.
.

Le triomphe de la vérité

.

L’He Augustin Ahouanvoèbla: « Par l’examen de ce texte, la 8ème législature et son Président entrent dans l’histoire »


Vues : 1

Le député Augustin Ahouanvoèbla, élu sur la liste UP dans la 20ème circonscription électorale et porteur de la proposition de la loi portant révision de la constitution du 11 décembre 1990 s’est prononcé un peu avant l’adoption du texte. Il considère que ce texte est l’émanation des vœux du chef de l’Etat depuis son élection en 2016 et des acteurs politiques lors du dialogue des 10, 11 et 12 Octobre passés. « Par l’examen de ce texte, la 8ème législature et son Président entrent dans l’histoire » affirme-t-il. Lisez plutôt.

« Enfin, oui enfin, avec courage et détermination nous abordons ce virage tant attendu de la vie sociopolitique et de développement de notre pays. La constitution, c’est la loi fondamentale. C’est la bible pour paraphraser qui justifie l’existence de la république du Bénin. Il est temps que le mythe de la révision tombe pour un réel décollage économique de notre pays. Nous voulons d’un pays développé. Tout le reste ne serait que balivernes et vains mots. Je remercie le Chef de l’Etat qui a accepté de sacrifier à jamais tout ce qui peut relever de ses prérogatives pour permettre au pays, au Bénin, à cette petite portion de la planète terre d’aller de l’avant. Désormais c’est connu, maintenant et à jamais en tout cas jusqu’à la prochaine probable révision de la constitution de notre pays, qu’aucun citoyen béninois ne peut exercer de sa vie plus de deux mandats. Cela mériterait qu’on applaudisse, mais malheureusement au parlement on n’applaudit pas. Cela séduit, parce qu’il a conduit de main de maître un dialogue politique. Au lendemain des élections législatives que certains ont qualifié de holdup ou d’autres choses parce que n’étant pas capables de répondre aux exigences de la charte des partis politiques. Monsieur le Président de la république soyez en remercier par tout le peuple béninois. Par l’examen de cette proposition de loi, c’est toute la 8èmelégislature et son président, vous en premier qui entrez de manière indélébile dans l’histoire de notre pays le Bénin. C’est votre mérite. C’est notre mérite. Et je n’ai pas besoin de rappeler tout ce qui a été fait dans ce cadre à travers les arbitrages parfois houleux du Président de la République Patrice Talon. Il n’est pas Dieu, je l’avais déjà dit une fois, mais il est la main par laquelle Dieu agit au Bénin. Tous ceux qui parlent, posent des actes pour montrer que Patrice Talon est un monsieur arrivé pour s’éterniser au pouvoir seront appelés à se coucher ce soir peut être à 21H. Et pour montrer l’amour de cet homme à ce pays, la première loi que nous avons visée et adoptée est celle relative à l’amnistie des faits concourant aux événements avant pendant et après les élections législatives de 2019. Et je veux supplier le chef de l’Etat qu’après le contrôle de constitutionnalité à promulguer cette loi. Parce que le béninois n’aime pas la guerre, nous avons la bouche, mais nous n’aimons pas aller au-delà.
Cette loi que nous modifions c’est l’émanation des vœux du chef de l’Etat Patrice Talon depuis son élection en 2016. C’est l’émanation du consensus trouvé par les acteurs politiques au lendemain du dialogue politique qu’il a organisé les 10, 11 et 12 octobre 2019. (…) »

Propos recueillis par Fidèle KENOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page