.
.

Le triomphe de la vérité

.

Atelier de formation en gestion des projets: Le FNPEEJ renforce les capacités de jeunes entrepreneurs


Vues : 4

Le Fonds National de Promotion de l’Entreprise et de l’Emploi des Jeunes (FNPEEJ) forme de jeunes entrepreneurs en vue de renforcer leurs capacités. L’ouverture des travaux qui s’est déroulée ce jeudi 09 avril 2015 au Business Promotion Center (BPC) d’Abomey-Calavi a été présidée par le DG/FNPEEJ, Christophe Vignigbé.
Dans son discours d’ouverture, le directeur général du FNPEEJ a indiqué que le besoin de formation des jeunes entrepreneurs s’est davantage précisé et a été confirmé lors de ses visites de terrain. « Ces différentes visites vers les promoteurs et les acteurs impliqués dans nos interventions ont permis de découvrir les difficultés que connaissent les promoteurs financés, en ce qui concerne la gestion du crédit et le développement de leurs entreprises. C’est à ce titre que le FNPEEJ a organisé la présente rencontre afin de doter les promoteurs du savoir et du savoir-faire utile à la meilleure gestion de leurs projets», a expliqué Christophe Vignigbé. « Les différents modules leur permettront de mettre en œuvre convenablement les outils indispensables à la gestion et au développement de leurs entreprises, d’accroître la productivité, le chiffre d’affaires et le bénéfice de leurs entreprises respectives et enfin de gérer convenablement le crédit obtenu», a-t-il souligné.
Présent à la cérémonie d’ouverture de cet atelier, le secrétaire permanent du Conseil présidentiel de l’investissement (SP/CPI) a félicité et encouragé le directeur général du FNPEEJ pour la qualité de son leadership, sa détermination à mettre en œuvre la politique gouvernementale en matière de promotion de l’entreprise et de l’emploi des jeunes. «Le CPI réfléchit à la problématique de l’emploi au Bénin et fait des propositions concrètes au Gouvernement pour leur mise en œuvre», a fait savoir Nasser Yayi. «Il n’y a pas de protection sociale pour ceux qui sont dans le secteur informel. Il faut migrer vers le formel. Il y a beaucoup d’investissements dans le pays. Mais la question du chômage est toujours d’actualité, malgré les gros efforts visibles fournis par le Gouvernement, chaque jour. Nous encourageons donc ceux qui sont encore dans l’informel à aller dans le formel. J’encourage particulièrement les jeunes promoteurs à formaliser leurs entreprises économiques. Il y a des avantages. Aujourd’hui, les coûts de formalisation sont totalement réduits, insignifiants. Pour créer un établissement aujourd’hui, il faut seulement 10.000 F Cfa contre 200 à 300.000 F Cfa avant. Avec 17.000 F Cfa aujourd’hui, vous pouvez déjà créer une société, contre 1 à 2 millions avant. Le capital minimum n’est plus imposé. L’obligation de voir un notaire n’est plus également d’actualité», a-t-il rappelé. Comme pour dire que la formalisation des entreprises est capitale pour la création de la richesse, l’emploi des jeunes et des femmes et le développement économique du pays. Le conseiller technique du chef de l’Etat à la promotion du CPI a abondé dans le même sens. Aurèle Houngbédji a exhorté les jeunes entrepreneurs à faire preuve de sérieux et à se mettre en règle pour la prospérité de leurs affaires.
Durant les 48 heures de cet atelier de formation, il sera donc question de donner aux participants les outils nécessaires au management de l’entreprise et à la gestion de crédit. La formation portera sur l’entreprise et la famille, le marketing appliqué à la micro, petite et moyenne entreprise, la comptabilité et la gestion de crédit.

Rastel DAN (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page