.
.

Le triomphe de la vérité

.

« Bénin Alafia 2025 », 15 ans après: Des études prospectives réalistes, mais un bilan mitigé


Vues : 61

Le Bénin a recommandé des études sur son avenir à l’horizon 2025. A cet effet, il a été installé le 18 décembre 1998, une commission nationale de réflexion prospective. Il s’agit des Etudes nationales de perspectives à long terme (Nltps). Un travail technique dont les résultats ont été transmis à l’ancien Président de la République, feu Général Mathieu Kérékou, le Jeudi 23 août 2001.  Ce mardi 23 Août 2016, il y a donc 15 ans (2001-2016) que le Bénin s’est engagé sur ce nouveau chemin de son développement dans tous les secteurs. En ce moment qui appelle à un bilan à mi-parcours, il s’impose des réflexions sur les différents problèmes posés dans les deux grands scénarios sur lesquels ont reposé les études. Il s’agit des scénarii « Wahala » et « Alafia » qui signifient respectivement la « souffrance » et le « bonheur ». Au regard du contenu du document, que peut-on retenir ? Quels ont été les chantiers abordés durant  la grande période ? Quels sont les chantiers que l’actuel régime doit aborder dans ce document qui est d’une grande utilité pour le développement du Bénin ? Il s’impose alors de marquer le parcours par un nouveau travail d’actualisation du document.

Un cadre référentiel à actualiser

Approché pour mieux comprendre les tenants de cette mission, 15 ans après,  le Porte-parole  du comité technique de pilotage de Bénin 2025, le Professeur Albert Tingbé Azalou confie que c’était un cadre de référence établi dont la réflexion prospective est loin d’être terminée. « C’est un projet de société et cadre de référence dont devraient s’inspirer tous les acteurs de développement… », a-t-il rappelé. A l’en croire, le travail avait permis de connaitre  les enjeux  et les défis identités afin de lancer la réflexion qui ne faisait que commencer dans un contexte de mondialisation ou les mutations sont multiformes et accélérées. Au sujet des orientations du comité, le porte-parole des experts a martelé la recommandation relative à l’impérieuse nécessité pour les gouvernants, de généraliser la culture prospective  et la veille stratégique à tous les niveaux. A court terme, il a été recommandé,  qu’il soit envisagé d’une part, la vulgarisation et l’intégration d’un module spécifique dans le programme des enseignements supérieur et professionnel et au terme la création d’une entitée de formation à la réflexion prospective. Au-delà de ces recommandations, les études ont révélé des faits qui méritent ce jour une analyse comparative au regard des scénariis. Par ailleurs, les objectifs visés en recommandant ces études, étaient principalement de créer un cadre favorable de dialogue social stratégique sur les problèmes de développement du Bénin, en vue de développer à travers un système renforcé de concertation et de mobilisation sociale, un consensus national autour de la définition d’un futur désiré, de la construction d’une vision nationale partagée pour l’élaboration de stratégies appropriées, en s’appuyant sur des objectifs à long terme de développement que représentent les aspirations des populations. La commission devra faire instaurer un système national de planification stratégique impliquant le gouvernement, les partenaires au développement, le secteur privé, la société civile et les populations à la base pour une meilleure opérationnalisation des résultats, en mettant en place une capacité nationale d’appui à la réflexion prospective.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page