.
.

Le triomphe de la vérité

.

Législatives 2015: Les femmes, grandes perdantes des positionnements


Vues : 1

330 sur 3320, soit un taux d’à peine 10%. C’est le nombre de femmes présentes sur les listes de candidatures déposées par les partis et alliances de partis politiques pour les législatives du 26 avril prochain. Peu et surtout mal positionnées, elles sont les grandes  exclues du prochain scrutin. Rares sont-elles, en effet, placées en pôle position sur les listes. La coalition au pouvoir, l’alliance FCBE en compte quatre, l’Union fait la Nation une, l’alliance RB-RP cinq, le PRD sept, pour ne citer que ces exemples. Un coup dur pour les associations, organisations et institutions œuvrant pour la promotion des droits des femmes. Le 19 février dernier, dans ce cadre, l’Institut national pour la promotion de la femme (INPF), sous l’égide de sa présidente, le professeur Vicentia Boco arrachait à des partis et alliances de partis, la promesse de placer des femmes en de bonnes positions. Ce n’étaient que des promesses. Avec le mauvais positionnement dont elles ont été finalement victimes, les chances sont moindres de voir enfin le taux de représentativité des femmes au parlement atteindre les 10%. En 24 ans, en effet, ce taux n’a jamais franchi ce cap. De 1991 à 1995, en effet, il était de 4,68 % avec 3 femmes sur 64 députés. De 1995 à 1999, ce pourcentage est passé à 7,31 avec 6 femmes sur 82 députés. De 1999 à 2003, l’on dénombrait 6 femmes sur 83 députés, tout comme au cours de la législature 2003-2007. De 2007 à 2011, le pourcentage est à 8,43%  avec 7 femmes sur 83 députés. La législature finissante (2011-2015) a compté 8 femmes sur 83 députés, soit 9,63%. Mais deux d’entre elles ont quitté la troupe faisant baisser ce taux à 7,22%. Pendant ce temps, ça a bougé dans la sous-région. En effet, une loi instaurant des quotas de 25% minimum de femmes élues au terme des scrutins et dans la haute administration a été votée au Niger par l’Assemblée nationale. Le parlement du Burkina Faso a adopté une loi sur les quotas qui permettra une meilleure représentation des femmes sur les listes des élections locales et législatives, et le Sénégal a sa loi sur la parité homme-femme dans les fonctions électives.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page