perspectives et c’est à l’Afrique de travailler à réduire les rapports de force, actuellement en sa défaveur.

Je vous remercie.

Le Président Nicéphore D. SOGLO

Ancien Président de la République

Ancien Maire de la ville de Cotonou

Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique, Créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *